Forum LE SUA VAINCRA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum LE SUA VAINCRA

Espace Rugby
 
Le sua-vaincraAccueilDernières imagesPortailRechercherS'enregistrerConnexionLe sua-vaincra
Le deal à ne pas rater :
Figurines Funko POP! One Piece 2023 : où les trouver ?
Voir le deal

 

 La réserve fédérale (SO)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




La réserve fédérale (SO) Empty
MessageSujet: La réserve fédérale (SO)   La réserve fédérale (SO) Default12Ven 18 Sep 2009 - 10:07

RUGBY FÉDÉRALE 1, SAISON 2009-2010. La Fédérale 1, qui reprend dimanche, est un échelon amateur où beaucoup d'argent circule

La réserve fédérale


Le Top 14 est devenu le championnat « le plus attractif », pour ne pas dire le plus riche, de la planète rugby. La Pro D2 semble avoir trouvé son rythme de croisière après quelques accidents de parcours et une poignée de rétrogradations administratives. Mais c'est aujourd'hui à l'étage en dessous, dans une Fédérale 1 remplie de clubs ambitieux mais ne bénéficiant pas des droits télé, que des problèmes sociaux et économiques se font jour.

« Il y a dans toutes les disciplines, de manière générale, un problème de modèle économique à la lisière du professionnalisme. Or c'est dans le rugby que les besoins en effectif sont les plus ''gourmands''... », introduit Frédéric Bolotny, chercheur au Centre de droit et d'économie du sport. Entre vides juridiques, course à l'armement des clubs les plus riches et montages financiers sur pilotis, la troisième division du rugby français est un échelon dit amateur, où circule tout de même beaucoup d'argent. Les budgets des 48 clubs s'échelonnent entre 150 000 et... près de 2 millions d'euros. Le président du club de Lille, Jean-Claude Blanquart, l'a commenté ainsi : « Ce n'est plus le niveau amateur, c'est devenu le deuxième étage du professionnalisme ».

Dans l'entre-deux

« Nous évoluons dans un entre-deux », confirme le président du CA Périgueux-Dordogne, Michel Macary. « Nous, par exemple, nous n'avons plus grand-chose d'amateur. Sur une trentaine de joueurs, une demi-douzaine seulement a une autre activité que le rugby. Nos joueurs ont des contrats homologués FFR, avec des droits du travail. On est dans la configuration d'une entreprise. D'autres clubs fonctionnent différemment... Je ne leur jette pas la pierre, attention : en fonction de leur ambition ou de leur position géographique, ils n'ont pas les mêmes armes que ceux qui, comme nous, se structurent pour monter. Mais il y a quand même deux poids, deux mesures. »

« Les clubs Assedic »

La FFR, qui s'est penchée sur le dossier, a rédigé une convention collective pour doter d'un statut les joueurs de Fédérale 1. Or on peut estimer à 20 % la proportion des rugbymen de la division qui disposent d'un contrat de ce type. Les autres ? Tous amateurs, en théorie. Dans la pratique, ce n'est pas toujours vrai. Divers montages financiers (« dont certains, selon un acteur du rugby, doivent être ''border line'' par rapport à l'Urssaf ») permettent de rémunérer des joueurs qui ne sont pas pluri-actifs. Des solutions le plus souvent légales, mais pas forcément pérennes.

« J'ai vu par exemple des joueurs qui ont préféré rester au chômage plutôt que prendre un contrat chez nous », raconte Michel Macary à Périgueux. Avec un plafond chômage à 5 700 euros net et quelques frais de déplacement bien sentis, un joueur sortant de Pro D2 peut toucher plus de 7 000 euros par mois pour évoluer en Fédérale 1 (alors que le salaire moyen en Pro D2 est de 5 500 euros brut). Avec le Pôle Emploi pour « employeur ».

« C'est vrai qu'on peut se demander si les Assedic ne sont pas le sponsor principal de certains clubs », note Gaël Arandiga, du syndicat de joueurs Provale. Qui poursuit : « Il faut réfléchir à une autre façon de structurer les clubs de fédérale, afin qu'ils ne proposent pas de chausse-trappe aux joueurs. Nous y travaillons avec la Fédération ». Pourquoi ne pas créer un échelon semi-pro, équivalent du National en football ? « Ce n'est pas une bonne idée, répond Gaël Arandiga. On ne peut pas obliger des clubs de fédérale à prendre 30 contrats pros alors que la Pro D2 n'est pas stabilisée financièrement ! »

Côté Fédération, le président Pierre Camou précise : « Ce que nous avons mis en place il y a un an est le complément d'un travail mené depuis six ans. Il s'agissait de reconnaître que de l'argent circulait et que des gens avaient un métier ». Les clubs sont aidés et contrôlés, les budgets sont « retraités » le cas échéant, exigence est faite de déclarer les joueurs et, reprend Pierre Camou, « il est rappelé régulièrement qu'il faut respecter la règle ».


SO
Revenir en haut Aller en bas
 
La réserve fédérale (SO)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: Archives (2009-2010) :: -Top 14/Les Fédérales-
Sauter vers: