Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 Bal au centre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gir3347
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 68
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Bal au centre   Lun 25 Fév 2013 - 21:05

Publié le 25 février 2013 - rugby


Bal au centre

Le week-end dernier, troisième journée du Tournoi des Six Nations édition 2013, la modernité du jeu m’a permis de revenir avec délice à la racine de ma passion. Dans ce qu’il y a de moderne, et il ne s’agit pas de souligner ici la professionalisation d’une discipline sportive, j’ai retrouvé une essence. Un parfum du rugby de toujours, qui relie toutes les générations d’un trait. D’un trait de génie.

Moderne, professionnel… Parlons plutôt de la dimension contemporaine du rugby. Il est aujourd’hui comme il était hier, ce sport. Et certainement comme il sera demain. Il suffit d’un joueur calculant sa course sans ballon pour cerner un, voire plusieurs défenseurs, d’une prise d’intervalle et d’une prise d’informations à l’instant de l’accélération, d’un regard panoramique et d’une belle paire de cannes pour traverser une vie.

Je veux parler ici des percées de Luke Marshall, l’Irlandais. De l’intervention de l’ailier Alex Cuthbert au coeur de la ligne d’attaque galloise. Je veux parler, bien sûr, de l’échappée belle de Wesley Fofana à Twickenham. Des fulgurances qui passent toujours par le même endroit pour s’imprimer dans nos rétines aux côtés des fresques signées Cédric Heymans (2009), Jean-Pierre Lux (1970), Serge Blanco (1987, 1990), Jérôme Gallion (1978), Patrice Lagisquet (1990)…

Balle au centre, la vie est belle ! C’est au milieu, au centre, dans la focale de l’attaque, là où les passes sont les plus subtiles, les courses millimétrées, le rythme accéléré, que ce jeu de rugby trouve ses plus beaux accomplissements, ses plus belles réussites. Il faut que tout change pour que rien ne change, lit-on. Il faut que le rugby donne l’impression d’être devenu un autre sport pour que l’évidence nous revienne, claire, limpide, tranchante. Comme la percée d’un trois-quarts centre.

La veille d’Angleterre-France, vendredi soir, à Castres, c’est Romain Cabannes qui s’engageait, tête haute, dans la défense varoise pour servir son coéquipier Martial vers l’essai. Puis c’est le Toulonnais Maxime Mermoz qui s’engouffrait entre les Castrais pour délivrer ensuite une magnifique passe intérieure en direction de Giteau. Là aussi pour l’essai. Deux actions qui se conservent bien depuis deux siècles, prêtes à être servies dans les grandes occasions.

Alors que je n’étais pas encore journaliste, j’ai rencontré Jean Dauger. C’était en 1983. Au gymnase Lauga, en contrebas du stade de Bayonne qui porte désormais son nom. J’écrivais alors, associé à mon ami Jacques Rivière, un ouvrage sur l’essence esthétique du rugby français. Sur le jeu au centre. Et Jean Dauger, le père spirituel de l’attaque à la française, nous avoua : « Pour qu’une attaque soit réussie, de tout temps, il faut que les avants jouent comme des trois-quarts centres. Et pas seulement les avants, tous les joueurs de l’équipe. Qu’ils se passent la balle avant d’être plaqués. »

Quand il nous a raccompagné jusqu’à notre véhicule, ouvrant son parapluie pour nous abriter d’une pluie battante, Jean Dauger nous a glissé : « Bonne quête… » Nous avons ensuite, effectivement, rencontré Patrick Nadal, André Boniface, Jo Maso, Didier Codorniou, entre autres, artistes du jeu français. Cette quête, Denis Charvet, Philippe Sella et Yannick Jauzion l’ont enrichi et j’ai l’impression de la poursuivre encore quand je repasse en boucle l’essai de Wesley Fofana.

Samedi, le XV de France a perdu à Twickenham. Mais le rugby français a gagné quelque chose. Quelque chose qui dépassera le score, le classement (qui risque de ne pas être brillant) et les déclarations des uns et des autres. Quelque chose dont on parlera encore dans dix, vingt, trente ans. Soixante-dix mètres d’évasion, de maîtrise technique, de rêve éveillé. Soixante-dix mètres pendant lesquels le stade de Twickenham a fait silence.

Epilogue. Thomas Castaignède m’avait dit, il y a de cela une dizaine d’années, avec un sens certain de la formule alors que je lui demandais ce que lui inspirait le Tournoi : « Le Tournoi, c’est quand le rugby met son smoking… ». Samedi, Wesley Fofana, lui, avait mis une tenue de balle.



Ce contenu a été publié dans rugby par Richard Escot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bal au centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le nouveau centre commercial de Rouen: Les Docks !
» [Le Havre] Le futur Centre de la mer
» Commerce centre commercial docks vaubans
» TGV Centre-Auvergne
» Ref cache airbag centre de volant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: