Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 Serge Blanco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
solen
Champion du monde
Champion du monde


Féminin
Nombre de messages : 13343
Age : 55
localisation : Cugnaux 31
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Serge Blanco   Mar 26 Oct 2010 - 20:10

Serge Blanco Président de Biarritz

« Le rugby tourne en rond
Avant de revoir Clermont, le Président biarrot revient sur la « crise » de septembre. Il réagit vivement aux prises de positions de Marc Lièvremont, regrette le peu de poids de la France dans les instances internationales et critique l’action de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Jean-Luc Gonzalez
Etiez-vous vraiment sérieux quand vous avez annoncé en début de saison que le BO devait gagner un titre ?

Serge Blanco
Je profite de cette question pour rétablir une vérité. J’ai effectivement dit cela à mes joueurs et aux socios mais pas à la presse.
C’était une discussion en famille.

Jean-Luc Gonzalez
Cela voudrait-il dire que vous regrettez de l’avoir dit ?

Serge Blanco
Pas du tout. En famille, on peut tout se dire. Je regarde mon équipe avec mes yeux de président et je parle à mes joueurs comme un compétiteur. Je sais que le BO n’a rien à envier à personne. Il a mis du temps à démarrer cette saison mais il a démarré.

Jean-Luc Gonzalez
N’occultez-vous pas le problème du début de saison et la fausse démission de Jean-Michel Gonzalez ?

Serge Blanco
Il ne s’est rien passé. Biarritz a perdu contre Toulon et quelque chose a été monté artificiellement. On a été attaque, c’est le lot de tout les clubs, de tous les entraîneurs.

Jean-Luc Gonzalez a quand même failli démission ,

Serge Blanco
Il été déstabilisé.


Jean-Luc Gonzalez
Cette crise a-t-elle été salutaire ?

Serge Blanco
Il n’y a pas eu de crise. Après le revers contre Toulon, le BO a enchaîné sur deux autres défaite, à Agen et Perpignan. Agen, nous aurions pu gagner. A Perpignan, c’est autre chose, la victoire, on l’a donnée aux Catalans.. Et quand je dis « on », je ne dis pas nous.

Jean-Luc Gonzalez
Mais qui est « on » ?

Serge Blanco
Allez savoir ! C’est deux défaites ne m’ont pas découragé, au contraire . j’ai su qu’en travaillant, qu’en récupérant les blessés, l’avenir se dégagerait.

Jean-Luc Gonzalez
Le BO donne l’impression d’être moins costaud que les saisons précédentes. Il ne s’est pas qualifié pour les quarts de finale depuis trois ans. Est-il devenu fragile ?

Serge Blanco
Après un début catastrophique la saison dernière, il y a eu des remises en question salutaires. J’observe que le championnat n’a jamais été aussi relevé. Qu’il n’y a plus quatre, mais huit équipes en mesure de remporter le titre.
Certaines étaient attendues. D’autre comme Montpellier ne l’était pas. Le Racing-Metro et Toulon confirment. Le profil du championnat a changé. Je n’ai pas vu arriver, ou plutôt revenir, une équipe comme le Stade français. Elle a Jean-Luc Gonzalez un peut le même style de jeu que le

Jean-Luc Gonzalez
Le premier épisode européen s’est soldé par deux succés qui devraient vous permettre de jouer un quart à Anoeta. Le BO aime toujours autant la H Cup.

Serge Blanco
Il aime toutes les compétitions auxquelles il participe. Je veux évoluer au plus haut niveau.
L’histoire moderne du BO s’est bâtie autour de gens frustrés qui ne jouaient plus ailleurs, que l’on disait pas assez bons. Je leur ai donné l’occasion de s’exprimer et ça a marché. En 1995, mon club se battait pour le maintien.
J’ai fait brûler pas mal de cierges pour que le BO ne descende pas. Maintenant je ne tremble plus.

Jean-Luc Gonzalez
Vous dites souvent que le BO est une famille. Mais comment concilier famille et professionnalisme ?

Serge Blanco
Il n’est pas interdit d’être une famille riche (rire). Le BO n’est pas plus riche que les autres, il l’est sans doute moins, et il doit innover pour passer certains pas. Le BO est un club familial et tout élément du club doit être en mesure de trouver du soutien auprès de n’importe quel coéquipier. Ce n’est pas la seule caractéristique que je veux développer au sein du club. Savez-vous le nombre croissant de jeunes qui entrent en équipe première depuis deux ans ?

Jean-Luc Gonzalez
Ils sont nombreux, et cela semble vous rendre très fier ?

Serge Blanco
Quand je suis revenu à Biarritz, j’imaginais que tout n’irait pas tout seul. Je savais qu’il fallait mettre l’accent sue le développent du club : ses tribunes, ses partenaires et son équipe. Je travaille sur un modèle original.
Beaucoup de clubs ont des jeunes joueurs de talent mais ne les font pas jouer. Il y avait un sillon, je n’ai pas eu peur d’en changer en intégrant des espoirs dans le groupe premier. Prenez l’exemple de Gimenez. Il avait joué quelques matchs l’an dernier et ce fut tout. On l’avait presque oublié et il pensait qu’il n’existait plus à nos yeux. Ce n’était pas vrais et il a fallu que je lui dise que Biarritz comptait sur encore sur lui. L’aurais pu aller chercher de très grand joueurs français ou étrangers mais je ne l’ai pas fait. Le problème avec les grands joueurs, c’est qu’ils sont souvent pris par ailleurs et qu’on ne peut pas les faire joueur.
Un joueur devient grand quand on lui fait confiance. C’est l’histoire de ma carrière sportive.

Jean-Luc Gonzalez
Mais il y a des risques…

Serge Blanco
Oui, celui de faire entrer trop de jeunes en même temps et de les faire éclore pour ceux qui n’osent pas faire jouer leurs propres jeunes. Je sais que certains agents ou présidents viendront frapper à la porte avec l’argument qui tue : « Viens chez nous et tu seras mieux payé qu’à Biarritz. » Tous les jeunes que j’ai fait venir ces deux dernières années jouent. C’est ma fierté.


Jean-Luc Gonzalez
Qu’en sera-t-il des anciens comme Yachvili, Traille, Thion et Peyrelongue dont les contrats arrivent à échéance ?

Serge Blanco
A huit mois du terme de la saison, les gens ne cessent de me bassiner avec ça et je suis scandalisé. Je vis dans un système où la manipulation est reine.
Que n’a-t-on pas dit et écrit sur Imanol. Il était déjà au Racing-metro mais il a prolongé son contrat chez nous. Laissez-moi faire. Si un joueur s’en va, c’est que je ne pouvais pas ou que je ne voulais pas le garder. Le renouvellement des contrats c’est mon a Jean-Luc Gonzalez ffaire, pas celle des agents ou de la presse.

Jean-Luc Gonzalez
Oui, d’accord. Mais les prix montent tous les jours.

Serge Blanco
Je ne suis pas un fabricant de billets. A mes joueurs, je parle contexte, vision future du rugby. Je ne leur dis pas : « Tu est le plus beau, le plus fort .» Je ne suis pas en mesure de multiplier comme certains les salaires par trois, pour après ne pas les faire jouer. Un jour, les clubs ne pourront plus payer leurs joueurs. C’est tout. Je sais comment marche le système.
Les agents arrivent, te passent la main dans le dos et te proposent un joueur qu’ils sont en train de vendre à dix autres clubs… et les prix montent artificiellement.
J’ai été joueur. Je suis président. Maintenant je me sens capable d’être agent ou journaliste (rire).


Jean-Luc Gonzalez
Restez président, vous faites ça très bien. Et puis, que ferions-nous sans quelques passes d’armes mémorables entre vous et Mourad Boudjellal ou Jacky Lorenzetti ?

Serge Blanco
Quand Imanol a décidé de rester chez nous, Lorenzetti avait fait passer un communiqué pas très sympataique. Je ne m’intéresse pas à la gestion des autres présidents mais je n’aime pas que l’on vienne me donner des leçons. Le milieu a vécu sans eux et il vivra sans eux après j’espère qu’il y aura d’autres prises de bec et qu’elles auront pour centre d’intérêt l’évolution du rugby.
Je n’ai pas le meilleur des caractères, mais quand un accrochage est terminé, il est terminé…

Jean-Luc Gonzalez
Jacky Lorenzetti a claqué la porte de la dernière réunion des présidents de clubs. Un commentaire ?

Serge Blanco
Je ne suis pas au courant.

Jean-Luc Gonzalez
On ne peut pas le croire.

Serge Blanco
Puisque je vous le dis.

Jean-Luc Gonzalez
Que pensez-vous de la mise en place des quarts de finale la saison prochaine ?

Serge Blanco
A la tête de la Ligue, j’ai ferraillé pendant dix ans.
J’ai défendu l’indéfendable. J’ai tenté d’amener des idées novatrices. Je ne dirai rien sur la Ligue.
Aujourd’hui, je suis un suiveur, un mouton, ou plutôt un mouton noir (rires). Je suis président du Bo, je pens à la continuité. Il est grand temps que le rugby se nourrisse d’objectifs et pas de querelles. Il y a des élections tous les quatre ans, si des gens sont mécontents, ils n’auront qu’à changer leurs élus.

Jean-Luc Gonzalez
Et du problème de calendrier, pouvez-vous en parler ?

Serge Blanco
J’ai mis l’accent pendant dix ans sur le dysfonctionnement du rugby au niveau international. Il n’y a pas aujourd’hui de calendrier international digne de ce nom. Ma préoccupation majeure, c’est l’évolution future du rugby. Je constate qu’une minorité veux du Sud, l’Australie et de Nouvelle-Zélande, impose son diktats à la terre entière. Et je vois que le rugby tourne en rond à cause du sud, des Australiens et des Néo-Zélandais.

Jean-Luc Gonzalez
Avez-vous des exemples ?

Serge Blanco
Oui, une règle de l’IRB définit le nombre de matchs possibles par le équipes nationales dans une saison. et cette règle n’est pas appliqué par les Sudistes qui dépassent largement le quota autorisé. Je suis agacé de voir la Nouvelle-Zélande disputer une quinzaine de rencontres par an. Bien des erreurs sont faites au niveau mondial. Après la Coupe du monde joueée en France en 2007n un élan exceptionnel est né autour du rugby, las mais cet engouement ne durera pas car si le Mondial 2011 en Nouvelle-Zélande sera une grande réussite sportive, il sera aussi un grand désastre financier.
Comment préparer le futur par un désastre ? J’ai envie de parler des tournées, de libération des joueurs, de transferts internationaux. Je veux regarder les gens droit dans les yeux. Il n’est pas possible de bâtir un futur sur la peur qu’ont les Australiens et Néo-Zélandais de voir partir leurs meilleurs joueurs comme un vol de moineaux après la Coupe du monde. Il y a comme une vision qui ne mène nulle part.

Jean-Luc Gonzalez
Et l’avenir du rugby français dans tout ça ?

Serge Blanco
Il passera par l’avenir du rugby mondial.

Jean-Luc Gonzalez
Qu’avez-vous à dire de l’interview de Marc Lièvremont paru en début de semaine dans « Sud-Ouest » ?

Serge Blanco
Si Marc lièvremont n’est pas enthousiaste… Nos joueurs sont compétitifs mais il ne peut les avoir 365 jours par an. Il y a des règles. A un an de la Coupe du monde, être heureux, avoir le désir de conquérir le monde. L’entraîneur doit être entraînant (Serge Blanco déclarait mercredi sur l’antenne de « RMC » : « Si Marc Livèvremont n’a pas envie de faire la Coupe du monde, il s’en va. On est pas au foot. »)

Jean-Luc Gonzalez
Beaucoup pensent que vous serez le nouveau président de la FFR. Qu’en est-il ?

Serge Blanco
Ce n’est pas ça qui est intéressant. Je suis sur la même longueur d’onde que Pierre Camou. J’estime que la France doit peser davantage dans les décisions de l’International Board.

Jean-Luc Gonzalez
Pourtant son président, Bernard Lapasset, est français, comme Jean-Pierre Lux, le président de l’ERC.

Serge Blanco
Ils sont présidents, certes, mais ce ne sont pas le élus qui gèrent ce type d’institution. Ce sont les salariés qui commandent. Et de là en découlent des mélanges de genres qui ne servent pas l’avenir du rugby. L’accent est mis d’abord sur le profit et non pas sur le sportif.

Jean-Luc Gonzalez
Renons au Top 14. biarritz reçoit Clermont qui a décidé de faire jouer sa meilleure équipe ce qui ne fut pas le cas en Coupe d’Europe la semaine dernière au Racing-metro. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Serge Blanco
Clermont-Ferrand me fait peur, et la peur est un sentiment salutaire. Elle permet de se retrouver.
Clermont a peut-être fait l’impasse au Racing-metro, pourtant j’avais lu qu’après le titre national, il voulait remporter le titre européen. Il faut croire qu’une victoire à Biarritz a finalement plus de valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Serge Blanco
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Serge
» La méthode Serge Dessel
» Agenda des Baronnies de chez Serge Coutton
» Equipage Serge CAVIALE et Audrey HERRERO sur BMW
» Juge Serge Portelli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: