Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 DNACG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
jazzeux
Champion de france
Champion de france


Masculin
Nombre de messages : 2782
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: DNACG   Sam 28 Mai 2016 - 14:01

Ce sera très relevé l'an prochain en Fédérale 1 !! Grosses recettes à prévoir , imaginez un Valence d'Agen - Biarritz .... thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Estrekis
joue en fédérale 1
joue en fédérale 1
avatar

Masculin
Nombre de messages : 274
Age : 38
localisation : Dans l'Ouest lointain...
Date d'inscription : 04/03/2013

MessageSujet: Re: DNACG   Lun 30 Mai 2016 - 9:42

Médoc a écrit:
Je pense que le BO devrait s'en sortir.... Tant qu'à la fédérale on y va lentement certes mais surement avec un tel bilan sur 10 ans ce n'est pas être devin.  
Sur les 10 ans on est quand même plus proche du Top 14 que de la fédérale 1, faut pas exagérer.
Après, c'est sûr que si AT décide d'arrêter brutalement de nous soutenir, le risque de rétrograder dans la 2e partie du Pro D2 est réel, voire moins à terme.
Mais c'est un peu le lot de la majorité des clubs pros tenus par un président tout-puissant: CO sans la famille Fabre, USAP sans Rivière, SF sans Savare, MHR sans Altrad, etc. il est dangereux de dépendre de la volonté d'un seul homme.
Ce genre de modèle économique n'est tout simplement pas viable. C'est malheureusement le nôtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DNACG   Mer 1 Juin 2016 - 13:43

decidement ! 700.000 c'est un montant qui revient souvent en manque !

http://www.rugbyrama.fr/rugby/pro-d2/2015-2016/pro-d2-biarritz-les-socios-du-bopb-lancent-un-appel-a-contribution_sto5630306/story.shtml

PRO D2 - Il manque au Biarritz Olympique autour de 700 000 euros pour boucler le budget de sa saison 2014-2015, ce qui a poussé la DNACG à annoncer vendredi dernier la rétrogradation du club en Fédérale 1. Le BOPB va faire appel de sa décision et tenter d'apporter des garanties afin d'éviter cette rétrogradation.

Le club avait indiqué la semaine dernière qu'un "problème juridique" était à l'origine de la difficulté financière. Il s'agit d'un problème lié à la succession de Serge Kampf. Ce dernier devait faire un abandon de compte courant au profit du BOPB. Comme l'opération n'a pas été réalisée avant son décès, la décision appartient désormais aux héritiers de Serge Kampf.

Un abandon de compte courant d'associé permet à une société de diminuer le montant de ses dettes financières et d'améliorer son résultat et donc ses capitaux propres. A la recherche d'une solution pour trouver cette somme manquante, les Socios du BOPB ont lancé aujourd'hui un appel à contribution via un communiqué de presse. On y apprend que le BOPB va procéder à "une augmentation de capital de 700 000 à 800 000 euros pour satisfaire aux exigences de la DNACG".

Le communiqué poursuit : "Par le passé, M. Serge Kampf participait pour moitié aux augmentation de capital que nous avons eu à réaliser. Nous devons aujourd'hui trouver d'autres solutions. Nous ne sommes plus que 850 socios à avoir continué d'adhérer au fil des années au lieu des 2 600 adhérents de 2009. Lors de la souscription initiale, nous avions recueilli 750 000 euros. Si chacun d'entre nous renouvelle aujourd'hui, à minima son engagement de 2009, ce geste fort contribuera de façon importante à la pérennité de notre club".
Revenir en haut Aller en bas
cathare 47
Joue en top 14
Joue en top 14


Masculin
Nombre de messages : 785
Age : 52
localisation : Au coeur du pays Cathare
Date d'inscription : 28/07/2010

MessageSujet: Re: DNACG   Mer 1 Juin 2016 - 21:56

Un article remarquable de Baluc-Rittener qui pour moi est criant de vérité !

Amour, gloire et rétrogradation

Je suis triste !

Même si à vrai dire tout ce qui arrive dans notre rugby ne m'étonne guère.
En fait, à l'image d'un illustre capitaine de l'équipe de France qui s’interrogeait récemment d’un : "ce n’est que maintenant que vous vous réveillez ?" je me pose la question, même s’il y a déjà longtemps que j’ai ouvert les yeux sur ce qui est en train de se passer.
Aujourd’hui plus qu’hier je suis triste à l’annonce de ces quatre clubs historiques qui risquent de goûter aux charmes du monde amateur dans les semaines à venir !
Car, oui, j'ai eu l’honneur de porter le maillot de deux d'entre eux... Et, oui, j'ai encore des amis dans ces clubs-là. Et je suis triste pour ces familles et ces salariés qui vivent des moments pas forcement réjouissants. Mais le plus terrible, c’est que paradoxalement, je suis aujourd'hui parfois soulagé de ne plus passer par ces moments d’anxiété. De ne plus faire partie de ce monde professionnel qui m'a fait vivre, et bien vivre, pendant 15 ans, qui m’a fait grandir, découvrir et partager des moments incroyables que seuls le monde du rugby peut nous procurer.

Je ne veux pas que dans l’Amour de ce formidable sport ne résonne plus désormais que stress, fin de contrat, blessures, difficulté à construire une vie professionnelle, précarité des situations économiques, concurrence féroce des joueurs de tous horizons…
Et comme si ça ne suffisait pas on en rajoute quelques couches, avec des Championnats dénués de sens, des clubs qui se déchirent, des joueurs et des présidents qui crachent allègrement leur venin par voie de presse !

Alors bien sûr ce métier fait rêver, et nous sommes là pour donner du rêve… Mais à quel prix ? Aujourd’hui Narbonne, Bourgoin, Tarbes, Biarritz, sans oublier les clubs de fédérale qui vivent sous perfusion depuis un moment… quelles seront les prochains sur la liste des clubs en voie d’extinction ?
De toute évidence, le modèle économique choisi rencontre aujourd'hui ses limites et notre sport doit pouvoir prendre du recul, écouter et voir ses erreurs pour remonter dans son petit train, au lieu de se laisser aveugler par les TGV des entrepreneurs aux poches pleines des grandes métropoles du Top 14 !

Car la mondialisation multiculturelle qui s’impose au niveau sociétal a désormais envahi nos vestiaires avec le soutien de commentaires avisées et bien-pensants. On admire ainsi une équipe de Barbarians Toulonnais, une multinationale Parisienne ou une phalange de Spring d’Oc montpelliéraine, en faisant admettre à tous que ce mélange de culture enrichi. Et pendant ce temps des clubs historiques dépérissent…

Mais cette fois, des milliers de poitrines ont crié qu’elles ne voulaient pas de la Culture déshumanisée de Jack White et consort et des décisions iniques de quelques dirigeants. On commence même à se demander ici et là si l’on ne va pas s’engager dans une lutte sociale sans merci pour faire voter un quota de joueurs issus des écoles de rugby... et non plus subir le subterfuge des JIFF.

Car n’en déplaise aux penseurs modernes, le rugby est né de ces chocs culturels, dans la différence conceptuelle de ces rencontres du bout du monde. J’entends par là que sa réputation et sa beauté se sont construites à travers ses différences (culturelles) qu’elles soient internationales ou bien nationale : la « Force Basque », le délire du « dernier quart d’heure Catalan », l’esthétique Landaise, la furia des Corsaires toulonnais, la tortue Béglaise ou la dureté des Mammouths Grenoblois ! C’est justement grâce à ces différences culturelles, qu’on se découvrait. La peur et la crainte donnait place à la curiosité et au respect.

Rien à voir avec l’affligeante uniformité d’un mélange à la sauce protéinée du rugby monotype qu’on nous inflige ! Car sa dureté même a changé. A l’image du rugby d’autrefois, dont on veut nous faire croire qu’il était sale, et que la « bonne poire » était dangereuse et contraire aux nouvelles lois de la bienséance. En réalité il n’en est rien, et la violence d’aujourd’hui, soit disant contrôlée avec sa prétendue protection des joueurs sous couvert de « protocole commotion » est bien plus dangereuse et perverse dans ses effets.

Tout ça n’est que du sport, allez-vous rétorquer, et il y a plus grave dans la vie... Sans doute, mais est-ce bien encore du sport ? A vrai dire, il semblerait que le Monde d’Ovalie ne soit plus désormais qu’une vaste entreprise économique avec de nouvelles règles du jeu, les règles barbares d’une société dérégulée dans laquelle le chômage des jeunes et l’individualisme sauvage font des ravages. Des règles qui font fi de la culture de toutes ces villes qui ont grandi au rythme de leurs champions et se sont construite sur leur fierté et l’image positive d’un parcours social à visage humain.

Alors, comment en est-on arrivé là ?
A quel moment va-t-on dire les choses, se poser les bonnes questions et surtout y répondre ?
Les modèles économiques sont-ils les bons pour ces villes moyennes ? Si l’on en juge par les rétrogradions et problèmes financiers en ProD2, la réponse est non ! Si l’on en juge par le mépris du joueur pro et de la famille qui va avec, la réponse est la même.
Alors me direz-vous, s’il véhicule tant de tares pourquoi le rugby est-il à ce point respecté, aimé… et désormais récupéré ?
Précisément pour ces valeurs qu'il est en train de détruire ! Sport marginal, irrévérencieux, échevelé, incompréhensible mais respectueux de ses sujets, il est aujourd’hui rentré dans le rang, poli, bien coiffé, décryptable mais dédaigneux envers ceux qui font son histoire.

Donc oui, au risque de passer pour un passéiste, adepte du « c’était mieux avant », j’ose affirmer que je suis triste pour mon rugby. Pour celui que j’ai connu, avec ses valeurs uniques et ses gladiateurs que l’on honorait dans la ferveur d’un dernier match.

Instances alignées au garde à vous devant le défilé des promesses de productivité, dirigeants aux ordres des entreprises qui ont pillé son image et son esprit, que faites-vous de notre rugby ?

Allez, un peu de courage, réveillons-nous ! Remettons donc l’humain au centre du terrain et cessons de vendre nos âmes aux diables de la gloire fugace…

Le respect s’en est allé, il n’est plus que de façade, et comme disait Georges Orwell : « Dans ces temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire »…

Alors, qui osera dire la vérité ?

PS : allez, soyons positif, gardons espoir, ce jeu est si beau ! Je veux garder l’image de mes amis columérins faisant la fête en chantant le Vino Griego dans un Jean Dauger archi-comble…

Laurent Baluc - rittener"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médoc
Champion d'europe
Champion d'europe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4512
Age : 48
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: DNACG   Jeu 2 Juin 2016 - 0:09

Merci pour cette article Very Happy remarquable effectivement, lorsqu'on dit que le Sport (le vrai) est le reflet de notre société envers le Rugby d'aujourd'hui ça devient plus que troublant!!! Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DNACG   Jeu 2 Juin 2016 - 7:02

tres bel article, tant dans le fond que la forme, tres bien écrit thumright drunken
Revenir en haut Aller en bas
agenais4747
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5088
Age : 43
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: DNACG   Jeu 2 Juin 2016 - 11:11

Put.....qu'il a raison !!!!
Mais face aux €, ça ne restera qu'un constat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferblantier
joue en 4ème serie
joue en 4ème serie
avatar

Masculin
Nombre de messages : 26
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: DNACG   Jeu 2 Juin 2016 - 13:21

Un magnifique article plein de vérités, d'amour pour le rugby et surtout d'humanité! A consommer et diffuser sans modération...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coucougne
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 23496
Age : 67
localisation : Narbonne encore le beau pays cathare
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: DNACG   Jeu 2 Juin 2016 - 13:38

excellent ! j'approuve totalement
mais qui va se bouger ?
faudra t il faire grève ( joueurs et public) pour bouter dehors les gros fricards
qui ne pensent qu'à rendement, rentabilité, magouilles, pressions, bobards de presse
Crevons l'abcès !
reveillons nous et faisons un mai 68 rugbystique (boum)
l'union fait la force
il faudrait comme je l'ai dit x fois, un GRENELLE du rugby -séminaire d'au moins 3 jours ( long week end) où tout serait mis à plat et où TOUT LE MONDE aura droit de regard, d'écoute et d'opinion à travers des personnes respectables et faisant autorité en la matière, bien choisis pour les représenter
Sans quoi le diktat fric continuera à saper toutes les bases et valeurs du rugby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agenais4747
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5088
Age : 43
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: DNACG   Dim 19 Juin 2016 - 21:53

Le Pro D2 se jouera bien à quinze équipes si deux descentes administratives sont prononcées

Par Anthony Tallieu - Hier à 16:16
PRO D2 - Massy et Bourg-en-Bresse n'ont plus aucun espoir d'être promus en Pro D2. Selon nos informations, le comité directeur de la LNR a entériné ce vendredi que le championnat se disputerait à quinze équipes si jamais les relégations administratives de Narbonne et Bourgoin devaient être confirmées en appel.


Pour rappel, Biarritz, également menacé de descente, a apporté les garanties financières nécessaires pour assurer son maintien en Pro D2 comme nous vous l'avons annoncé ce samedi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DNACG   

Revenir en haut Aller en bas
 
DNACG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» DNACG
» La DNACG a notifié la relégation en fédérale 2 à Blagnac
» Les décisions de la DNACG ?
» La DNACG dément toute demande de rétrogradation...
» des nouvelles de la DNACG !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: -Archives (2016-2017) :: Top 14/ Les Fédérales-
Sauter vers: