Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 La renaissance (Midol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
solen
Champion du monde
Champion du monde


Féminin
Nombre de messages : 13343
Age : 55
localisation : Cugnaux 31
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: La renaissance (Midol)   Mer 5 Mai 2010 - 18:46

Après trois saisons d'enfer en Pro D2, Agen a validé dimanche son retour dans le gotha du rugby français en dominant Lyon. Club centenaire Et historique, le SUALG redevient enfin digne du myhe qu'il représente.



L'anegdote aurait pu deveni symbole. 26 mai 2007, Agen jouait un match de la survie à Armandie contre le Stade français. Un match pour sauver sa place dans l'élite, l'année du centenaire. Mais ous des trombes d'eau, face au magicien Hernadez, le SUALG a laissé échapper le fil de son histoire glorieuse, celle qui l'avait vu comquérir huit Brennus.
Pour la première fois, le club des Sella, Dubroca, Basquet, Ferrasse quitait le gotha... Tois ans plus tard, après des mois de combats, des heures de doutes dans l'enfer du Por D2, Agen est arrivé au bout du chemin. Armandie comme théâtre, Lyon comme adversaire et un seul point à prendre pour assurer le retour au sommet. Ils en on pris cinq pur faire briller à nouveau l'étoile du club.
Ils étaient petits sous la pluie, ils auraient dû revenir sous le soleil radieux. Le destin en a voulu autrement. Mais qu'importe car le triomphe remet le club à sa juste place. En 2007, la pluie donnait à la relègation des allures de naufrage. En 2010, il faut voir dans ces gouttes, des larmes de délivrances. C'est officiel, le SUALG est de retour dans l'élite et disputera même le Challenge européen la saison prochaine. Alain Tingaud a réussi son pari, lui qui n'était pas encore président l'année de la relégation. Chirstian Lanta et Christophe Deylaud, partis en 2006 sur une qualification en H Cup, ont remis Agen en place, pour éventuellement effacer tous les memords liés à leur départ. Il y a ces neufs survivants - Narjissi, Cabarry, Badenhorst, Gelez, Fonua, Edmond-Samuel, Carabignac, Caucaunibuca sans oubier Monribot, à l'époque espoir qui peuvent être fiers d'avoir réparé les dégâts. Il y a Henry Broncan qui ne sera pas allé au bout de sa mission initiale mais qui n'est pas pour rien dans cette renaissance. Il y a tout un club, toute une ville.
Sous la pluie, Agen a concrétisé sa renaissance. Et ouvert un nouveau chapitre de son histoire. Il y a matière à l'espérer. Pour ce rendez-vous contre le Lou, ils étaient 12800 supporters à avoir fait le déplacement. Parmi eux, Xavier qui gardait depuis trois ans dans son portefeuille son billet d'Agen / Stade français. Il avait fait la promesse de ne le déchirer qu'au retour dans l'élite.
Certains sont venus de loin comme Mathieu, parti la veille d'Aix-en-Provence. Et il y avait ceux qui ne pouvaient évidemment pas manquer le jour de gloire après trois saisons de souffances: né au soir de la relégation, le cluc des suppoters OVALIE 47 n'avait pas manqué un déplacement de cette histoire en Pro D2, que ce soit à Otonnax, Bourge-en-Bresse, Blagnac...

LEADER DE TOUTE LA SAISON
Leader du Por D2 depuis le 24 octobre sans interrption, Agen a eu le temps d'appréhendr le bonheur qui se dessinait. Mais jusqu'au bout, le rêve a été occulté. La force de l'exprience. Presonne n'oubliera l'échec de 2008 à Lyon pour l'ultime journée et la qualification en phase finale évanouie. Le revers 2009 en demi-finale à Armandie contre Oyonnax restera aussi longtemps dans les mémoires. Parce que Agen a trop connu le goût des rêves brisés, l'atmosphère n'avait rien d'euphorique. A la demande du président Alain Tingaud, la ville avait fait profil bas. Pas de spectacle ni de manifestation exceptionnelle prévue. Et de rares drapeux affichés en centre ville. Tout un contraste avec la saison dernière. Tout juste, la ville avait-elle autorisé la fermeture plus tardive des bars de la place Jasmin.
Loin, le goût des phases finales...
Il a fallu attendre l'arrivée du speaker renommandant aux supporters de rester jusqu'à la fin pour que la perspective du Top 14 résonne dans Armandie. Mais très vite, les coéquipiers de Badenhorst ont rendu le rêve concret. Deux essais en deux minutes à l'entame de la seconde période ont plié le match. Et Armandie à vibré comme jamais. Première ola de l'histoire selon la mémoire de Gelez. "Je suis heureux pour les supporters. Si je n'ai pas toujours été très tendre, je n'oublie pas qu'ils ont été là pendant ces trois ans." Le match, lui, n'a plus eu de sens. Il fallait juste en finir. 'C'était un peu bizarre. On était dans les nuages. On commençait à réaliser au fil des minutes. Ce n'était pas évident de le gérer. Du coup on s'est fait transpercer", sourire Moribot. "C'était dur de se concentrer sur le rugby. Le match est devenu une bouille de rugby. La messe étaite dite et il nous tardait que ça se termine. Nous voulions juste éviter de finir aux urgences pour profiter de ces moments", enchaîne Gelez.

LA DELIVRANCE
15 h 41, dimanche 2 mai 2010, Badenhorst tape en touche et offre ainsi le titre en Pro D2 en même temps que le retour en élite. Alors, l'émotion devient concrète, pesante, prenante, sur tous les visages. La fin d'un cauchmar, d'une souffance. Jalil Narjissi ose la métaphore: "C'est la fin d'une maladie. Le SUALG est guéri. C'est même difficle à réaliser. L'an passé, on croyait tenir le retour en Top 14 alors cette fois, c'est difficle d'imaginer que personne ne puisse nous enlever ce bonheur." La LNR inrdit l'envahissement du terrain alors la communuion n'est pas imméditate. Joie des joueurs, émotion du staff, une banderole pour remercier les supporters "Champions avec vous". Et puis le discours d'Alain Tingaud qui encourage Armandie à offrir une ovation à l'icone Daniel Dubroca, président malheureux de la relégation. "Je suis heureux pour lui, il le mérite. Pour l'homme qu'il est". Mais aussi à Jean-Paul Bigard, sponsor historique.
La suite ne fut que folie. Moribot pouvait avoir les larmes aux yeux à sa sortie, porté en triomphe. Il sait tout ce qui s'est passé. Il résume: "J'ai vécu la descete avec beaucoup de tristesse. Là c'est tout l'inverse. J'ai vu les supporters heureux comme tout. On les a rendus heureux. C'est l'aboutissement de trois années de travail." "Une libération. J'étais tendu", euphémmise le président Tingaud.
Un vestiaire en joie réserve peu de surprises: photos, bataille d'eau, prime réclamée au président, la visite du maire (Jean Dionis du Séjour en l'ocurence). Mais celui d'Agen offrait une passion en plus. Parce qu'il s'agit du premier titre de Christian Lanta et Christophe Deylaud avec Agen.
Parce qu'il en est de même pour la majorité des joueurs. Christain Lanta ne peut plus reculer: "Ca y est je réalise. Mais vous savez, je suis surtout vraiemnt heureux pour les joueurs. On est partis de loin et ce groupe s'est rélé formidable. Il a fallu se construire puis confimer. Ce fut difficile. On s'est retrouvés sous les projecteurs et on n'avais peut être pas tout à fait l'envergure. Avec Christophe, on s'était donné trois ans pour remonter.
Mais on avait envie de précipiter les choses".

IL A FALLU TROIS ANS
Désormais l'accident de l'histoire a été réparé. "Un gros soulagement après trois ans de cauchemar. Et l'aboutissement d'une saison à faire la course en tête", dit, puidique, Daniel Dubroca.
Narjissi avoue: " Je suis fier d'être là, d'être resté." Et puis il y a les mots de Françoise Gelez "J'ai le sentiment du devoir accompli. Il y a trois ans, quand j'ai décidé de prolonger avec d'autres joueurs, c'était pour connaître ce jour-là. Nous pensions que ça prendrait un an, voire deux. Il a fallu trois ans. J'ai la fierté d'avoir affronté toutes les tempêtes et il y en a eu...
C'est la récompense de tous ces efforts.
Un entroîneur a tout détruit, il a fallu renstruire. Nous avons assumé."
Agen peut enfin voir plus haut.
Christian Lanta préfère encore temporiser. "Il reste Tarbes."
Alain Tingaud appelle à la prudence: "C'st le plus beau moment de cette présidence mais mon bonheur est contenu. Parce que j'ai donné les moyens à ce club, aux joueurs, aux antraîneurs de faire leur métier. Ils l'ont fait. J'ai fait le mien. Mais un tout autre travail nous attend la saison prochaine. Ce sera un challenge très dur."
Pour que les joueurs s'installent dans l'élite. Pour que le club en fasse tout autant avec un budget entre 9 et 10 millions d'euros. Mais avec Lanta et Deylaud, faiseurs d'exploits, il ne faut rien s'interdire.
Absolument authentique, quand Gelez est sorti du vistiaire, les nuages ont valsé et le soleil a rayonné sur Armandie.
Juste un symbole.

Article du Midol de ce lundi, écrit par: Grégory Letort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
solen
Champion du monde
Champion du monde


Féminin
Nombre de messages : 13343
Age : 55
localisation : Cugnaux 31
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Mer 5 Mai 2010 - 18:48

solen a écrit:
Après trois saisons d'enfer en Pro D2, Agen a validé dimanche son retour dans le gotha du rugby français en dominant Lyon. Club centenaire Et historique, le SUALG redevient enfin digne du myhe qu'il représente.



L'anegdote aurait pu deveni symbole. 26 mai 2007, Agen jouait un match de la survie à Armandie contre le Stade français. Un match pour sauver sa place dans l'élite, l'année du centenaire. Mais ous des trombes d'eau, face au magicien Hernadez, le SUALG a laissé échapper le fil de son histoire glorieuse, celle qui l'avait vu comquérir huit Brennus.
Pour la première fois, le club des Sella, Dubroca, Basquet, Ferrasse quitait le gotha... Tois ans plus tard, après des mois de combats, des heures de doutes dans l'enfer du Por D2, Agen est arrivé au bout du chemin. Armandie comme théâtre, Lyon comme adversaire et un seul point à prendre pour assurer le retour au sommet. Ils en on pris cinq pur faire briller à nouveau l'étoile du club.
Ils étaient petits sous la pluie, ils auraient dû revenir sous le soleil radieux. Le destin en a voulu autrement. Mais qu'importe car le triomphe remet le club à sa juste place. En 2007, la pluie donnait à la relègation des allures de naufrage. En 2010, il faut voir dans ces gouttes, des larmes de délivrances. C'est officiel, le SUALG est de retour dans l'élite et disputera même le Challenge européen la saison prochaine. Alain Tingaud a réussi son pari, lui qui n'était pas encore président l'année de la relégation. Chirstian Lanta et Christophe Deylaud, partis en 2006 sur une qualification en H Cup, ont remis Agen en place, pour éventuellement effacer tous les memords liés à leur départ. Il y a ces neufs survivants - Narjissi, Cabarry, Badenhorst, Gelez, Fonua, Edmond-Samuel, Carabignac, Caucaunibuca sans oubier Monribot, à l'époque espoir qui peuvent être fiers d'avoir réparé les dégâts. Il y a Henry Broncan qui ne sera pas allé au bout de sa mission initiale mais qui n'est pas pour rien dans cette renaissance. Il y a tout un club, toute une ville.
Sous la pluie, Agen a concrétisé sa renaissance. Et ouvert un nouveau chapitre de son histoire. Il y a matière à l'espérer. Pour ce rendez-vous contre le Lou, ils étaient 12800 supporters à avoir fait le déplacement. Parmi eux, Xavier qui gardait depuis trois ans dans son portefeuille son billet d'Agen / Stade français. Il avait fait la promesse de ne le déchirer qu'au retour dans l'élite.
Certains sont venus de loin comme Mathieu, parti la veille d'Aix-en-Provence. Et il y avait ceux qui ne pouvaient évidemment pas manquer le jour de gloire après trois saisons de souffances: né au soir de la relégation, le cluc des suppoters OVALIE 47 n'avait pas manqué un déplacement de cette histoire en Pro D2, que ce soit à Otonnax, Bourge-en-Bresse, Blagnac...

LEADER DE TOUTE LA SAISON
Leader du Por D2 depuis le 24 octobre sans interrption, Agen a eu le temps d'appréhendr le bonheur qui se dessinait. Mais jusqu'au bout, le rêve a été occulté. La force de l'exprience. Presonne n'oubliera l'échec de 2008 à Lyon pour l'ultime journée et la qualification en phase finale évanouie. Le revers 2009 en demi-finale à Armandie contre Oyonnax restera aussi longtemps dans les mémoires. Parce que Agen a trop connu le goût des rêves brisés, l'atmosphère n'avait rien d'euphorique. A la demande du président Alain Tingaud, la ville avait fait profil bas. Pas de spectacle ni de manifestation exceptionnelle prévue. Et de rares drapeux affichés en centre ville. Tout un contraste avec la saison dernière. Tout juste, la ville avait-elle autorisé la fermeture plus tardive des bars de la place Jasmin.
Loin, le goût des phases finales...
Il a fallu attendre l'arrivée du speaker renommandant aux supporters de rester jusqu'à la fin pour que la perspective du Top 14 résonne dans Armandie. Mais très vite, les coéquipiers de Badenhorst ont rendu le rêve concret. Deux essais en deux minutes à l'entame de la seconde période ont plié le match. Et Armandie à vibré comme jamais. Première ola de l'histoire selon la mémoire de Gelez. "Je suis heureux pour les supporters. Si je n'ai pas toujours été très tendre, je n'oublie pas qu'ils ont été là pendant ces trois ans." Le match, lui, n'a plus eu de sens. Il fallait juste en finir. 'C'était un peu bizarre. On était dans les nuages. On commençait à réaliser au fil des minutes. Ce n'était pas évident de le gérer. Du coup on s'est fait transpercer", sourire Moribot. "C'était dur de se concentrer sur le rugby. Le match est devenu une bouille de rugby. La messe étaite dite et il nous tardait que ça se termine. Nous voulions juste éviter de finir aux urgences pour profiter de ces moments", enchaîne Gelez.

LA DELIVRANCE
15 h 41, dimanche 2 mai 2010, Badenhorst tape en touche et offre ainsi le titre en Pro D2 en même temps que le retour en élite. Alors, l'émotion devient concrète, pesante, prenante, sur tous les visages. La fin d'un cauchmar, d'une souffance. Jalil Narjissi ose la métaphore: "C'est la fin d'une maladie. Le SUALG est guéri. C'est même difficle à réaliser. L'an passé, on croyait tenir le retour en Top 14 alors cette fois, c'est difficle d'imaginer que personne ne puisse nous enlever ce bonheur." La LNR inrdit l'envahissement du terrain alors la communuion n'est pas imméditate. Joie des joueurs, émotion du staff, une banderole pour remercier les supporters "Champions avec vous". Et puis le discours d'Alain Tingaud qui encourage Armandie à offrir une ovation à l'icone Daniel Dubroca, président malheureux de la relégation. "Je suis heureux pour lui, il le mérite. Pour l'homme qu'il est". Mais aussi à Jean-Paul Bigard, sponsor historique.
La suite ne fut que folie. Moribot pouvait avoir les larmes aux yeux à sa sortie, porté en triomphe. Il sait tout ce qui s'est passé. Il résume: "J'ai vécu la descete avec beaucoup de tristesse. Là c'est tout l'inverse. J'ai vu les supporters heureux comme tout. On les a rendus heureux. C'est l'aboutissement de trois années de travail." "Une libération. J'étais tendu", euphémmise le président Tingaud.
Un vestiaire en joie réserve peu de surprises: photos, bataille d'eau, prime réclamée au président, la visite du maire (Jean Dionis du Séjour en l'ocurence). Mais celui d'Agen offrait une passion en plus. Parce qu'il s'agit du premier titre de Christian Lanta et Christophe Deylaud avec Agen.
Parce qu'il en est de même pour la majorité des joueurs. Christain Lanta ne peut plus reculer: "Ca y est je réalise. Mais vous savez, je suis surtout vraiemnt heureux pour les joueurs. On est partis de loin et ce groupe s'est rélé formidable. Il a fallu se construire puis confimer. Ce fut difficile. On s'est retrouvés sous les projecteurs et on n'avais peut être pas tout à fait l'envergure. Avec Christophe, on s'était donné trois ans pour remonter.
Mais on avait envie de précipiter les choses".

IL A FALLU TROIS ANS
Désormais l'accident de l'histoire a été réparé. "Un gros soulagement après trois ans de cauchemar. Et l'aboutissement d'une saison à faire la course en tête", dit, puidique, Daniel Dubroca.
Narjissi avoue: " Je suis fier d'être là, d'être resté." Et puis il y a les mots de Françoise Gelez "J'ai le sentiment du devoir accompli. Il y a trois ans, quand j'ai décidé de prolonger avec d'autres joueurs, c'était pour connaître ce jour-là. Nous pensions que ça prendrait un an, voire deux. Il a fallu trois ans. J'ai la fierté d'avoir affronté toutes les tempêtes et il y en a eu...
C'est la récompense de tous ces efforts.
Un entroîneur a tout détruit, il a fallu renstruire. Nous avons assumé."
Agen peut enfin voir plus haut.
Christian Lanta préfère encore temporiser. "Il reste Tarbes."
Alain Tingaud appelle à la prudence: "C'st le plus beau moment de cette présidence mais mon bonheur est contenu. Parce que j'ai donné les moyens à ce club, aux joueurs, aux antraîneurs de faire leur métier. Ils l'ont fait. J'ai fait le mien. Mais un tout autre travail nous attend la saison prochaine. Ce sera un challenge très dur."
Pour que les joueurs s'installent dans l'élite. Pour que le club en fasse tout autant avec un budget entre 9 et 10 millions d'euros. Mais avec Lanta et Deylaud, faiseurs d'exploits, il ne faut rien s'interdire.
Absolument authentique, quand Gelez est sorti du vistiaire, les nuages ont valsé et le soleil a rayonné sur Armandie.
Juste un symbole.

Article du Midol de ce lundi, écrit par: Grégory Letort

Je trouve cet article, très beau, et plein de bonheur.
Merci à tout les joueurs de cette belle remontée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agenais de vienne
Champion de france
Champion de france


Masculin
Nombre de messages : 1330
Age : 38
localisation : Seyches
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Mer 5 Mai 2010 - 19:12

Je dois reconnaître qu'il s'agit d'un très bel article même si je suis midol-sceptique.

Pour une fois j'ai l'impression d'avoir vécu la même chose que ce qui est décrit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
solen
Champion du monde
Champion du monde


Féminin
Nombre de messages : 13343
Age : 55
localisation : Cugnaux 31
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Mer 5 Mai 2010 - 20:24

C'est comme tout les journeaux, il faut en prendre et en laisser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rivière
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 13491
Age : 67
localisation : Aulnay sous bois
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Mer 5 Mai 2010 - 20:26

Faut-il traverser un purgatoire de 3 ans pour lire des sujets captivants ?

La lecture de cet article, me porte à croire que grâce à la descente en PRO D2 et le retour du SUA en TOP 14; une renaissance de l'estime pour ce club permet enfin d'effacer ou tout au moins d'atténuer toutes les velléités mesquines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sualex
***************
***************


Masculin
Nombre de messages : 13472
Age : 37
localisation : Agen
compte Twitter : @Alex4778
Date d'inscription : 18/06/2005

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Mer 5 Mai 2010 - 21:32

Merci nanoue Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sualg15.forumactif.com/index.forum
Figolu
joue en fédérale 1
joue en fédérale 1


Masculin
Nombre de messages : 351
Age : 30
localisation : Aix/Marseille - Gemenos - Agen
Date d'inscription : 23/07/2006

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Jeu 6 Mai 2010 - 12:22

solen a écrit:

Certains sont venus de loin comme Mathieu, parti la veille d'Aix-en-Provence. Et il y avait ceux qui ne pouvaient évidemment pas manquer le jour de gloire après trois saisons de souffances: né au soir de la relégation, le cluc des suppoters OVALIE 47 n'avait pas manqué un déplacement de cette histoire en Pro D2, que ce soit à Otonnax, Bourge-en-Bresse, Blagnac...


C'est moi !!!!!!!!!! Mais je sais pas comment je suis arrivé là !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tritonsflingueurs.blogspot.fr/
Pierre de Paris
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 64
localisation : Banlieue Sud 800m de Paris!
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Jeu 6 Mai 2010 - 12:53

Nanoue merci pour cet article; c'est vrai qu'il est très très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
solen
Champion du monde
Champion du monde


Féminin
Nombre de messages : 13343
Age : 55
localisation : Cugnaux 31
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Jeu 6 Mai 2010 - 12:56

Figolu a écrit:
solen a écrit:

Certains sont venus de loin comme Mathieu, parti la veille d'Aix-en-Provence. Et il y avait ceux qui ne pouvaient évidemment pas manquer le jour de gloire après trois saisons de souffances: né au soir de la relégation, le cluc des suppoters OVALIE 47 n'avait pas manqué un déplacement de cette histoire en Pro D2, que ce soit à Otonnax, Bourge-en-Bresse, Blagnac...


C'est moi !!!!!!!!!! Mais je sais pas comment je suis arrivé là !!

Ha c'est toi????????, ben, moi non plus je sais tu as fais pour arriver là...



Bon, je vais en mangé quelque uns, il parrait que c'est plein de vitamines les figoulus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La renaissance (Midol)   Aujourd'hui à 13:31

Revenir en haut Aller en bas
 
La renaissance (Midol)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moins d'étrangers cette année en TOP 14 d'après le MIDOL
» Laurent FERRERES Oscar Midol Octobre 2008
» LE XV PRO D2 DES ETOILES MIDOL
» Le fils à Jo (Midol)
» TPR-Stade Montois...par Midol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: