Forum LE SUA VAINCRA


 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez | 
 

 Itw David Couzinet....souvenirs,souvenirs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
agenais4747
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5059
Age : 43
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Itw David Couzinet....souvenirs,souvenirs...   Dim 14 Mai 2017 - 8:35

Publié le 13/05/2017 à 03:48, Mis à jour le 13/05/2017 à 08:50

David Couzinet : «J'ai vécu un été 2002 compliqué à Biarritz»
SU Agen - Le grand témoin. Il y a 15 ans le 2e ligne perdait avec le SUA la finale du Top16 jouée contre le BO. Avant de rejoindre les Basques la saison suivante.
David Couzinet gère désormais Etxola Bibi, un café paradisiaque qui surplombe la plage de la Côte des Basques à Biarritz.

Le café Etxola Bibi, à Biarritz, avec vue imprenable sur la plage de la Côte des Basques. Jeudi en début d'après-midi, c'est le point de rendez-vous que nous a donné David Couzinet, qui gère depuis 2014 cette vieille institution biarrote (anciennement Les Cent Marches). Au large l'Océan, en forme d'apaisement pour l'ancien 2e ligne qui a connu tant de rudes batailles, sous le maillot du SUA (1998-2002) comme du BO (2002-2008). La plus singulière fut sans doute cette finale du championnat de France 2002 entre les deux clubs, alors qu'il s'apprêtait à quitter Agen pour rejoindre Biarritz.

Comment étiez-vous arrivé à Agen en 1998 ?

Je suis originaire de Toulouse. J'ai découvert le rugby à Saint-Sulpice-sur-Lèze, qui fait l'actualité de la Fédérale 1 maintenant, mais qui n'était pas à ce niveau-là lorsque j'étais jeune. En juniors je suis parti au Stade toulousain, où j'ai signé après mes sélections en Taddei Midi-Pyrénées. J'ai joué Crabos, Reichel et deux ans pro là-bas. J'avais peu de temps de jeu derrière les Miorin, Belot, Pelous… tous internationaux. C'était compliqué, je n'avais que 20 ans. J'ai eu du mal à m'imposer. C'est «Titi» Hermerel (Thierry Hermerel, l'actuel coprésident de l'Association SUA) qui m'avait contacté à l'époque, avec Bernard Lavigne. Ils avaient fait venir Christian Lanta, c'était sa première année comme coach au SUA. En 2e ligne il y avait Christophe Porcu, «Pat» Fonti, Nourredine Mekkaoui. Je n'ai pas eu de chance, dès mon arrivée je me suis fait opérer d'une hernie discale. Je n'ai pas joué lors de ma première saison à Agen. J'ai repris la saison d'après et je suis resté agenais jusqu'à cette finale de 2002.

Cette finale de 2002, perdu 25 à 22 en prolongations contre le BO, qui allait devenir votre futur club, quels souvenirs en gardez-vous ?

Comme tous les Agenais, l'amertume de la défaite ! On avait fait une très belle saison jusqu'à cette finale. On avait quand même tapé le Stade toulousain en demi-finale à Montpellier avec un énorme match. Est-ce qu'inconsciemment on ne pensait pas avoir déjà gagné le titre après cette demie ? C'est ce que je me suis toujours dit.

Vous saviez déjà avant cette finale que vous alliez à Biarritz la saison suivante ?

J'avais signé dès le mois de mars. La finale a eu lieu début juin.

Comment vous aviez abordé la chose ?

Une finale, on la joue pour la gagner même si tu la joues face à ton futur club. J'aurai préféré arriver à Biarritz avec le Bouclier.

Cette 2e ligne que vous formiez avec Christophe Porcu est restée mythique à Agen !

On avait un pack de folie avec la première ligne Jean-Jacques Crenca, Jean-Baptiste Rué, Omar Hasan, avec Christophe (Porcu) et moi. En 3e ligne Thierry Labrousse, Philippe Benetton et Matthieu Lièvremont, et bien d'autres, comme Maurice Barragué. Ce n'était pas que la 2e ligne, même si c'est sûr qu'on s'entendait bien avec Christophe. C'était un ensemble.

Votre association, c'était rude quand même.

Vous savez en arrivant ici à Biarritz, j'ai eu la chance de jouer avec Olivier Roumat, «Coco» Versailles (Jean-Philippe Versailles), puis Jérôme Thion par la suite.

Comment s'est déroulée votre arrivée à Biarritz après cette finale ?

Cela a été très compliqué pour moi. Je suis arrivé début juillet sur Biarritz pour emménager, ils faisaient tous la bringue pour fêter la finale. J'en rigole aujourd'hui, mais sur le moment je me suis fait pas mal chambrer. J'ai été bien intégré, mais je ne suis jamais allé faire la fête avec eux cet été-là. C'était bizarre. Je me rappelle des mots de Serge Blanco et «Jojo» Darrieumerlou, qui était manager du BO à l'époque, après la finale. J'étais au fond du seau. Ils étaient venus sur le terrain en me disant : «Ne t'inquiète pas, tu seras champion de France avec le BO».

Vous pouvez nous rappeler votre palmarès avec Biarritz ?

Nous avons été champions de France en 2005 et 2006. Il y a eu aussi la finale de Coupe d'Europe perdue contre le Munster en 2006 à Cardiff. Cette période avec les matches joués à Anoeta (le stade de Saint-Sébastien) était magique. J'ai vécu les meilleurs moments du Biarritz Olympique.

Vous avez gardé des contacts avec les Agenais ?

J'ai toujours eu de très bonnes relations avec Stéphane Prosper, qui a été mon témoin de mariage ! On ne se voit pas souvent car il y a la distance. Je suis venu voir le match aller entre le SUA et le BO à Armandie, au mois de septembre, Nicolas Brusque (l'actuel président du BO) m'avait pris dans sa voiture. J'ai été très content de recroiser Mathieu Barrau et quelques anciens.

Est-ce qu'on peut dire que les deux clubs se ressemblent ?

Si on enlève la plage et le beau temps, oui ! Pour l'histoire des deux clubs, qui ont su rester fidèles à leurs politiques de formation, on le voit avec le quart de finale Crabos qui me t aux prises le SUA et le BO. Si on enlève le rugby, autant à Biarritz qu'à Agen, il ne reste plus grand-chose.

Vous avez pris du recul par rapport au rugby ?

J'ai entraîné les Reichel jusqu'en 2014, avant que je reprenne cette affaire (il parle de son café). J'ai un partenariat avec le BO, donc je vais voir les matches à Aguilera, mais cela fait dix ans que je ne suis pas allé voir un match du Tounoi des VI Nations.

Votre reconversion, elle s'est organisée comment ?

Cela a été compliqué au départ. J'ai arrêté en 2008 à cause d'une blessure au genou. Je n'avais pas forcément prévu d'arrêter. Je me suis fait opérer deux fois, la rééducation a suivi, ce fut une période un peu difficile. Le monde du rugby pro veut cela aussi. On vous oublie vite. Quand on est joueur, c'est parfait, mais lorsqu'on arrête ou qu'on est blessé, on voit moins de monde, le téléphone sonne moins. C'est la vie, il faut passer au-dessus de cela. Je me suis donc lancé dans l'immobilier. Je suis associé avec un agent, Stéphane Meunier, et Nicolas Brusque. Nous faisons cela depuis quatre ou cinq ans. En 2014 j'ai aussi l'opportunité pour postuler à la reprise des Cent Marches, une institution sur Biarritz (il l'a rebaptisé Etxola Bibi). C'est une concession d'occupation du domaine public délivrée par la mairie. Là, je viens de repartir pour cinq ans.

C'est un peu paradisiaque ici.

C'est paradisiaque ! C'est une très belle opportunité que j'ai eue de prendre cela. Pour moi, c'est une bonne reconversion. Je me régale ! L'endroit était très courtisé…

Vous avez pensé quoi des deux rencontres entre le BO et le SUA cette saison ?

Au match aller à Agen, ce sont plus les Biarrots qui le perdent que les Agenais qui le gagnent. Le BO s'est bouffé ce match, en ajoutant les défaites contre Angoulême et Vannes à domicile, ils se sont vite mis en difficulté. Le match retour ne m'a pas forcément marqué, si ce n'est que cela avait été serré à la fin.

Quel est votre sentiment sur la demi-finale de dimanche ?

Un match de phase finale c'est toujours compliqué. Je vois bien les Biarrots faire un coup, sur la lancée de leur fin de saison et de leur énorme performance à Mont-de-Marsan où tout le monde les voyait prendre une danse. Je n'aurais pas dit cela, il y a quatre mois, comme beaucoup, mais aujourd'hui je trouve qu'ils sont sur une très bonne dynamique. Je pense que le gagnant de cette demi-finale-là va monter en Top 14.

Recueilli par Baptiste Gay,à Biarritz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passetaballe
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9086
Age : 46
localisation : Ailleurs
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Itw David Couzinet....souvenirs,souvenirs...   Mar 16 Mai 2017 - 9:00

sympa cette itw nostalgique
merci agenorXXXXVII
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agenais4747
Champion du monde
Champion du monde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5059
Age : 43
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Itw David Couzinet....souvenirs,souvenirs...   Mar 16 Mai 2017 - 9:29

passetaballe a écrit:
sympa cette itw nostalgique
merci agenorXXXXVII
C'est vrai qu'en chiffre romain ça donne mieux...merci passetaballus 😜
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Itw David Couzinet....souvenirs,souvenirs...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Itw David Couzinet....souvenirs,souvenirs...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» souvenirs!! souvenirs!!
» Souvenirs...souvenirs....
» souvenirs souvenirs
» Souvenirs, souvenirs...
» Souvenirs, souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: