Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 L'humeur de Jean-Pierre Elissalde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
gir3347
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 68
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 17:06

L’humeur de Jean-Pierre Elissalde : rugby bio et rugby pro…
Posté le 04.05.2011 dans L'humeur de Jean-Pierre Elissalde par JPE / Lu 152 fois



Mon week-end dernier a été occupé autant par le rugby amateur (j’ai même arbitré la touche d’un match de cadets, j’y reviens plus bas) que par le rugby pro et ses demi-finales européennes. Cet aller-retour entre deux mondes nourrit mon parcours encore aujourd’hui, puisqu’en plus de mon vécu dans le rugby professionnel, en plus de ma participation aux Spécialistes et de cette chronique, j’ai un fils de 34 ans entraineur au Stade Toulousain et un de 12 ans qui joue dans l’équipe benjamin de Nafarroa où j’entraîne les juniors Reichel B. J’ai donc un pied dans le rugby pro et l’autre dans le rugby bio, ce rugby amateur sans artifice, sans muscu et sans investissement financier, qui vit exclusivement de sa propre production, sans apport extérieur. Cette double expérience alimente souvent ma réflexion dans ces colonnes. Après le week-end que je viens de vivre, c’est une nouvelle fois le cas.
Pourquoi Toulouse a-t-il perdu ? Parce que, comme toutes les équipes françaises, professionnelles et amateurs, le Stade Toulousain gère sa saison (qualification directe, maintien pour d’autres) et ses matches au lieu de construire. Il a son tableau de marche, les bonus défensifs à glaner chez tel gros, les bonus offensifs à assurer contre tel petit, les victoires à aller chercher à l’extérieur, l’effectif à faire tourner. L’effectif est lui aussi géré et donc en finit par se gérer lui-même (choix des matches, variation de l’implication). Ce sont les mêmes joueurs qui jouent le Championnat, la Coupe d’Europe et composent, pour la plupart, l’équipe de France et jouent donc les tournées de novembre et de juin, le Tournoi et préparent la Coupe du monde. Avec toujours le même objectif : obtenir des résultats partout tout le temps. La préparation n’existe pas chez nous, nous sommes en compétition perpétuelle.

Jean-Pierre Elissalde. (Photo DR)

Le Leinster, lui, a tourné toute la saison en Ligue celte avec une équipe mixte (un certain nombre de joueurs qu’on ne voit jamais en Coupe d’Europe). Il a joué ses six matches de poule et ses phases finales en H Cup dans le but de gagner la finale selon une courbe de progression ascensionnelle faisant de chacun de ses matches de Ligue celte le meilleur terrain d’entraînement possible : du practice en conditions réelles pour s’aguerrir à tout point de vue (physique, technique, tactique). Les Irlandais bossent en flux tendu, contrairement à nous. Ils ont fait, je pense, l’impasse sur le Tournoi et préparent déjà la Coupe du monde alors que notre équipe de France aborde chacune de ses échéances et notamment chaque Tournoi avec une énorme pression.
Et paradoxalement, alors que c’est un monde comme je le disais avec a priori moins d’enjeux et moins d’argent, qui devrait donc se nourrir essentiellement des produits de la ferme, le rugby amateur répond à la même problématique. A force d’être trop dans la compétition, on n’est plus compétitif. La quête permanente du résultat ponctuel surpasse l’objectif de construction et donc de (pré)formation. Nous sommes dans la rentabilité à court terme. Personne ne prend le temps de voir après-demain. Nous sommes tous devenus des gens pressés. Or le temps te donne la sagesse et la sagesse, c’est justement de prendre son temps. J’ai la chance d’avoir 58 ans (il faut bien qu’il y ait quelque avantage à vieillir !) et de voir, comme je l’écrivais plus haut, deux mondes qui évoluent beaucoup par mimétisme (l’amateur reproduit ce qu’il voit chez les pros) tout en étant de plus en plus séparés. Si j’avais (tout à fait humblement) un devoir, une mission à mener dans le rugby, elle serait de (re)créer des ponts, de (re)serrer des liens, de (ré)initier chacun à ses obligations. Tous les anciens, tous les élus devraient s’y atteler. Ont-ils seulement conscience de tout ce qui est écrit ici ? Le comité directeur de la FFR se réunit ce week-end à Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port), notre président va recevoir la Légion d’Honneur. La Ligue pourrait bien, pendant ce temps-là, se réunir à Hendaye. Chacun dans son monde. Il me semble pourtant qu’il s’agit bien du même. Ces gens, qui gèrent le rugby amateur, cherchent-ils seulement à se lier avec le monde professionnel ? A insuffler une approche plus constructive ? Et ceux de la LNR, ont-ils une vision plus partagée de l’évolution de notre rugby ?

Jean-Pierre Elissalde
PS : J’ai donc été arbitre de touche sur un match de cadets samedi après-midi et je dois bien reconnaître que j’ai douté, et pas qu’un peu, sur trois ou quatre décisions. Cette expérience m’incitera certainement à modérer mes propos à l’avenir sur le sujet…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanatany
Champion de france
Champion de france


Masculin
Nombre de messages : 2145
Age : 68
localisation : leognan (astaffort)
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 17:19

les forumistes qui passent leur temps a "casser" les arbitres devraient tous arbitrer plusieurs fois
cela leur permettrait de reflechir avant d ecrire n importe quoi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr En ligne
tugudu
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 8578
Age : 11
Date d'inscription : 24/06/2005

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 18:29

zanatany a écrit:
les forumistes qui passent leur temps a "casser" les arbitres devraient tous arbitrer plusieurs fois
cela leur permettrait de reflechir avant d ecrire n importe quoi

Et quand un arbitre dit que son collègue nous enfle, qu'est-ce qu'on lui répond chef ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunito
Champion de france
Champion de france


Masculin
Nombre de messages : 1976
Age : 21
localisation : Entre Armandie et Bordeaux
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 18:40

Tu lui réponds que c'est pas grave et que l'on a l'habitude !! batman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rivière
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 13488
Age : 67
localisation : Aulnay sous bois
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 21:53

Prunito a écrit:
Tu lui réponds que c'est pas grave et que l'on a l'habitude !! batman


Mais on ne lui dira pas "MERCI" Wink Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
zanatany
Champion de france
Champion de france


Masculin
Nombre de messages : 2145
Age : 68
localisation : leognan (astaffort)
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 21:56

nous frisons la le top 5 de l intelligence du supporter moyen
je vous remercie d autant de cooperation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr En ligne
Prunito
Champion de france
Champion de france


Masculin
Nombre de messages : 1976
Age : 21
localisation : Entre Armandie et Bordeaux
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 4 Mai 2011 - 23:32

Pas de problème.
Dans "supporter moyen" il y a au moins le mot "supporter" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'agenais de laval
Champion d'europe
Champion d'europe


Masculin
Nombre de messages : 4587
Age : 61
localisation : LAVAL
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Jeu 5 Mai 2011 - 8:16

Merci gir3347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambeoka.fr
gir3347
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 68
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Mer 8 Juin 2011 - 15:56

L’humeur de Jean-Pierre Elissalde : le Stade Toulousain est-il vraiment grand ?

Rugby Connection.com - 08/06/11

Dix-huit titres de Champion de France (et quatre européens), c’est immense, il n’y a rien à redire là-dessus. Mais voici la question que je pose : qu’est-ce qui fait que Toulouse est si grand ? Aujourd’hui, tout sauf son jeu, qui n’a plus rien d’exceptionnel – ou de manière trop ponctuelle.
Au Stade Toulousain, on constate une fidélisation de l’encadrement tout bonnement extraordinaire : on ne retrouve nulle part ailleurs une telle durée de vie du coach. Le recrutement d’entraîneurs issus du club érigé comme un principe est également une particularité forte. Fait rare désormais, le club appartient encore majoritairement à l’association. Autre fait rare (partagé avec Clermont), il possède son stade avec tous les avantages que cela comporte en termes de liberté d’investissement dans les infrastructures. Cette autre particularité, bien abordée, a permis au Stade Toulousain de développer et diversifier son économie plus rapidement que les autres (pas de sponsor ou mécène omnipotent). Enfin, le centre de formation tourne à plein régime et, en plus du Stade Toulousain qui en conserve les meilleurs éléments, nourrit le rugby français dans son ensemble : cette saison, 70 joueurs issus de la formation toulousaine détenaient un contrat pro en Pro D2 ou en Top 14. Pour toutes ces raisons, Toulouse est une référence unique et, de fait, incontournable de notre rugby devenu professionnel.

Jean-Pierre Elissalde. (Photo DR)

Peut-on en dire autant du jeu ? Je ne le pense plus. Le Stade Toulousain, écrabouillé par la surpuissance des avants biterrois et obligé de surjouer tous les ballons en finale en 1980, flamboyant en 1985 contre Toulon avec le triplé de Charvet et le doublé de Bonneval, puis en 1989 avec l’essai de 100 mètres de Charvet encore contre Toulon, est devenu une équipe comme les autres, pragmatique, basant ses succès lors des matches serrés et/ou à enjeu sur sa conquête, l’une des meilleures de France, sa défense imperméable, un buteur très efficace (excepté samedi) et, dans ces grandes occasions, un ratio de passes redevenu banal. Et pourtant, ce Stade Toulousain reste la référence en matière de mouvement général, d’adaptabilité, de jeu de passes et de prise d’intervalle. Or cette expression-là est devenue sporadique, comme on peut la retrouver chez d’autres par instant, Clermont par exemple ou Biarritz dans une partie à sept essais contre le Racing. Le fond de sauce toulousain est bel et bien pragmatique, la finale contre Montpellier nous l’a une nouvelle fois prouvé.
Fort, le Stade Toulousain est passé en force samedi soir. Il était contré à la mi-temps, à part son coaching à mon sens gagnant, il n’a pas évolué différemment en deuxième mi-temps, il a seulement tapé plus fort avec une meilleure mêlée (entrée de Poux), une meilleure récupération des ballons hauts (le fond du terrain Clerc-Poitrenaud-Médard reconstitué). Et, à force de cogner, les Toulousains ont poussé les Montpelliérains à la faute. Mais jamais ces derniers n’ont été débordés, pris par le rythme, sur les extérieurs ou dans les intervalles. Ils sont subi l’impact, collectif et individuel. On était donc plus dans le marteau (frappe) que dans les ciseaux (déchirement) et je ne vois plus là cette notion d’école de jeu que l’on (les médias, le monde du rugby) continue pourtant de diffuser largement. Toulouse n’est pas Barcelone en football.
Ceci, je le répète, n’enlève rien au palmarès ni au caractère unique et exemplaire de la structure et de la philosophie de cette grande maison. Il y a quelque chose dans ce club, des hommes forts à tous les postes clés et bien plus de gardiens du Temple que de marchands. En cela, mais en cela seulement désormais, Toulouse est grand (et très fort).

Jean-Pierre Elissalde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gir3347
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 68
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Jeu 25 Aoû 2011 - 18:13

L’humeur de Jean-Pierre Elissalde : Huget, Marconnet, Saint-André, l’été chaud du XV de France


Posté le 25.08.2011 dans L'humeur de Jean-Pierre Elissalde par JPE / Lu 427 fois

La Coupe du monde approche à grands pas mais il est encore un peu tôt pour parler pronostics, jeu, potentiel des uns et des autres (on aura encore un nouvel aperçu ce week-end avec Australie – Nouvelle-Zélande) ou Champion probable, mais je retiens quatre faits majeurs qui, pour moi, ont marqué l’été du XV de France.

Le premier buzz fut l’auto-exclusion du groupe France de Yoann Huget. Comme trop souvent, la « famille », l’environnement, les médias sont tous tombés dans le protectionnisme et l’excuse, dans l’empathie immédiate pour le malheureux dont on a fait une victime alors qu’il est coupable. La famille (la vraie), le syndicat des joueurs étaient dans leur rôle, au-delà, ce protectionnisme me gêne. Qu’aurait-on dit s’il s’était agi d’un cycliste ou d’un coureur de 1500 mètres ? Je suis étonné d’ailleurs que personne n’ait cherché à mettre en avant l’immaturité du joueur et son absence de sens des responsabilités. Pour le coup, on en est à l’âge d’or pour les salaires et à l’âge de pierre quant à la responsabilisation. Si la responsabilité de ce gosse est, pour moi, acquise, je trouve néanmoins incroyable qu’aucune structure ne soit faite pour anticiper ce genre de situation. Mais à quoi servent les agents, les multiples commissions fédérales ou celles de la LNR, les staffs qui semblent ne jamais devoir s’arrêter de s’étoffer ? Le joueur est bien seul. Et ses employeurs, club et FFR, trop passifs. Bref, tous les métiers ont leurs règles, celui de rugbyman pro n’y échappe pas et c’est ainsi : il faut les suivre. Trois mois de suspension n’est que justice (plus, en revanche, serait injuste).

Jean-Pierre Elissalde. (Photo DR)


Les faits suivants concernent la liste définitive des 30 joueurs qui partent dans quelques jours pour la Nouvelle-Zélande. J’étais surpris, le 11 mai, que la première liste ne comprenne que deux talonneurs. Compte tenu du retour alors encore incertain de Szarzewski et de l’usure de Servat (malheureusement avérée en finale de Top 14), la présence de Guirado s’imposait à l’origine. Le (léger) retard pris par Servat depuis les fait partir à trois finalement et c’est tant mieux. Quid des demis de mêlée ? A ce poste, le problème est identique, même si Clerc, qui a déjà effectué des piges à ce poste au Stade Toulousain, peut jouer les suppléants. Quoique…

La sortie de Marconnet. Au-delà de la manière (il n’en existe aucune de bonne pour annoncer à un joueur qu’il ne disputera finalement pas la Coupe du monde), je la trouve logique. Poux a fait une entrée sérieuse et sécurisante contre l’Irlande à BordeauxDucalcon a réalisé une solide partie pendant 80 minutes. Du fait des trois talonneurs et du forfait de Domingo, ne restait qu’une place pour Marconnet ou Barcella. L’histoire du printemps de Rome a pesé. Rappelez-vous les mots de Marc Lièvremont à l’époque. La confiance qu’il pouvait avoir en Barcella (malgré une entrée à Dublin pas forcément rassurante) s’est imposée à la défiance en Marconnet née de la défaite en Italie. Le sportif n’aura pas été seul pris en compte. Il s’est vraisemblablement passé quelque chose à Rome, pendant le match et sans doute après, qui a marqué l’esprit de Marc (aucune tête coupée alors n’a survécu).

J’ajoute un mot sur la résurrection d’Aurélien Rougerie – comment l’appeler autrement ? Un chirurgien m’avait dit un jour : « Il n’y a pas de bons médecins, il n’y a que des bons malades. » Rougerie doit être un très bon malade !

Pour finir, arrêtons-nous un instant sur le ramdam de la nomination du nouveau sélectionneur. Lièvremont avait annoncé dès octobre 2010 qu’il ne serait pas candidat à sa propre succession, les choses étaient on ne peut plus simples, elles pouvaient être anticipées et on en arrive encore à jouer avec les clubs, avec les hommes. Au-delà des manières bien éduquées ou non, comment a-t-on pu faire preuve, une fois encore, d’une telle inconscience des enjeux qui pèsent sur les différentes parties de notre rugby ? Il ne s’agit plus de la mise en disponibilité d’un douanier (petite référence à Lapasset) ou de mettre un bistrot en gérance. On prend des gens qui occupent des postes à hautes responsabilités dans des structures à 20 ou 30 millions d’euros de budget ! Et on voudrait que cela soit normal, que cela passe tout seul. J’en tombe sur le c.., passez-moi l’expression.

En ce qui concerne les hommes recrutés ou ciblés, je n’ai rien à redire sur Philippe Saint-André ou Patrice Lagisquet. En revanche, j’aurais conservé Didier Retière au moins pour le prochain Tournoi. Souvenez-vous de notre mêlée sur le toit lors du premier Tournoi des Six Nations des Bleus de Lièvremont, en 2008. S’il y a bien un fil conducteur à retenir depuis, une chose qui a fonctionné, c’est la conquête. Je trouve toujours intéressant de travailler dans la continuité pour la transmission du savoir, sur et hors le terrain. Retière pouvait avoir cette fonction jusqu’à l’arrivée de Bru en juin 2012. Sa présence aurait permis à Saint-André de gérer son premier Tournoi le temps de constituer son staff, avec « Lagisque » intervenant comme pigiste les semaines de préparation. Pour les quelques jours qui précédent les matches, dans ce genre de Tournoi si particulier qui suit les Coupes du monde, ça me paraissait suffisant, cela n’aurait pas changé grand-chose à notre compétitivité et cela aurait évité la situation conflictuelle qu’ l’on connaît aujourd’hui.

Avec tout ça, j’en ai oublié le Top 14… Ce sera pour après la Coupe du monde. Je pars suivre le Mondial en Nouvelle-Zélande pour Canal+ qui m’impose l’exclusivité. Je vous abandonne donc pour deux mois mais rendez-vous est pris pour l’automne.

Jean-Pierre Elissalde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'humeur de Jean-Pierre Elissalde   Aujourd'hui à 13:14

Revenir en haut Aller en bas
 
L'humeur de Jean-Pierre Elissalde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'humeur de Jean-Pierre Elissalde
» Japon : Jean-Pierre Elissalde sélectionneur
» Quand Pierre Berbizier parle de Jean-Pierre Elissalde...
» Jean-Pierre Labelle en deuil
» Au revoir Jean-Pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: