Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 Interview de MARC BAGET: IL FAUT GAGNER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M.C.47
Champion d'europe
Champion d'europe


Féminin
Nombre de messages : 4586
Age : 69
localisation : AGEN Prés d'ARMANDIE
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Interview de MARC BAGET: IL FAUT GAGNER   Jeu 21 Jan 2016 - 8:12

Le troisième ligne persiste  à louer la dynamique positive du groupe qui joue le CHALLENGE EUROPEEN. Il espère que cela va se concrétiser samedi soir face aux LONDON IRISH.

Vendredi, à Édimbourg, le n. 8 agenais a pris ses responsabilités pour dire ses vérités à l'arbitre. Lundi matin, Marc Baget en a fait de même pour répondre à nos questions.

Quelle est votre analyse de la rencontre à Édimbourg ?

Le score n'est vraiment pas flatteur au regard du match qu'on réalise. Encore une fois, on fait une belle prestation, on tient 65 minutes et le dernier quart d'heure on prend trois essais qui expliquent l'écart au score. Les jeunes ont encore tout donné.

Quel est le point positif que vous feriez ressortir ?

C'est qu'on a été très appliqué sur les consignes, sur la mise en place de la stratégie qu'on avait travaillée depuis quinze jours. Nous étions contents de voir que cela fonctionne parce que nous avons su être très précis durant un peu plus d'une heure. Ensuite, je veux aussi mettre en exergue l'enthousiasme des garçons. Ils s'y sont sacrément filés je peux vous l'assurer. J'étais très fier d'eux à l'issue de la rencontre.

Et le point le plus négatif ?

Je ne veux pas passer pour quelqu'un qui pointe du doigt l'arbitrage mais, vraiment, on ne gardera pas un bon souvenir du Gallois Ian Davies (cet arbitre qui avait officié lors de la venue de Grenoble à Armandie en challenge n'avait déjà pas laissé un grand souvenir au public agenais, N.D.L.R.). Avec ses décisions peu compréhensibles, il est presque arrivé à me faire sortir de mes gonds. à tel point qu'à un moment je me suis permis de l'interpeller en anglais pour lui dire : «Si vous n'êtes pas un peu plus justes, le match va dégénérer !»

Qu'est-ce qui a fait la différence en fin de match ?

Les Écossais avaient aligné une équipe très jeune en début de rencontre pour soutenir notre rythme et lorsqu'ils ont fait rentrer leurs joueurs d'expérience qu'ils avaient laissés sur le banc, cela nous a fait très mal. D'autant que les entrées en jeu successives de leurs joueurs ont eu lieu où nous commencions à baisser de régime. Dès qu'ils ont pénétré sur la pelouse, ils ont marqué rapidement un essai, ce qui nous a fait mal à la tête.

Comment expliquer que, malgré vos nombreuses occasions, vous n'êtes pas arrivés à franchir la ligne d'Édimbourg ? On peut parler d'un manque d'efficacité ?


Nous avons eu au moins quatre occasions franches. Deux d'entre elles ont été annihilées par des décisions douteuses de l'arbitre et sur les deux autres, nous payons l'enthousiasme de nos jeunes qui se sont trop précipités sur les derniers gestes. Ce sont des choses qu'ils arriveront à davantage contrôler quand ils auront emmagasiné assez d'expérience.

Qu'attendez-vous de la dernière rencontre de Challenge Cup face aux London Irish, samedi soir ?

Nous avons tous conscience que nous produisons de belles prestations dans cette compétition. Il y a une dynamique très positive au sein de ce groupe de challenge. Nous avons réussi à créer des liens particuliers entre nous, qui dépassent le terrain, et cela est très important pour la cohésion de ce groupe. Chaque fois que nous jouons ensemble désormais, excusez-moi l'expression, mais nous nous envoyons comme des chiens sur la pelouse. Il faut se rendre compte des impacts qu'il y a pu y avoir samedi dernier à Édimbourg, et du rythme, c'était vraiment digne du très haut niveau. Maintenant, il nous reste vraiment un objectif très clair à remplir pour cette dernière rencontre : c'est de gagner ce match !

Vous parlez de dynamique positive avec ce groupe de challenge, comment faire pour qu'elle se propage au groupe Top 14 qui semble gagné par la morosité ?

En challenge, nous n'avons pas de pression collective particulière. à titre personnel, il y a de la pression, pour les jeunes de prouver qu'ils ont le niveau, pour les anciens qu'ils l'ont encore, mais collectivement nous jouons de façon plus libérée parce qu'on ne nous attend pas. C'est à ceux qui ont emmagasiné de la confiance en challenge d'essayer de la transmettre aux autres. Après, c'est plus facile à dire qu'à faire. Je pense vraiment que le redressement passe par une reprise de confiance collective. C'est cette force collective de l'intérieur qu'on doit essayer de retrouver.

Ce retour de confiance passe aussi par une victoire pour briser la spirale des défaites. Vous l'auriez mérité à Grenoble…

Oh que oui ! Cela aurait été un bel exploit. C'est vrai qu'une victoire ferait du bien à tout le club. Et si elle peut arriver dès samedi en challenge, on signe tout de suite.

Dernière question, d'un point de vue personnel, vous êtes ressorti comment du match à Édimbourg ?

J'ai pris un gros choc sur le haut d'une épaule, au point que j'ai eu peur de me faire une acromio, mais ce matin, cela allait mieux. Le point médical du lundi a été rassurant.
Le chiffre : 700

impacts>

Lors du match du SUA à Édimbourg. Pour mieux se rendre compte de l'intensité du match de vendredi dernier à Murrayfield, Philippe Sella avait évoqué les 40 minutes de temps de jeu effectif. Marc Baget nous a parlé des 700 impacts recensés lors de cette rencontre : «C'est un chiffre assez rare, approcher les 700 impacts pour 80 minutes veut bien dire que nous avons vécu une rencontre d'une très haute intensité physique».  
Propos recueillis par Baptiste Gay

article trouvé sur la DEPECHE DU MIDI DU JEUDI 21.01.2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passetaballe
Champion du monde
Champion du monde


Masculin
Nombre de messages : 8086
Age : 46
localisation : Ailleurs
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Interview de MARC BAGET: IL FAUT GAGNER   Jeu 21 Jan 2016 - 8:53

merci pour l'article MC


Citation :
Encore une fois, on fait une belle prestation, on tient 65 minutes et le dernier quart d'heure on prend trois essais

Phrase malheureusement déjà entendue depuis le debut de la saison Confused


Citation :
Nous avons eu au moins quatre occasions franches. Deux d'entre elles ont été annihilées par des décisions douteuses de l'arbitre et sur les deux autres, nous payons l'enthousiasme de nos jeunes qui se sont trop précipités sur les derniers gestes.

Cest aussi un de nos soucis reccurant : un arbitrage incomprehensible sur bcp de nos matchs, qui doit perturber les joueurs pendant le match, surtout les jeunes, et qui destabilise à la longue, sur les moments clé dans la seconde partie du match
il faut faire un gros travail mental pour passer outre ces incomprehensions et se reconcentrer sur l objectif final : gagner un match

Depuis le debut de saison, on fait de belles entames de matchs : on domine ! mais on ne concretise pas au score, soit par manque d efficacité, soit parce que l arbitrage a tendance a etre souvent plus severe en fin de match qu au debut.
Or à la 65e de chaque match, on flechit, et là, l arbitrage nous tombe dessus, alors qu il ne nous aura pas forcement accordé des penalités pendant notre domination.

A ce constat, il serait bon que les coachs trouvent une parade, s il en existe une.

Etre plus efficace pendant nos temps forts : taper des drops si l arbitre a du mal à siffler ... il faut scorer nos temps forts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview de MARC BAGET: IL FAUT GAGNER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La 3ème journée de Top 14
» Enigme n°30
» L'interview de Marc Wilmots
» interview décalée n°15: Marc Giraud
» Itw de Marc Tessier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: