Forum LE SUA VAINCRA

Espace Rugby
 
Le sua-vaincraAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLe sua-vaincra

Partagez
 

 Les copains d'abord - Article Sud-Ouest

Aller en bas 
AuteurMessage
DA VINCI CODE
Champion d'europe
Champion d'europe
DA VINCI CODE

Féminin
Nombre de messages : 3285
Age : 54
localisation : prés d'Agen
Date d'inscription : 27/08/2005

Les copains d'abord - Article Sud-Ouest Empty
MessageSujet: Les copains d'abord - Article Sud-Ouest   Les copains d'abord - Article Sud-Ouest Default12Jeu 12 Juin 2008 - 11:09

GENS D'ICI.-- Alain Buzzighin, champion avec le SUA, quitte la mairie. Rencontre avec un homme dont la sainte trinité est « le vin, le pain et les copains »

Les copains d'abord
:Bastien Souperbie



Alain Buzzighin, il est du genre taiseux avec ce quelque chose de la malice et de la désinvolture d'Alexandre le bienheureux. A bientôt 60 ans (il les aura en juillet), l'ancien champion du SUA prend la tangente de la mairie après 40 ans et six maires. L'occasion était donc idéale pour qu'on parle de lui. Le hic, c'est que le gaillard, il distille les bons mots avec la même prodigalité qu'un sage oriental. Taiseux, on vous dit. On a donc pensé que le mieux c'était une mise en situation avec ses copains, un jeudi, le jour de belote, au Colonial.
Ce soir-là, il y a Alain Plantefol alias « le Chinois » qui coupe à c?ur, George dit « Jojo » qui appelle, contre-appelle et Jacques dit? Jacques. Au Colonial, le jeudi, on ne joue pas plus à la coinche qu'à la contrée. On n'est pas chez Pagnol (Marcel). Quoique. « On joue à la belote simple, parce qu'on est des gens simples », lâche, proverbial, Alain Buzzighin qui doit essuyer les volutes de fumée expirées par le Chinois, lequel a roulé une cigarette aussi large que son index (il jouait deuxième-ligne et était réputé pour son jeu de mains). Entre deux casses à l'atout, on pose la question : « C'est quand la quille à la mairie ? » Moue sceptique en guise de réponse. Il pense que cela va se passer vers le mois de juillet. Il ne se souvient pas trop, preuve qu'il ne va pas en faire une maladie.


Dix ans de rugby, pas plus. Un peu à l'image de sa retraite sportive, alors qu'il n'avait que 29 ans et seulement dix ans de rugby derrière lui. « Cinq copains sont partis à l'intersaison, l'ambiance au sein de l'équipe s'en est ressentie. J'ai donc arrêté ». « Buzzigue », comme le surnomment ses amis, il revendique son côté « copains d'abord ». Ceux entre autres de la génération suaviste du titre de 1976 obtenu devant le grand Béziers. « On pourrait rejouer 10 fois ce match, on le perdrait neuf fois », se bidonne l'ancien deuxième ligne. « Non ! Huit fois ! », rectifie le compère d'attelage Plantefol. « Du coup, il a appelé son fils, qui est né une semaine après le titre, Brennus », intervient Jojo. « En deuxième prénom, mais cela n'a pas beaucoup plu à ma femme », précise « Buzzigue ». Le fiston, Bruno, malgré un prénom de bouclier, a préféré plaquer les accords que des gars en short et a entamé une brillante carrière de pianiste. « Alain, il le dira pas ! Il est trop modeste », souffle Jojo. « J'ai toujours dit à mes enfants de faire ce qu'ils voulaient et surtout pas comme les autres ». Ne pas faire comme les autres. Cela lui va bien également. Il a commencé le rugby à 19 ans sans jamais avoir fait de sport avant. « J'ai été diabétique six mois. Le temps de remplir les papiers pour être réformé de l'armée ». Du lard ou du cochon ? « Si, si, j'ai vraiment été diabétique ». Alors avant le rugby, y avait quoi, la musique peut-être ?


La mandoline. « Lui, il ne sait jouer que de la mandoline ! » s'esclaffe l'autre Alain, mimant le genre de geste technique qui fait mal au nez. Autre temps. Autre rugby. « On jouait pour cent balles à l'époque. Deux entraînements par jour après une partie de belote au café de la Poste et trois armagnacs », rigole Alain Buzzighin. « Et deux bringues par semaine », rajoute « le Chinois ». « D'ailleurs la première semaine d'embauche à la mairie (on y revient enfin, NDLR), quand je suis parti dans l'après-midi pour aller à l'entraînement, ils ont été tout surpris. Ils m'ont demandé de passer à la comptabilité. Je leur ai répondu qu'on verrait ça demain et je suis parti. »
Quarante ans plus tard, la « Buzzigue » va quitter l'hôtel de ville pour de bon afin de se concentrer sur deux de ses passions : le vin (un très grand connaisseur qui a près de 3 000 bouteilles en cave) et les copains (il en a pas 3 000 à la cave mais l'amitié semble chez lui une vertu cardinale). « C'est jusqu'à la mort entre nous. Le premier qui s'en ira, on arrêtera de jouer à la belote ». Là d'ailleurs, à force de bavarder, ils ont arrêté de jouer. Et puis c'est l'heure d'aller à l'Étable, le restaurant. Comme tous les jeudis. Retraite ou pas, le rituel ne change pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DA VINCI CODE
Champion d'europe
Champion d'europe
DA VINCI CODE

Féminin
Nombre de messages : 3285
Age : 54
localisation : prés d'Agen
Date d'inscription : 27/08/2005

Les copains d'abord - Article Sud-Ouest Empty
MessageSujet: Re: Les copains d'abord - Article Sud-Ouest   Les copains d'abord - Article Sud-Ouest Default12Jeu 12 Juin 2008 - 12:13

Tant qu'il y aura des hommes comme eux dont l'amitié s'est forgée sur un terrain et qui, plus de trente ans après, font perdurer ce lien unique et très fort, alors je continuerai à croire en ce sport.

Les copains d'abord - Article Sud-Ouest Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les copains d'abord - Article Sud-Ouest
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les copains d'abord - Article Sud-Ouest
» Article sud ouest
» Article sud ouest sur Malcom (par son ami Thierry Dumas)
» Pepito à Sud Ouest
» Armandie le Fondateur article sud ouest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: **Forum de rugby du Sua** :: -Messages aux joueurs/interviews/articles-
Sauter vers: