Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 8ème journée de Top 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 10:56

Albi : Manca à l'ouverture

Toujours handicapé par de nombreuses blessures, le staff albigeois devrait toutefois opérer plusieurs changements dans son XV de départ pour affronter Bayonne.

Benjamin Lapeyre, auteur de deux des trois essais marqués depuis le début de la saison, devrait être titularisé à l'arrière et Frédéric Manca à l'ouverture, à la place de Blair Stewart, relégué sur le banc. Le deuxième ligne Thomas Vervoort (tibia) et le pilier Benjamin Sore (cheville), touchés contre Clermont ont été laissés au repos jusqu'à jeudi mais seront titularisés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 10:59

Brive : Waqaseduadua incertain

L'ailier de Brive Vili Waqaseduadua (hématome au mollet) est incertain pour la réception de Castres vendredi tandis que son coéquipier Guillaume Namy (adducteurs) est forfait. Andy Goode devrait faire son retour comme titulaire à l'ouverture.
Par ailleurs, le staff n'exclut pas d'aligner l'arrière Nicolas Jeanjean, qui a signé mercredi comme joker médical, mais il n'est pas sûr que sa licence soit homologuée à temps par la Ligue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 10:59

Bayonne : Des retours


Bayonne ira à Brive vendredi avec un groupe que réintègrent le centre Sam Gerber, le deuxième ligne Ross Filipo et l'ouvreur Manny Edmonds. Une incertitude plane sur la participation du deuxième ligne Nicolas Lafitte et de l'ouvreur Craig Gower, en suspens pour raisons familiales.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 11:01

La 8e journée en questions


Combien de victoires compte Brive ? Un air de revanche à Aimé-Giral ? Depuis quand le Stade français n'a pas gagné à Toulouse ? Le Racing-Metro avec Steyn dès ce week-end ? En quelques questions, notre site fait le tour des principaux enjeux de la huitième journée du Top 14.

Combien de victoires compte Brive ?

En sept journées de championnat, le CABCL s'est imposé seulement deux fois. Deux victoires acquises à domicile, face à Montpellier lors de la première journée (30-9) et contre Albi il y a quinze jours (39-6). Déjà accrochés par Clermont à Amédée-Domenech (9-9), les Brivistes ont plié le week-end dernier contre Biarritz (12-15) et pointent à la dixième position du classement. "On est dans la m...!", n'avait pas hésité à affirmer l'entraîneur Christophe Laussucq après la défaite contre le BOPB. Problèmes de gestion, de finition, manque de patience, infirmerie remplie... De nombreux paramètres entrent en compte pour expliquer ce début de saison difficile en Corrèze. Les Brivistes ont intérêt à vite trouver des solutions. Car ils pourraient, en cas de nouvelle défaite sur leur terrain contre Castres vendredi soir, entrer dans une très mauvaise passe. "Il faut relever la tête et nous avons du caractère pour cela", assure le troisième ligne Simon Azoulai.

Un air de revanche à Aimé-Giral ?

Les Clermontois assurent que non. "C'est un match particulier, uniquement dans le sens où le premier rencontre le deuxième. C'est tout", jure l'ailier Julien Malzieu, selon qui l'ASMCA n'ira pas à Perpignan avec le souvenir de la finale perdue le 6 juin dernier au Stade de France (13-22). "Je sens beaucoup d'envie dans le groupe, mais rien de plus", renchérit-t-il. Leaders, les Auvergnats se déplaceront dans l'optique de conforter leur première place. Quoi de mieux pour frapper un grand coup que de s'imposer chez son dauphin ? Entre des Clermontois en pleine forme et des Perpignanais qui ont retrouvé leur solidité et leur maîtrise, ce choc de la huitième journée devrait faire des étincelles.

Depuis quand Paris n'a pas gagné à Toulouse ?

La dernière victoire du Stade français dans la ville rose remonte à plus de trois ans. Le 16 septembre 2006, les hommes de Max Guazzini avaient emporté le "clasico" 16-12, créant la sensation de la 6e journée de championnat. Ils occupaient alors la première place du classement, qu'ils avaient d'ailleurs conservée de la première à la dernière journée du championnat avant d'être sacrés champions de France en juin. Ils se présentent beaucoup moins en forme cette saison. Septièmes avec trois victoires en sept matchs, ils ont déjà traversé une mini-crise avec le remplacement du duo McEnzie-Dominici par Delmas et Faugeron. Toujours à la recherche d'une victoire référence, ils restent sur un succès poussif contre Bourgoin samedi dernier (20-6). L'an dernier, ils s'étaient inclinés au Stadium 11-15 et 9-28, le 3 novembre 2007.

Le Racing-Metro avec Steyn dès ce week-end ?

François Steyn va vite, et pas seulement quand il a un ballon entre ses mains. Arrivé en France lundi et travaillant avec sa nouvelle équipe depuis mercredi seulement, le champion du monde sud-africain sera sur la feuille du match du Racing-Metro dès samedi pour la réception de Montpellier. Tout juste auréolé d'un titre en Tri-Nations avec les Springboks, le jeune joueur s'est dit "très impatient de retrouver les terrains". Et il s'est déjà fait sa place dans l'effectif des Ciel et Blanc puisqu'il sera sur le banc pour cette huitième journée du championnat. Il devrait rentrer à l'arrière ou à l'aile et amener sa créativité à des lignes arrières franciliennes qui en manquent cruellement depuis le début de la saison.

Rugbyrama
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 11:03

Un match comme les autres ?


Habituellement, les confrontations entre Toulouse et le Stade Français donnent lieu à quelques phrases assassines et pas mal d’intox. Cette semaine est pourtant particulièrement calme.

On a connu des semaines plus agitées à Ernest-Wallon et Jean-Bouin. Dans la presse aussi. Si d’habitude les confrontations entre Toulouse et le Stade Français font beaucoup parler, cette fois, le choc des Stades, organisé samedi après-midi (16h25) au Stadium, passerait presque inaperçu. Les présidents René Boucastel et Max Guazzini mais aussi le manager Guy Novès, tous habitués à lâcher quelques petites phrases assassines, sont restés muets sur leurs adversaires. Les amateurs de polémiques n’ont rien eu à se mettre sous la dent. Alors on s’est mis à la recherche de quelques petits tacles lors des points presse organisés cette semaine, et là rien. Aucun propos déplacé. Aucun sous-entendu déplacé. Et pas le moindre coup bas. Comme si cette affiche du Top 14 était désormais devenue un match comme les autres.

« Le championnat a pas mal changé cette année, explique Grégory Lamboley. Il y a plus d’équipes de haut niveau, ce sont aussi les médias qui montent un peu la sauce sur ce match-là. Peut être que la presse s’occupe plus des autres équipes en ce moment. « Il n’y a rien d’exacerbé, avoue Jean-Baptiste Elissalde. Je sais que vous, les journalistes, vous allez parler du clasico mais pour nous sincèrement si on recevait une autre équipe ça serait le même état d’esprit qui nous habiterait. On veut faire un bon match et le gagner, c’est notre seule ambition. » « Ce sont surtout les journalistes qui en parlent beaucoup, un peu comme OM-PSG en foot, complète, à quelques mètres de là, Maxime Médard. Peut-être que des clubs comme Toulon ou le Racing ont changé les choses, je ne sais pas. Peu importe, il faut jouer et gagner. »

Une obligation pour deux équipes en proie aux doutes depuis le début de saison. Car si Toulouse et Paris occupent bien le haut du classement (ndlr : quatrième et septième), les dernières semaines ont été agitées. Et les résultats pas toujours à la hauteur. Alors que Perpignan et Clermont livreront le même jour à Aimé-Giral un remake de la dernière finale, les deux Stades, eux, chercheront surtout à se rassurer. « Ça reste un match de rugby, lance le nouvel entraîneur parisien Jacques Delmas. Lorsqu’avec Grenoble et encore plus Biarritz, je rencontrais Toulouse, c’était toujours des matchs de haut niveau avec de l’engagement. Ici c’est vrai qu’on sent qu’il y a quelque chose de particulier, plus de pression. On s’y prépare, les joueurs sont avertis, eux l’ont déjà vécu, moi non. »


Rugby365
Revenir en haut Aller en bas
vulcain
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10000
Age : 51
localisation : Bédarieux
Date d'inscription : 19/06/2005

MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 11:50

val a écrit:
Albi : Manca à l'ouverture

Toujours handicapé par de nombreuses blessures, le staff albigeois devrait toutefois opérer plusieurs changements dans son XV de départ pour affronter Bayonne.

Benjamin Lapeyre, auteur de deux des trois essais marqués depuis le début de la saison, devrait être titularisé à l'arrière et Frédéric Manca à l'ouverture, à la place de Blair Stewart, relégué sur le banc. Le deuxième ligne Thomas Vervoort (tibia) et le pilier Benjamin Sore (cheville), touchés contre Clermont ont été laissés au repos jusqu'à jeudi mais seront titularisés.

Benjamin Sore, ça lui change d'Agen, même blessé on le titularise à Albi.
C'est bien pour lui qu'il obtienne le temps de jeu qu'il est allé chercher ailleurs qu'au SUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 11:59

Biarritz attend Wilkinson


Après la démonstration de Jonny Wilkinson contre Toulouse, Biarritz est sur ses gardes avant de recevoir Toulon samedi. Les Basques, qui ne tarissent pas d’éloges, sont prévenus.

Aguiléra en salive déjà. En quête d’une quatrième victoire consécutive, Biarritz attend de pied ferme la venue de Toulon samedi (14h30) pour, à son tour, voir à l’œuvre Jonny Wilkinson. Héros du week-end dernier en marquant tous les points du RCT face à Toulouse (18-13) au Vélodrome, l’ouvreur anglais sera surveillé de très près. Plusieurs Biarrots ont déjà eu l’occasion de le croiser ou même d’évoluer à ses côtés. Et tous reconnaissent le danger d’un « Wilko » en pleine forme. « Tout le monde voit bien qu'il est encore très dangereux et efficace, note le centre Ayoola Erinle, champion d'Angleterre avec Leicester et les Wasps. Il est très bon des deux pieds et aussi des deux mains. Il est aussi un très bon plaqueur et défenseur. Quand il joue à ce niveau, il peut donner des ailes à son équipe et pousser l'adversaire à être plus fébrile. C'est le piège ! Face à un si bon buteur, il ne faut pas faire de cadeau. »
Auteur de trois drops, des deux pieds, mais aussi de trois pénalités dimanche dernier, la star de Toulon suscite l’admiration de ses futurs adversaires. « Contre Toulouse, il était dans un grand jour et sans lui il est probable que les Toulonnais ne l'auraient pas emporté, explique son homologue biarrot Valentin Courrent sur le site du club. Il a été longtemps blessé mais c'est un grand joueur et un grand buteur. Il a marqué trois drops et des deux pieds. La dernière fois que j'ai marqué un drop du gauche, c'était en cadet... » Wilkinson, lui, est capable de le faire à tout moment. En finale de la Coupe du monde 2003 comme désormais dans un match du championnat de France. Avec 81 points depuis le début de la saison, soit une moyenne de 13,5 par match, l’Anglais a retrouvé toute sa précision.
A Biarritz, on a bien évidemment disséqué à la loupe sa performance du week-end dernier. Interrogé sur la possibilité d’un plan « anti-Wilkinson », Jean-Michel Gonzalez s’est pourtant montré prudent. « Nous avons plutôt établi un plan "anti-Toulon", prévient l’entraîneur des avants. Il y aura 15 joueurs de Toulon sur le terrain ! Wilkinson fait partie du rouage de l'équipe, mais les Toulonnais ont plein de bons joueurs partout. Il faudra être bien en place collectivement pour les battre. » « Wilkinson est un joueur qui contrôle beaucoup et il faut le faire reculer », prévient son compatriote Magnus Lund dont le travail sera d’étouffer son compatriote. Le « Betsen blanc », comme l’a surnommé cette semaine son entraîneur Jack Isaac, ne sera pas de trop


Rugby365
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 12:02

« Pas une revanche »

Leader du championnat après sept journées, Clermont se déplace à Perpignan, samedi, pour un remake de la dernière finale. Pour Alexandre Audebert, la rencontre ne s’apparente pas du tout à une revanche de Clermont sur l’USAP.

Alexandre Audebert, comment allez-vous physiquement après un premier mois de compétition chargé ?
Personnellement, ça va. Le staff s’arrange pour faire tourner l’effectif pour que tout le monde ne soit pas trop entamé. Sportivement, on est satisfait même si on sait très bien que tout peut aller très vite. On n’est pas dupe et on continue à travailler de manière très humble.
Comment vivez-vous votre place de leader ?
On ne s’emballe pas sur cette première place. On reste les pieds sur terre. On s’occupe de nous et de l’équipe pour continuer à être efficace.
Comment jugez-vous votre début de saison ?
On sait où on en est et ce qu’il nous reste encore à faire. Le championnat est loin d’être fini, il n’a commencé que depuis un mois. Tout va encore très vite. On a vu que le Racing était troisième il y a quelques semaines et qu’il se retrouve avant-dernier. Il faut continuer à travailler sans rien attendre de personne.
Samedi, vous allez retrouver Perpignan quatre mois après la finale perdue. Comment appréhendez-vous cette revanche ?
Ce n’est pas une revanche puisque nous ne serons pas dans les mêmes conditions. C’est un match de poule. On va se déplacer chez le champion de France avec l’intention de faire un gros match. On connait le contexte et le climat.
Il s’agit tout de même de retrouvailles. Y pensez-vous ?
Pas spécialement. Perpignan n’a pas été mon leitmotiv depuis le début de saison. On se prépare comme si on affrontait n’importe quelle équipe. On sait que c’est le champion de France et qu’on va jouer la première place là-bas. Le contexte se suffit à lui-même sans faire rapport au passé.

Perpignan semble encore en rodage, qu’en pensez-vous ?
Des équipes comme Perpignan ont repris avec quinze jours ou trois semaines de retard par rapport aux autres. Ça explique ce petit moment de latence. Je ne m’inquiète pas pour eux, comme pour les autres grosses écuries. Ils sauront répondre présents au bon moment.
Les Catalans vous laissent volontiers le statut de favori. Est-ce de l’intox ?
Je ne m’occupe pas trop de ce qui se passe dans la presse. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, ça ne me touche pas particulièrement. Ils font ce qu’ils veulent, ça ne me concerne pas.
Sur quels domaines se jouera le match ?
Ce sont des matchs de haut niveau. Les détails vont faire la différence. Ça va commencer par la conquête. Tout simplement.
La saison passée, Clermont avait perdu après avoir mené jusqu’à l’heure de jeu. Allez-vous vous servir des enseignements tirés à l’issue de la rencontre ?
Pas spécialement. La page de la saison dernière est tournée. On a suffisamment de matière à travailler pour ce début de saison. Bien sur qu’on n’oublie pas ce qui a été fait la saison passée. Mais on prépare un nouveau match, une nouvelle épreuve.
Ce choc n’est-il pas aussi une bonne préparation avant votre en lice en H Cup dans deux semaines ?
Oui, c’est bien pour nous. Ça nous offre une marge de progression intéressante d’avoir des grosses échéances avant la H Cup.
N’est-ce pas usant de retrouver son bourreau de finale depuis trois saisons ?
Non puisque ce n’est pas une revanche. La revanche, ce serait dans les mêmes conditions, au même endroit, à la même date.
Vous donnez rendez-vous à l’USAP…
Oui, si on donnait rendez-vous à Perpignan en mai prochain, ça ressemblerait plus à une revanche.


Rugby365
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 12:10

Malzieu : "Je ne m'emballe surtout pas"

Auteur d'un essai à Albi samedi dernier, l'ailier de Clermont Julien Malzieu a effectué un retour à la compétition encourageant après cinq mois d'absence. Même s'il devrait encore être titualire samedi à Perpignan pour la revanche de la dernière finale du Top 14, l'international reste prudent.

Vous avez effectué votre retour sur les pelouses du Top 14 à Albi samedi dernier après cinq mois d'absence (aponévrose plantaire puis genou, NDLR). Quelques jours plus tard, quel regard portez-vous sur cet événement ?

Julien MALZIEU : Je suis très très content d'avoir foulé à nouveau les terrains. Physiquement, je n'étais forcément pas au mieux mais je savais que je n'étais de toute façon pas au top. C'est normal mais j'ai ressenti quelques bonnes sensations. Et puis, il y a cet essai qui fait plaisir…

Tout ceci est plutôt encourageant...

J. M. : Oui, même si je n'ai pas encore retrouvé toutes mes sensations. Ce que je ressors de plus positif, c'est que je n'ai ressenti aucune douleur. Ni au pied, ni au genou.

Considérez-vous que votre saison est enfin lancée ?

J. M. : C'est sûr qu'il fallait attendre mon retour sur les pelouses pour véritablement lancer ma saison. C'est désormais chose faite. Maintenant, comme on dit, il n'y a plus qu'à… Non, sérieusement, il faut continuer sur cette lancée. C'est uniquement en jouant que je pourrai retrouver l'ensemble de mes capacités.

Il y a quelques semaines, vous déclariez que votre seule ambition était de rejouer. Maintenant, vous êtes-vous fixé de nouveaux objectifs personnels ?

J. M. : Non, absolument pas. Je n'ai fait qu'une apparition, je n'ai joué que 63 minutes. C'est tout. Ma seule optique, pour l'instant, est de continuer, de jouer sans ressentir de douleurs. Je le répète, je n'ai réalisé qu'un bout de match et je ne sais toujours pas si mon corps va tenir. Ce n'est qu'après quelques matchs, quand j'aurai retrouvé mon véritable niveau et mes appuis, que je pourrai me fixer des objectifs.

Vous avez été titularisé pour votre premier match. L'avez-vous perçu comme une marque de confiance de la part de vos entraîneurs ?

J. M. : J'en ai discuté longuement avec eux. Napolioni Nalaga et Aurélien Rougerie avaient joué tous les matchs depuis le début de saison et commençaient à tirer la langue. C'est logique et il fallait leur donner du repos et faire tourner pour éviter une éventuelle blessure. Physiquement, je n'étais pas au point. Mais les entraîneurs m'ont demandé si j'étais disponible pour le match à Albi et si je me sentais prêt à jouer. Je savais que ce serait dur mais j'ai donné mon feu vert. Après, ils ont choisi de me titulariser et c'est évidemment une bonne chose pour la confiance. Je sais qu'ils comptent sur moi. Mais en même temps, s'ils me mettent remplaçant, qu'ils me font rentrer, que j'ai mal et que je dois sortir au bout de deux minutes, ce n'est pas mieux. Je comprends donc qu'ils aient décidé de me titulariser pour être fixés. Mais il ne faut pas s'enflammer. Je ne m'emballe surtout pas.

Contrairement à la saison passée, Clermont semble déjà bien rôdé au bout de seulement quelques journées de championnat. Comment l'expliquez-vous ?

J. M. : Je ne dirais pas que nous sommes bien rôdés. Les joueurs ont juste envie de bien faire. A Albi, nous avons évolué avec une équipe recomposée mais chacun veut tirer le groupe vers le haut. Il y a une excellente ambiance, tout le monde a pris conscience qu'il fallait s'entraider, et rester "dans le truc", même quand on ne joue pas, pour conserver l'état d'esprit collectif. Disons que cette saison, la principale différence est que nous avons évacué plus rapidement la déception de la finale perdue. Du coup, nous jouons plus libérés. Et ça réussit bien pour l'instant.

En parlant de finale perdue, vous allez retrouver Perpignan samedi. Ce sera forcément un match particulier pour vous et vos coéquipiers...

J. M. : C'est un match particulier, uniquement dans le sens où le premier rencontre le deuxième. C'est tout. Je sens beaucoup d'envie dans le groupe, mais rien de plus. On ne se déplacera pas avec une pression négative, ni pour faire juste des cocottes et des chandelles ou pratiquer un jeu minimaliste. On y va avec des ambitions.

Avec votre regard peut-être plus extérieur dû à votre longue absence, considérez-vous que Clermont est plus fort que l'an passé ?

J. M. : Franchement, c'est difficile à dire. Mentalement, oui, nous sommes sûrement plus forts. Mais il est trop tôt pour en dire davantage. Le groupe n'a pas beaucoup changé même s'il faut du temps pour que les quelques nouveaux s'imprègnent de notre système de jeu. Pour tous les autres, nous avons grandi d'année en année et acquis de l'expérience. Aujourd'hui, nous sommes plus aguerris et cela se ressent sur le terrain.

Rugbyrama
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 15:54

Novès :«Il manque peu de choses»

Avant de recevoir le Stade Français samedi, Guy Novès revient sur les difficultés offensives du Stade Toulousain. Il prône la patience.


«Guy Novès, est-ce que le fait de recevoir le Stade Français est une source de pression pour le Stade Toulousain ?
On n'a pas besoin de la venue de Paris pour nous mettre sous pression. Face au Stade Français, on est toujours sous pression surtout quand on joue sur notre terrain. Evoluant chez nous, eux, en revanche, ne l'auront pas. Le cas se renouvellera quand nous recevrons Perpignan ou Clermont... sans nos internationaux. Je pense que ce match contre le Stade Français restera bien dans la tradition. Les Parisiens ont gagné leurs deux derniers matches avec bonus offensif. Ils ont retrouvé l'enthousiasme et repartent de l'avant. Ils ont retrouvé aussi une dimension différente. Donc, pour nous, ce sera le gros match de référence de ce début de saison.

Contre Toulon vous avez perdu en commettant beaucoup de fautes de mains. Il y a eu beaucoup de ballons tombés, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour gagner...
On ne peut pas gagner devant une équipe de Toulon très bien organisée qui réalise un jeu très simple mais efficace en perdant environ une trentaine de ballons. Même si certains schémas de jeu sont en place -on maîtrise la première mi-temps, on est dominateur pour l'occupation du terrain- tomber des ballons en cours de route, par maladresse ou par manque de concentration, nous met en situation difficile. On se pose à l'heure actuelle beaucoup de questions et j'espère que l'on trouvera la réponse rapidement parce que les matches difficiles arrivent. Avec le premier, samedi, contre le Stade Français.

Pensez-vous alors qu'il y a un manque de maîtrise de la part des joueurs ?
Pas un manque de maîtrise mais un peu de fébrilité. On demande beaucoup aux joueurs. Quand on fait le bilan, on s'aperçoit que nous perdons nos deux premiers matches à l'extérieur mais on oublie de dire que c'est contre le champion de France et le finaliste. Sur ces deux confrontations, on récupère le point de bonus offensif. Ce n'était pas le cas la saison dernière. Contre Toulon, après une très mauvaise seconde mi-temps, on récupère également le point de bonus défensif qu'on n'avait pas gagné la saison dernière. Si on ne regarde que le côté négatif, c'est vrai qu'on tombe les ballons, que les joueurs maîtrisent mal leur jeu. Mais, à la vidéo, on a l'impression de se créer de nombreuses occasions et il manque peu de choses pour les concrétiser. Il faut rester lucide sur notre travail, ne pas se décourager. Les résultats vont venir.»


L'Equipe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 15:55

« Souffrir ensemble »

Bien accroché au trio de tête, Toulon a effectué un début de saison très convaincant. Alors qu'un quart de la saison s'est déjà joué, le RCT entend bien continuer sur sa lancée.

Au terme de la victoire sur Toulouse, Joe Van Niekerk a réuni ses coéquipiers autour de lui et leur a livré un discours improvisé qui sentait bon l'union sacrée et la fierté d'être toulonnais. Faute d'être brillant dans le jeu, le RCT peut s'appuyer sur un collectif incroyablement soudé. « C'est tout le travail d'avant saison qui est en train de payer. Nous avons souffert ensemble, nous avons fait des stages pour créer une cohésion et le résultat est là, sur le terrain, se réjouit Aubin Huebert. C'est sûr que au niveau du jeu, nous n'avons pas cherché à créer quelque chose d'extraordinaire. Mais avec dix-sept nouveaux joueurs, nous avons plutôt voulu être pragmatique et efficace ». Si Toulon n'est pas extraordinaire balle en main, et encore, le club n'en est pas moins troisième. De quoi combler les attentes du président Boudjellal qui avouait vouloir « connaître le haut niveau en Top 14 » après une première saison compliquée.

« Les gars ne lâcheront rien »

« Mais vous savez, nous avons su être opportunistes quand il le fallait car tout ça se joue à rien. Il y a l'arbitrage, pour nous comme pour les autres, qui peut influer sur les fins de matches. On est sur le fil du rasoir et on peut très bien dégringoler très vite. Alors cette troisième place ne nous fait pas tourner la tête, » tempère Huebert. Même si les joueurs, eux, y ont pris goût. Huebert encore, « Ils vont tout faire pour y rester et ne lâcheront rien. Ils veulent vivre cette aventure ensemble. Le chacun pour soi n'a pas sa place ici. La star c'est l'équipe, pas l'individu ». Dans la feuille de route du RCT, on pourrait peut-être regretter l'absence d'un bonus offensif. Pas de quoi entamer le bon moral de l'entraîneur toulonnais. « Franchement je préfère gagner tous les matches sans bonus et les gagner quand même. Je me rappelle de certains matches où nous sommes allés le chercher alors que nous menions et nous avons fini par perdre. Toutes les équipes sont très proches et se tiennent au classement, à part Clermont qui s'envole. L'idée est de rester pragmatique et de gagner. On fera les comptes à la fin ». En tout cas, après sept journées, Toulon fait figure d'outsider plus que sérieux à l'heure où de grosses écuries cherchent encore leur rythme de croisière.


L'Equipe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 17:10

Gagner pour continuer d'espérer

Vendredi soir au Stadium municipal, les Albigeois joueront face à Bayonne une grande partie de leur avenir en Top 14. En cas de succès, ils lanceraient enfin leur saison et pourraient se concentrer sur la réception de Castres suivi d'un déplacement chez un concurrent direct au maintien : Bourgoin.

Le contexte

Les choses sérieuses commencent ici pour les Tarnais qui ont collectionné les revers face à des formations aux ambitions affirmées. Ils luttaient presque dans un championnat qui n'étaient pas le leur. Ce temps est révolu. En recevant l'Aviron bayonnais, qui court toujours après un premier succès à l'extérieur, les hommes du trio Béch-Blach-Laurent n'ont d'autres solutions que de l'emporter. Un quatrième revers à domicile serait quasiment synonyme de relégation assurée.

Le moral

Malgré la pression et la série de résultats négatifs, les Albigeois ont retrouvé le sourire. Les blessures de Thomas Vervoort et de Benjamin Sore étaient moins graves que prévu ; ils postuleront demain. Enfin et surtout l'arrivée en début de semaine de Iulian Dumitras (ouvreur ou arrière) en tant que joueur supplémentaire, conjuguée aux retours de Laurent Baluc-Rittener et François Tisseau, a redonné le sourire aux Tarnais. En attendant de voir l'infirmerie se vider, les premières bonnes nouvelles depuis un mois ont "boosté" les Jaune et Noir.

Les hommes

Peu en réussite face à l'ASMCA, Blair Stewart cèdera sa place à Frédéric Manca au poste d'ouvreur. Ce dernier présente plus de garanties en défense et, surtout, il possède un plus gros coup de pied. La titularisation de Manca implique le retour à l'arrière de Benjamin Lapeyre. Le pack sera inchangé, du moins dans sa forme (seul Ponnau laissera sa place à Maynadier sur le banc de touche). Il faudra attendre la réception de Castres pour assister à des entrées et sorties.

Le jeu

S'ils ne renieront pas leurs convictions et la recherche d'un jeu toujours plus complet, les Albigeois pourraient revenir à plus de simplicité. Surtout, ils devraient insister sur la notion de combat et l'importance du défi individuel afin de laver l'affront subi face à Clermont-Ferrand. Selon Yogane Correa, "Albi doit muscler son jeu pour affirmer sa domination". L'idée est de s'imposer dans les rucks et dans le jeu au sol. Ce qu'ils n'ont pas encore fait depuis le début de saison. S'ils y parviennent, ils auront fait un grand pas vers le succès.

Rugbyrama
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 19:42

Bayonne avec Gerber


L'ailier bayonnais Sam Gerber, blessé aux ischio-jambiers, est dans le groupe qui se déplace ce vendredi à Albi. C'est aussi le cas du deuxième ligne Filipo.

Les avants : Perugini, Iguiniz, Tiatia, Roumieu, Blake, Boyoud, Filipo, Linde, Tewhata, Deen, Bernad, Haare, Martin, Puricelli.

Les arrières : Garcia, Arrayet, Gower, Bernard, Edmonds, Lacroix, Mazars, Gerber, Fall, Bolavucu, Peyras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 19:43

Perpignan: avec Meyer, sans Mermoz


Pour la réception de Clermont à Aimé-Giral, Perpignan ne pourra pas compter sur Maxime Mermoz, forfait en raison d'une élongation à une cuisse. Farid Sid (torsion du genou) et Grégory Le Corvec (cervicales) sont aussi absents. Steve Meyer intégre le groupe pour la première fois cette saison.

Les avants: Freshwater, Chobet, Mas, Pulu, Guirado, Tincu, Tchale-Watchou, Alvarez-Kairélis, Olibeau, Britz, Perez, Chouly, Tuilagi.

Les arrières: Durand, Mélé, Laharrague, Meyer, Grandclaude, Marty, Candelon, Manas, Batlle, Burger, Porical.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 19:47

Montpellier à un tournant


Danger à Montpellier. En cas de défaite samedi sur le terrain du Racing-Metro, le MHR pourrait se retrouver relégable. Et la dernière prestation, à Bayonne, n’incite pas à l’optimisme. Du coup, des mesures ont été prises pour enfin gagner des points à l’extérieur.

Les chiffres sont assommants : le MHR est, avec Bourgoin, la seule équipe à n"avoir pas pris le moindre point lors d"un déplacement. Il a encaissé une moyenne de 33 points à chacune de ses sorties, concède environ seize pénalités depuis le début de la saison et n"a pas gagné loin de ses terres depuis plus de dix mois et une victoire à Castres le 1er novembre 2008. Encore ? Voici peut-être le pire : Montpellier possède, avec 182 points pris en sept matchs, la dernière défense du Top 14.

Rageant, forcément. Alarmant, surtout, au moment d'aller défier le Racing-Metro à Colombes avant d'enchaîner avec les réceptions de Toulouse et de Clermont. D'autant que le dernier match, à Bayonne, a été catastrophique. Défaits 3-26, les Montpelliérains n'ont jamais semblé capables de rivaliser, contrés en conquête, naïfs en défense, indisciplinés et dénués de toute créativité balle en main. Que se passe-t-il alors dans les rangs héraultais ? Comment expliquer ces piètres performances à l'extérieur quand les matchs à domicile sont encourageants (victoires contre Perpignan, Biarritz et Toulon) ?

Une séance vidéo pour "briser la glace"

Pour le comprendre, une séance vidéo un peu particulière a été organisée, durant laquelle des matchs à domicile et à l'extérieur ont été visionnés. Le bilan fait état d'un collectif plutôt bien huilé mais d'erreurs individuelles graves et répétées, de pertes de concentration qui pénalisent lourdement une équipe encore incapable de se reprendre quand elle a le couteau sous la gorge. Le demi de mêlée international Julien Tomas, qui fait son retour après une entorse à un genou et trois semaines d'absence, n'y va pas par quatre chemins : "Le problème, c'est qu'il y a des gars qui ont la rage, des guerriers, et d'autres qui n'ont pas les mêmes dispositions d'esprit." Un aveu grave, "inquiétant" aux dires mêmes du joueur.

La prise de conscience effectuée, place maintenant à la réaction. En ce sens, "le match au Racing sera un tournant de la saison" prévient Julien Tomas. "Il permettra de voir ce dont nous sommes capables". Justement, pendant leur séance vidéo un peu particulière, les Montpelliérains se sont rendus compte qu'ils pouvaient "faire des choses, ce dont on commençait à douter. Cette séance a été positive car elle a permis de briser la glace, de dialoguer et nous en sommes ressortis grandis." Restent à savoir s'ils en ont aussi ressortis plus forts. Réponse samedi au Racing. Il y a urgence. Actuellement onzième, Montpellier pourrait être relégable en cas de nouvelle défaite, et se mettre dans des dispositions extrêmement délicates avant la réception de Toulouse.
Rugbyrama
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Jeu 24 Sep 2009 - 19:51

Rabadan:"Tout n'était pas à jeter"

Sous la direction du duo Delmas-Faugeron depuis quinze jours avec à la clé deux matches gagnés face à Castres et Bourgoin, bonus en prime, les joueurs du Stade Français passent un test autrement plus significatif samedi, au Stadium de Toulouse, à l'occasion du traditionnel choc des deux Stades. L'occasion pour Pierre Rabadan, figure de l'effectif parisien, de livrer ses impressions sur ce nouveau staff.


Pierre, ce choc face à Toulouse n'intervient-il pas un peu tôt dans cette phase de guérison qui a été entreprise au Stade Français ?
Je n'en sais rien. En même temps, on ne nous laisse pas le choix dans l'enchaînement des dates et vu le calendrier et les échéances qui nous attendent par la suite, qui est consistant avec notamment le début de la Coupe d'Europe, c'est bien aussi de ne pas seulement enchaîner des victoires avec le point de bonus. On a eu deux matches à notre portée, qui se sont plutôt bien passés ces deux dernières semaines, c'est une mise en jambes suffisante et il est temps de passer à la vitesse supérieure.

On assiste à des entraînements beaucoup plus musclés depuis l'arrivée de Delmas et Faugeron, avec des éclats de voix, beaucoup de vie aussi. Comment les vivez-vous ?
On fait pas mal d'oppositions déjà, donc il faut s'y remettre. C'est quelque chose que collectivement, on faisait moins auparavant. C'est une autre approche, mais je crois qu'on en avait besoin parce que collectivement, on a besoin de repères et il est vrai que la saison dernière et encore ces derniers mois, on travaillait pas mal individuellement, mais on avait du mal à jouer ensemble. Espérons que ça va nous aider à remédier à ça.

"C'est un peu une remise à zéro"

Qu'est-ce qui a fondamentalement changé avec l'arrivée des nouveaux entraîneurs ?
Indépendamment de la victoire, ce qui est déjà pas mal, ça change de méthode. C'est un autre discours, d'autres options tactiques, c'est un peu une remise à zéro, on part avec une nouvelle stratégie. C'est le point essentiel, mais c'est aussi un nouveau discours, une nouvelle manière de préparer et d'aborder les matches. Ça fait pas mal de changements à assimiler en peu de temps, mais quand ça gagne, c'est plus facile et pour l'instant, on a gagné les deux premiers matches et j'espère qu'on va rester sur cette dynamique de victoire.

Ce retour à la victoire tient-il seulement à ce changement de staff selon vous ou peut-être aussi à un calendrier plus clément ?
Non, c'est certainement un peu des deux, tout d'abord parce que tout ce qu'on avait fait avant n'était pas à jeter. Il y avait des choses qui n'allaient pas, mais il y avait eu aussi un peu un concours de circonstances, on manquait un peu de réussite et on n'était pas suffisamment performants. Le fait de jouer à domicile, ça aide un peu à gagner, c'est un peu plus simple. Mais je crois qu'il est sans doute trop tôt pour faire un bilan de la nouvelle méthode des entraîneurs. Pour l'instant, on essaye d'assimiler au plus vite les changements et de rester dans une bonne dynamique de performances parce qu'on a des points à rattraper.

Vous étiez jusqu'à il y a peu la plus mauvaise défense du championnat (le Stade Français est avant-dernier). Est-ce que c'est malgré tout là une des premières réussites de ce nouveau staff ?
On a changé de type de défense, ça ne fait pas mieux plaquer les joueurs, mais c'est une autre organisation et peut-être qu'elle correspond un peu mieux à l'équipe. Comme je l'ai dit, c'est difficile de tirer un bilan après deux matches. Ce qui est sûr, c'est que c'était un des gros, gros points faibles du début de saison et il semble que ça aille un peu mieux aujourd'hui. Mais on aura plus de réponses à ce niveau après Toulouse.

Comment abordez-vous ce choc face au Stade Toulousain dans un tel contexte ?
Comme un gros et grand match, à l'extérieur, où il faudra, si on veut espérer faire un résultat, réaliser un très bon match dans tous les secteurs, en priorité en défense, mais aussi concrétiser les occasions, ce qu'on n'a pas forcément réussi à faire face à Bourgoin, donc être plus réalistes en attaque et moins brouillon en conquête, que ce soit en touche ou en mêlée.

"Retrouver une défense digne du Stade Français"

Le Stadium, 36 000 spectateurs, en majorité acquis à vos adversaires: le Stade Français convalescent est-il prêt à un tel défi aujourd'hui ?
C'est un contexte un peu hostile, on ne doit pas s'attendre à être applaudis quand on rentrera dans le stade. Après, ça reste un match de rugby, donc j'espère qu'on aura les capacités de dépasser ce contexte ou du moins de s'en servir pour gagner à Toulouse, ce qui reste notre objectif. On joue tous les matches pour les gagner et on y va avec l'ambition de gagner à Toulouse, mais on sait quel genre de match il faut faire pour atteindre un objectif comme celui-là. On sait que ce sera très difficile parce que ça reste une équipe toujours aussi forte, riche de tant d'individualités et qui est inarrêtable quand on les laisse jouer. A nous de trouver les clés pour les stopper.

On a coutume de parler d'électrochoc dans une situation comme celle que vient de vivre le Stade Français. C'est ce qui s'est en effet passé selon vous ?
Il y a toujours un électrochoc quand c'est nouveau, quand le discours change, quand il y a de nouveaux entraîneurs, il y a toujours une remise en cause naturelle, qui se fait plus facilement. Ça a eu lieu et ça explique aussi que les résultats soient là depuis deux semaines. Mais le discours des nouveaux entraîneurs a été très cohérent, ils sont arrivés sans tout bouleverser, mais en modifiant les choses petit à petit. Ça nous a permis de conserver ce qu'on avait acquis et de bosser ce qui n'allait pas. Mais il y a encore beaucoup de travail. Pour l'instant, on est en voie de guérison.

Vous estimez-vous sur une véritable dynamique de victoires ou plutôt de reconstruction ?
C'est difficile de parler encore de dynamique, on est plutôt en reconstruction. On essaye de mettre notre jeu en place et de retrouver une défense digne du Stade Français et ce qui a souvent fait notre point fort ces dernières années.


Sport.fr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 6:18

L'ASM sans Rougerie


Dispensé d'entraînement en début de semaine, le capitaine clermontois, Aurélien Rougerie, a déclaré forfait et ne fera pas le déplacement à Perpignan pour "raisons personnelles".

Le pilier Martin Scelzo (polynévrite virale) et le trois-quarts centre Benoît Baby (déchirure musculaire à une cuisse) sont également indisponibles encore pour deux semaines. Les Auvergnats peuvent en revanche compter sur les blessés de longue date Julien Bonnaire, Julien Malzieu et Marius Joubert, qui ont fait leur retour à Albi samedi dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 6:19

Toulon fait tourner

L'encadrement technique de Toulon a décidé de panacher davantage le groupe à Biarritz en raison de l'état de fatigue avancé de certains cadres et de quelques blessés.

Ainsi, le pilier Laurent Emmanuelli, le talonneur Sébastien Bruno et le trois-quarts centre Mafileo Kefu ont été laissés au repos. Egalement marqué par l'âpre combat face à Toulouse, le capitaine et troisième ligne Joe Van Niekerk est incertain, alors que le demi de mêlée Pierre Mignoni et le demi d'ouverture Jonny Wilkinson devraient débuter sur le banc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 6:21

La première de Yachvili


Pour la réception de Toulon samedi, Jean-Michel Gonzalez et Jack Isaac, les entraîneurs du BO, s'appuieront sur leur équipe type, avec la première titularisation cette saison de Dimitri Yachvili, absent plusieurs semaines en raison d'un accident domestique. Ils enregistreront également les retours en première ligne de Fabien Barcella, Campbell Johnstone et Benoît August. A l'ouverture, une dernière incertitude plane quant au choix des entraîneurs entre Julien Peyrelongue et Valentin Courrent. En revanche, Iain Balshaw, blessé à la crête iliaque dès le début du match contre Bayonne il y a deux semaines, est resté aux soins cette semaine. Sa reprise est envisagée pour le début de la Coupe d'Europe, dans deux semaines à Glasgow. Contre Toulon, Balshaw devrait être remplacé par Paul Couet-Lannes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 6:23

Ouedraogo déclare forfait


Le troisième ligne international et capitaine Fulgence Ouedraogo, touché au genou dimanche à Bayonne (3-26), et le demi d'ouverture Benoît Paillaugue ne seront pas du voyage à Paris. Le demi de mêlée Julien Tomas, remis d'une entorse au genou gauche, et le demi d'ouverture Federico Todeschini, rétabli d'une tendinite au talon d'Achille, effectuent leur retour et formeront la charnière. Le pilier argentin Juan-Martin Figallo, remis d'une entorse à une cheville contractée lors de la préparation, sera titulaire pour la première fois dans l'effectif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 6:27

Castres: Turn-over obligatoire à Brive


Pour le 5e des 6 matches de leur marathon concentré en seulement trois semaines, les joueurs du Castres Olympique ont rendez-vous vendredi, dans le cadre de la 8e journée du Top 14, au stade Amédée-Domenech de Brive. Dans ce contexte, le duo d'entraîneurs, Labit-Travers, n'a d'autre choix que d'opérer un large brassage de son effectif pour préserver les organismes. Pas d'alternative en revanche pour Romain Cabannes qui, victime d'une déchirure aux ischio-jambiers, est indisponible 3 semaines, au même titre que Mathieu Bourret (entorse cheville). De nombreux cadres ou titulaires habituels sont donc à cette occasion laissés au repos ou du moins débuteront sur le banc. C'est le cas notamment du All Black Chris Masoe ou du capitaine Alexandre Albouy, laissé au repos, ou encore de Joe Tekori, Cameron McIntyre ou Yoan Audrin, remplaçants au coup d'envoi. Par conséquent, les jeunes Romain Boscus et Paul Bonnefond décrochent un statut de titulaire respectivement à l'ouverture, associé à Sébastien Tillous-Borde, et à l'aile.

Le XV castrais: Teulet - M. Nicolas, Garcia, Sanchou, Bonnefond - (o) Boscus, (m) Tillous-Borde - Nell, Diarra, Caballero - Kulemin, Rolland - Ducalcon, Giorgadze, Hoeft.

Remplaçants: Rallier, Forestier, Michaux, Tekori, McIntyre, Sika, Audrin, Coetzee.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 6:32

Le groupe du Racing


L’entraîneur du Racing Métro, Pierre Berbizier, a dévoilé le groupe qui accueillera Montpellier à l’occasion de la 8e journée de Top 14.

Arrivé lundi en France, François Steyn fait partie des joueurs retenus par Pierre Berbizier pour affronter Montpellier, samedi après-midi, à l’occasion de la 8e journée de Top 14.

Le groupe du Racing

Avants :
Baïocco, Chabal, Clarke, Dellape, Festuccia, Leo'o, Lo Cicero, Nallet, Noirot, Orlandi, Qovu, Raiwalui, Tuugahala, Vaquin

Arrières :
Bobo, Berry, Chavancy, Fillol, Fortassin, Gaugau, Mehrtens, Saubade, Steyn
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 7:19

RUGBY TOP 14 (8E JOURNÉE), ALBI - BAYONNE. S'ils veulent accrocher le bon wagon, les Bayonnais doivent gagner ce soir dans le Tarn. Une mission qui semble à leur portée, mais gare aux Albigeois qui n'ont pas encore abdiqué


Bayonne n'a pas le choix

Thibault Lacroix : « Perdre à Albi serait une contre performance ». Voilà qui a le mérite d'être clair. Pour le centre de l'Aviron Bayonnais, le déplacement dans le Tarn ressemble fort à un premier examen cette saison. « Un tournant ? Oui, sans doute. Mais si on veut atteindre notre objectif de finir dans les six premiers du championnat, on doit absolument gagner à Albi ».

Après être passé près du coup à Perpignan (28-20), puis au Métro Racing (18-9), à Toulouse (21-17) et à Biarritz (12-6), Bayonne a bien l'intention ce soir de déflorer son compteur de victoires à l'extérieur. Un désir que le bilan comptable des Albigeois chez eux, proche du néant, pencherait à transformer en réalité. Leur pelouse n'est plus la place imprenable qui effrayait tant il y a encore quelques saisons. Avec en tout et pour tout cette saison un zéro pointé en terme de succès. Tout juste deux points de bonus (Toulon 9-15 et Racing-Métro 13-19) viennent-ils comme autant de maigre consolation.

Mais surtout, si l'Aviron veut rester dans le rythme d'une course déjà lancée aux places qualificatives, une victoire s'impose. Thierry Mentières, entraîneur des avants bayonnais : « C'est très important, non pas parce que tous les autres y ont gagné, mais parce que nous devons valider nos progrès, notre travail ». Bayonne conforterait également sa position d'attente derrière ses coreligionnaires en terme de rêve européen. En quelque sorte, une victoire ce soir bonifiera les points de bonus que l'Aviron est allé chercher à Ernest-Wallon et Anoeta. « Cette victoire est un passage obligé, confirme Richard Dourthe, directeur sportif de l'Aviron. Parce que toutes les équipes du haut de tableau n'iront pas prendre des points à Toulouse et Biarritz ». Façon de dire, peut-être, que les dites équipes du haut de tableau iront sans doute gagner dans le Tarn (pour celles qui ne l'ont pas déjà fait), et par conséquent, l'Aviron doit également l'emporter. Un test donc, pour des Bayonnais « mal à l'aise à l'extérieur », selon Lacroix.

Albi : dernière chance ?

Toutefois, les Bayonnais savent très bien qu'ils ne vont pas se contenter « d'aller se promener et de se faire de bons restos », comme le dit en plaisantant Richard Dourthe. Albi est une bête moribonde dont il faut absolument se méfier. « C'est sans doute leur dernière chance de se maintenir en Top 14 », soupire Thierry Mentières. « Pour y avoir joué, je sais que tous les matches ont tous un énorme enjeu, confirme l'ancien albigeois Thibault Lacroix. Et s'ils ont perdu leurs derniers matches, ils ne sont pas loin du tout. Ils ont même failli gagner à Toulouse. Et puis je connais bien Eric Béchu. Il a dû passer la semaine à les remonter ». Rémy Martin : « On sait que ça va être un sacré combat, de la première à 80e minute »

Oui, mais voilà... Si Bayonne doit commencer à gagner hors de ses bases, c'est qu'il n'a pas été capable de le faire jusqu'à maintenant. Outre le fait que l'Aviron a toujours eu très fort à faire à l'extérieur en rencontrant deux demi-finalistes, un promu aux dents très longues et le BO, il n'a pas su gérer des matches qui parfois lui tendaient les bras. « On va devoir être impeccable dans tous les secteurs de jeu, estime le capitaine Martin. On va devoir être propre en conquête, dans les rucks ». Toute indiscipline pourrait valo ir cher et l'Aviron ne doit pas s'appuyer sur le taux de réussite famélique (42,86 % depuis le début de la saison, 28,57 depuis trois matches) des buteurs albigeois pour négliger le respect des règles du jeu. En revanche, les partenaires de Rob Linde pourront compter sur leur défense intraitable (aucun essai encaissé depuis trois matches) face à la plus mauvaise attaque du Top 14 (55 points). « On doit conserver ce niveau », assure Richard Dourthe. Et prouver, en s'imposant à Albi, que les Bayonnais vont mettre les moyens à la hauteur de leurs ambitions.

Auteur : antoine tinel
SO
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 7:28

RUGBY TOP 14 (8E JOURNÉE), AVANT BIARRITZ-TOULON. Avec quatre succès en sept journées, le début de saison des Varois étonne. Mais est-ce vraiment une surprise ?

Pourquoi Toulon réussit

Après sept années passées en Pro D2 et un retour cauchemardesque dans l'élite lors de la saison 2005-2006 (trois victoires seulement), jamais le RCT ne s'était retrouvé à pareille fête. Décryptage du très bon début de saison des Toulonnais.

1 L'apport de Philippe Saint-André

Et si la meilleure recrue du RCT, c'était lui ? Désireux de revenir exercer en France après quatre saisons passées en Angleterre, le manageur Philippe Saint-André est bien « le cerveau » que cherchait le président du RCT Mourad Boudjellal. Champion d'Angleterre en 2006 avec Sale, « PSA » apporte un savoir-faire et une expérience du haut niveau qui faisaient jusqu'alors défaut. En plus d'être la caution morale des ambitions de son président, il force le respect de ses hommes. « L'an dernier, les joueurs tutoyaient Tana Umaga (alors manageur du club). Cette saison, ils vouvoient Philippe », observe Boudjellal.

2 Le retour en grâce de Jonny Wilkinson

Il a certes manqué son match face à Clermont (dix-huit points ratés au pied) avant d'être le maître d'oeuvre du dernier succès face à Toulouse (auteur des 18 points toulonnais).

Mais le demi d'ouverture anglais est bien la bonne pioche de l'intersaison, il concrétise quasi systématiquement au pied la domination des siens. Après dix mois passés au frigo à cause d'une énième blessure et sept ans de pépins physiques à répétition, la pépite du rugby anglais pourrait bien réussir un « come back » que beaucoup pensaient illusoire. La saison passée, l'absence d'un buteur régulier (44 % de réussite générale) avait lourdement handicapé les Toulonnais. Avec un tel métronome, le RCT est en mesure d'inquiéter n'importe quelle formation.

3 Une ferveur populaire inégalée en France

Depuis trois saisons et la prise en main du club par Boudjellal, l'engouement autour du RCT n'a cessé de grandir. Avec l'arrivée massive de stars (Umaga, Mehrtens, Gregan, Oliver, Matfield, Collins, Wilkinson), le titre de champion de France de Pro D2 en 2008 et un maintien assuré la saison dernière, le RCT s'inscrit dans la durée et fédère autour de lui. Aujourd'hui, avec près de 10 000 abonnés et la preuve qu'il peut remplir les 50 000 places du stade Vélodrome sans sourciller, le RCT possède un capital public presque unique en France. Les joueurs le répètent à l'envi : jouer à Mayol, pour ce public passionné, et entendre résonner le « pilou-pilou », leur donne des ailes.

4 Une alchimie à parfaire encore

Les résultats positifs ne doivent pas masquer le fait qu'avec 18 nouveaux joueurs, cette équipe n'en est pas encore une et les automatismes n'ont pas encore pris le dessus sur l'enthousiasme. « La course contre la montre », dixit Saint-André, est toujours d'actualité, mais le groupe est sur la bonne voie. Il ne présente pas de faiblesses criantes, comme en mêlée la saison dernière, où il avait mis la première partie du championnat à essayer de trouver une osmose. Tout laisse à croire que, les victoires aidantes, l'alchimie sera plus rapide à trouver cette saison. « Ce genre de victoires permet à un groupe de se construire plus rapidement », l'a justement estimé mercredi le demi de mêlée Pierre Mignoni.

Auteur : Nicolas Bridoux
SO
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   Ven 25 Sep 2009 - 7:32

ALBI-BAYONNE. Pour Salvatore Perugini, le pilier gauche bayonnais, la rencontre de ce soir dans le Tarn devrait se jouer devant



« Un match un peu à l'ancienne »

Salvatore Perugini va connaître ce soir sa première titularisation avec l'Aviron Bayonnais. L'expérimenté pilier italien (31 ans, 1,80 m, 119 kg) sait que rien ne sera facile face à une équipe réputée pour sa solidité. Mais rien qui ne l'effraie.
À quel genre de match vous attendez-vous ce soir ?
Je pense que ça va être un match un peu à l'ancienne. Ça va jouer beaucoup devant, autour des mauls, en mêlées. Albi est une équipe très vaillante. Et c'est très dangereux de jouer contre eux.
L'Aviron a une occasion en or de rapporter des points de l'extérieur...
Oui, c'est très important pour l'Aviron Bayonnais d'aller relever le défi. Le but est évidemment de gagner là-bas. Et pour ça, nous devons nous remettre dans l'état d'esprit de nos derniers matches. Nous aspirons à proposer un jeu de qualité. Maintenant, il faut ramasser des points. Une victoire qui mettrait beaucoup plus à l'aise au classement.
Ce match est-il un test pour Bayonne ?
Je pense oui. En tout cas, ce sera un très bon test pour solidariser le groupe. Si nous voulons gagner, il nous faudra faire preuve d'un important esprit d'équipe.
Vous êtes arrivé cet été à Bayonne en provenance de Toulouse, comment ça se passe pour vous ici ?
Auteur : Tout se passe vraiment très bien. Le club est actuellement en pleine progression. C'est un groupe très familial, où tous les joueurs prennent beaucoup de plaisir à se retrouver.

Recueilli par Antoine Tin
SO


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 8ème journée de Top 14   

Revenir en haut Aller en bas
 
8ème journée de Top 14
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» 8ème journée de Pro D2
» [National 2009/10] - 8ème journée
» 8ème journée de Top 14
» 8ème journée de Top 14
» Pro D2 : la 8ème journée en questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: Archives (2009-2010) :: -Top 14/Les Fédérales-
Sauter vers: