Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 L'anecdocte. Max Dal Molin (La Dépêche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Val ovale
Champion d'europe
Champion d'europe


Féminin
Nombre de messages : 3009
Age : 51
Date d'inscription : 09/10/2009

MessageSujet: L'anecdocte. Max Dal Molin (La Dépêche)   Mar 13 Avr 2010 - 7:39

« Des émotions inoubliables »


L'ANECDOTE. Max Dal Molin


Les moins de 40 ans n'ont pas connu le « Bar agenais » de Louis Dal Molin, siège officieux du Sporting où aimaient à se retrouver les dirigeants mais aussi les jeunes joueurs. Le frère de Louis, Paul, fut moins connu, joueur, puis dirigeant il préférait les tâches obscures et pourtant, les deux frères remportèrent en 1931 la première édition du prestigieux challenge Yves-du-Manoir. Dans ces conditions, comment Max, fils de Paul, aurait-il échappé au virus du ballon ovale ?

Encore junior, il est appelé à disputer un match capital contre Niort ; en cas de défaite le Sporting se retrouvera en 2e division ! L'entraîneur Charles Calbet titularise alors deux juniors en 3e ligne : Dal Molin et Dussailland ! Max se souvient : « J'avais juste 18 ans, lorsque je suis entré sur le terrain, je savais que toute ma famille était là, j'ai ressenti une émotion difficile à exprimer. Avec Dussailland, on a joué comme des fous, on gagne, on se maintient, mais je suis bien trop fatigué pour participer à la fête ! ».

Les temps ont bien changé, les habitudes aussi et comment oublier cette rencontre disputée avec les juniors, Max, commençait à être connu et sa détente en fond de touche lui attirait quelques attentions et un dimanche : « Je suis balancé, l'arbitre pourtant très bien placé ne dit rien alors, hors de moi, je l'insulte et, bien sûr, il fait un rapport et je me retrouve sans licence… ». L'histoire pourrait s'arrêter là, mais l'entraîneur de l'équipe réserve Vercellino ne se pose pas de question : « Je joue en réserve sous une fausse licence mais pour me protéger en touche, il délègue Pierre Clément et « Milou » Béziat, entre ces deux gaillards, je ne risque plus d'être balancé ! ».

En 1961, Pierre Lacroix arrive au SUA et démarre la belle aventure des années 60 et les titres de 62, 65 et 66. Malgré la troisième ligne magique Sitjar-Zani- Echavé, Max parvient à rester dans le groupe, il est champion d'automne, mais on ne connaît pas encore le coaching et Max en ressent encore aujourd'hui une évidente frustration. De toute façon, ses obligations professionnelles l'éloignent d'Agen, la région parisienne d'abord puis la Corse et enfin aujourd'hui une retraite très active puisque consacrée à la peinture qui occupe l'essentiel de ses loisirs.

Il n'en oublie pas tout à fait le rugby, même s'il n'est plus spectateur fidèle d'Armandie, il suit bien sûr le parcours du Sporting, sans toutefois toujours retrouver l'esprit de sa jeunesse : « Je ne reconnais pas toujours le rugby, on ne sent pas tellement l'esprit de groupe, les individualités ne se fondent pas toujours dans le groupe, pourtant le SUA possède quelques très bons joueurs, j'apprécie particulièrement Narjissi, Dupuy ou Badenhorst sans oublier les jeunes formés au club tels Monribot, Dulin et quelques autres… ».

C'est peut-être pour aller les encourager que Max Dal Molin envisage très sérieusement de reprendre la carte de l'Amicale des anciens joueurs, une excellente recrue…


La Dépêche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'anecdocte. Max Dal Molin (La Dépêche)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'anecdocte. Max Dal Molin (La Dépêche)
» Baguage bloc moteur
» maxi moulin à "café facile à construire
» Souvenirs de JOs ( Vieilles videos, anecdotes ...)
» DESARMEMENT HASARDEUX COUTEAU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: