Forum LE SUA VAINCRA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum LE SUA VAINCRA

Espace Rugby
 
Le sua-vaincraAccueilDernières imagesPortailRechercherS'enregistrerConnexionLe sua-vaincra
Le Deal du moment : -44%
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, ...
Voir le deal
86.99 €

 

 Le bilan du Top 14 2007-2008

Aller en bas 
AuteurMessage
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 30 Juin 2008 - 13:08

30/06/2008 - Le bilan: Auch

Notre site entame son retour sur la saison de tous les clubs du Top 14. Auch, la lanterne rouge, est le premier à passer au crible.

Tour d'horizon
Le miracle n'a pas eu lieu. Le petit poucet du Top 14 s'est fait manger sans pouvoir vraiment lutter. Dépourvus de plusieurs héros de la montée et d'Henry Broncan, leur entraîneur emblématique, les Gersois n'ont pas eu assez de temps pour bâtir une nouvelle équipe. Très vite, l'espoir du maintien a été réduit à néant mais les Gascons, fidèles à leur réputation, se sont accrochés jusqu'au bout en posant souvent des problèmes aux grosses écuries.

Le Top : La victoire face au Stade français
Avec seulement trois victoires en vingt-six rencontres, la saison du FC Auch Gers a été compliquée. Mais les Auscitains retiendront le succès de prestige face au Stade français, le champion de France en titre. Dans des conditions climatiques dantesques, les Gersois se sont imposés 9 à 6 lors de la 23e journée. Une victoire pour l'honneur puisque le FCAG était déjà officiellement relégué en Pro D2.

Le Flop : Très vite dernier
Auch n'a jamais fait illusion dans ce championnat. Arrivés de l'étage inférieur avec un titre de champion de France, les Auscitains n'ont jamais pu rivaliser en Top 14. Lanterne rouge pendant vingt-trois journées, le FCAG n'est sorti qu'une seule fois de la zone rouge. C'était au soir de la troisième journée (12e) et d'un succès face Montauban (19-13). Revenus à la dernière place du classement lors de la 6e journée, les Gersois ne l'ont malheureusement plus quittée.

Le meilleur joueur : Fabien Barcella
Le pilier Fabien Barcella a été l'attraction auscitaine de l'année. Ses performances en début de saison ont tapé dans l'oeil des sélectionneurs du XV de France qui l'ont retenu à deux reprises lors du Tournoi des 6 Nations. Sous le maillot du FCAG, le gaucher a su faire oublier le départ de Franck Montanella, titulaire du poste la saison précédente. Comme de nombreux piliers révélés dans le Gers, Fabien Barcella a gagné le droit de rejoindre un grand club. Il évoluera l'année prochaine à Biarritz.

La révélation : Vincent Cortès
Auch n'a pas réussi à trouver un remplaçant à Anthony Lagardère au poste d'ouvreur. Pierre-Henry Broncan a essayé beaucoup de joueurs pour guider la ligne d'attaque gersoise. Si Frédéric Couzier a effectué de très bons matchs en tant que numéro dix, la véritable révélation reste Vincent Cortès. Formé à Lombez-Samatan et passé par le Stade toulousain, le jeune ouvreur de 23 ans a montré quelques qualités et il devrait devenir le chef d'attaque auscitain en Pro D2.

L'avenir : Une équipe à reconstruire
Le FCAG va définitivement tourner une page lors de cette intersaison puisque le groupe champion de France de Pro D2 en 2007, déjà bien amoindri avant l'aventure en Top 14, est définitivement démantelé. Bastide, Idieder, Salobert, Battut, Bontinck, Brana quittent le Gers et Auch doit maintenant renconstruire une équipe. Le recrutement de Pierre-Henry Broncan paraît intéressant pour viser le haut du tableau de Pro D2.

Les chiffres clés
Meilleur classement : 12e (1 fois)
Plus mauvais : 14e (23 fois)
Classement Attaque : 336 points (13e)
Classement Défense : 688 (14e)
Classement domicile : 16 pts (14e)
Classement extérieur : 3 pts (14e)
Meilleur réalisateur : Frédéric Couzier (136 points)
Meilleur buteur : Frédéric Couzier (131 points)
Meilleur marqueur : Mehadji Tidjini (4 essais)

Rugbyrama - N. A. - 30/06/2008 10:41
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mar 1 Juil 2008 - 10:31

01/07/2008 - Le bilan: US Dax

Après Auch, voici celui de Dax, 13e, qui devrait se maintenir suite à la rétrogradation administrative d'Albi. Tout se décidera définitivement mercredi.

TOUR D'HORIZON

Le ciel dacquois pourrait s'obscurcir mercredi. Si le CNOSF annule la rétrogradation d'Albi, le club des Landes évoluera en Pro D2. Il n'a en effet pas gagné son maintien sur le terrain, terminant à la 13e, loin derrière les Tarnais (12e avec 12 points de plus). Mais a priori, le SCA devrait descendre et Dax rester au sein de l'élite. L'année a été difficile avec, dès le début de la saison, le départ de Marc Lièvremont, parti prendre en main les destinées du XV de France. Malgré cette déstabilisation, les Landais n'ont pas démérité, accrochant plusieurs grosses écuries... sans les vaincre. Ils terminent au final avec six victoires. C'est maigre. Il en faudra trois ou quatre de plus l'an prochain pour espérer se maintenir sans attendre les décisions de couloirs...

LE TOP: Le pack

Il a fait trembler les plus costauds de l'Hexagone. Le pack landais a frappé les esprits dès la 4e journée à Jean-Bouin, en enfonçant la mêlée parisienne sur 20 mètres. Cette performance a valu à Julien Brugnaut une sélection avec le XV de France pour le Tournoi et à Renaud Boyoud de partir en tournée en Australie ce mois-ci. La bonne tenue de sa mêlée a permis à l'USD d'inquiéter sérieusement les grosses équipes comme Toulouse (10-15, 1re journée), Perpignan (10-10, 12e journée) et donc le Stade Français (22-19 et 9-13).

LE FLOP: Le départ de Marc Lièvremont

Comment gérer le départ de l'entraîneur moins d'une semaine avant la reprise? Marc Lièvremont n'est resté sur le banc de l'USD que pour les deux premières journées, histoire que la transition se fasse dans la douceur. Pas facile à encaisser malgré tout pour un groupe qu'il a façonné jusqu'à le connaitre par coeur pour le mener au Top 14. Forcément, ce changement a pesé sur les épaules dacquoises même si son adjoint Jean-Philippe Coyola a pris le relais. Dax se serait-il maintenu sportivement si Marc Lièvremont était resté? Impossible de répondre...

LE MEILLEUR JOUEUR: Matthieu Lièvremont

"C'est un besogneux, au four et au moulin. Il est généreux et ne s'arrête jamais." Voilà ce que son président à Dax, Gilbert Ponteins, dit de lui. Matthieu, petit frère du sélectionneur venu dans les Landes pour lui justement en début de saison en provenance d'Agen, est devenu un élément essentiel de Dax dès sa première année. Il a joué (et débuté) 21 rencontres sur 26. C'est aussi le Dacquois qui a passé le plus de temps sur le terrain (1627 minutes). Il a marqué deux essais. Cette saison pleine - et non sa filiation - lui a valu de faire le voyage en Australie pour la tournée des Bleus.

LA REVELATION: Horacio Agulla

Arrivé début février de l'Hindu Club de Buenos Aires en tant que joker médical (son premier contrat pro), l'ailier argentin de 23 ans (1,81 m, 88 kg) n'a pas tardé à montrer ses qualités. Il a disputé 15 rencontres avec le club des Landes dont 14 comme titulaire marquant 4 essais. Il a même terminé meilleur marqueur du club. Malheureusement pour l'USD, le Puma aux 11 sélections a tapé dans l'oeil d'autres clubs. C'est à Brive qu'il a décidé d'offrir ses services l'an prochain.

L'AVENIR

Tout dépend de la décision du CNOSF concernant Albi mercredi. Toutefois, l'US Dax a de très fortes chances de repartir dans le Top 14 avec, aux commandes, un Thomas Lièvremont qui a décidé de raccrocher les crampons et de changer de casquette. Le club n'a pas attendu pour recruter: Bortolussi (Montpellier), Petitjean (Brive), Marticorena (Castres) et Martin-Aramburu (Perpignan), entre autres. Si le maintien est confirmé, il faudra toutefois faire mieux pour rester au sein de l'élite.

LES CHIFFRES CLES

Meilleur classement: 11e (1re, 3e, 4e journée)
Plus mauvais classement: 14e (2e, 5e journée)
Classement attaque: 14e (314 points)
Classement défense: 13e (645 points)
Classement domicile: 13e (26 points)
Classement extérieur: 13e (8 points)
Meilleur réalisateur: Hore (80 points)
Meilleur buteur: Hore (80 points)
Meilleurs marqueurs: Hiriart, Th. Lièvremont, Agulla (4 essais)

Rugbyrama - Ph-DC - 01/07/2008 08:37
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mar 1 Juil 2008 - 12:47

01/07/2008

Le bilan: SC Albi

Après Auch et Dax, voici celui d'Albi. Le club du Tarn s'est sauvé sur le terrain en terminant 12e mais la Ligue l'a rétrogradé en Pro D2 pour raisons administratives. Dernier recours, le CNOSF mercredi.

TOUR D'HORIZON

A l'image de Dax, c'est mercredi que le SC Albi en saura plus. A priori, c'est en Pro D2 qu'il évoluera l'an prochain suite à une relégation administrative. Ce n'est pas faute d'avoir assuré, pour la deuxième saison consécutive, son maintien sur le terrain. Neuvième en 2006-2007, le club tarnais, très perturbé par les problèmes extra-sportif, n'a cette fois terminé "que" 12e. A noter, des victoires de prestige sur Perpignan et Biarritz - avec un nul à Aguilera également - et trois internationaux, preuve des talents de cette formation. Malheureusement la saison albigeoise ne s'est pas jouée que sur les pelouses...

LE TOP: Trois joueurs chez les Bleus

Depuis 1963 et la dernière sélection de Bernard Momméjat, Albi n'avait pas offert d'internationaux au XV de France. Cette année, après 45 ans, pas moins de trois Tarnais ont eu l'honneur d'être convoqués chez les Bleus: le deuxième ligne Arnaud Méla pour le Tournoi des 6 Nations (4 matchs, 1 titularisation) puis le centre Thibault Lacroix et le pilier Pierre Correia pour la tournée en Australie. Le premier est entré en cours de jeu pour le premier test, le second devrait connaître sa première sélection samedi.

LE FLOP: La gestion

Tout est parti de travers dès le début de la saison. Déplacement à Biarritz pour la première journée avec six licences bloquées suite à un "trou" de 600 000 euros. Puis ce fut le départ du président Louis Barret en décembre, remplacé par Jean-Louis Martinez... qui a dû démissionner car il était également président de Blagnac (Pro D2). Le troisième président de l'année, Bernard Archilla, est maintenant confronté à la relégation administrative du club en raison d'n résultat déficitaire pour 2006/2007 toujours pas comblé. La commission d'appel a confirmé. Le CNOSF statuera mercredi.

LE MEILLEUR JOUEUR: Thomas Sanchou

Thomas Sanchou est le joueur que l'on a le plus vu sur les terrains de Top 14. Le centre, replacé avec brio à la mêlée après les blessures de Pagès et Boulogne, a joué 1917 minutes, soit 73 en moyenne par rencontre. Il n'a manqué aucun des 26 matchs de son équipe, figurant même 24 fois dans le XV de départ. Sanchou a même disputé dans leur intégralité 19 des 26 rencontres du SCA dont les 14 premières. Cet infatigable défendra les couleurs de Brive l'an prochain.

LA REVELATION: Pierre Correia

Agé de 23 ans, Pierre Correia évolue à Albi depuis cinq ans mais n'est passé pro qu'à l'âge de 21 ans. Chez les jeunes, il avait évolué à Agen puis à Montauban. Cette saison, il a disputé 20 rencontres dont 17 comme titulaire. Solide en mêlée et vif dans le jeu, il constitue un élément essentiel du pack albigeois dont on connaît la réputation. Sa saison est récompensée par le voyage en Australie avec les Bleus et par un départ vers le Stade français. Son pré-contrat de deux ans ne sera validé que si la descente du SCA est définitivement effective.

L'AVENIR

Il s'annonce plutôt sombre. A moins d'un revirement de situation improbable, Albi évoluera l'an prochain en Pro D2 en raison de ses problèmes administratifs. Plutôt dur quand on sait qu'il n'a jamais été relégable sportivement depuis son retour parmi l'élite il y a deux ans. Il va donc falloir tout reconstruire, à commencer par l'effectif vu que la saignée a débuté: Mela, Correia, Lacroix, les nouveaux internationaux, Sanchou, le plus utilisé, Bianco, le meilleur marqueur, Hough, le meilleur réalisateur ainsi que Filitoga (Toulon), Guicherd (Pau) en attendant d'autres...

LES CHIFFRES CLES

Meilleur classement: 4e (1 fois)
Plus mauvais classement: 12e (16 fois)
Classement attaque: 11e (415 points)
Classement défense: 12e (549 points)
Classement domicile: 12e (37 points)
Classement extérieur: 12e (11 points)
Meilleur réalisateur: Hough (134 points)
Meilleur buteur: Hough (134 points)
Meilleurs marqueurs: Bianco (5 essais)

Rugbyrama - Ph-DC/Photo Patrick Derewiany - 01/07/2008 09:46
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mer 2 Juil 2008 - 19:11

Le bilan : Brive

Après Auch, Dax et Albi, voici celui de Brive. Fragilisé par un départ catastrophique, les Corréziens ont réussi à se sauver en terminant à la 11e place.

TOUR D'HORIZON
La saison a été longue et difficile pour les Brivistes. En effet, après un départ poussif (quatre défaites en autant de matchs) marqué par l'arrivée d'Olivier Magne aux commandes au soir de la deuxième journée, le club a dû batailler pour sauver sa place dans l'élite. Pénalisé par son inconstance, Brive a laissé filer plusieurs matchs dans les dernières minutes et a eu du mal à enchaîner les succès. La formation corrézienne a ainsi navigué entre la 8e et la 14e place tout au long du championnat. Ce n'est finalement qu'à trois journées de la fin de l'exercice qu'elle a réussi à assurer son maintien.

LE TOP : Les victoires contre Paris et Toulouse
Alors qu'ils étaient en pleine lutte pour le maintien, la fin de saison s'annonçait délicate pour les Brivistes avec la réception de deux "gros" du Top 14 : Toulouse et Paris. Mais le club se devait d'engranger le maximum de points sur ses terres. Finalement, les joueurs du CA Brive Corrèze ont réussi à se surpasser pour venir à bout des Parisiens (11-3) à l'issue d'un match accroché. Deux semaines plus tard, ils remettaient le couvert face à des Toulousains qui s'étaient pourtant déplacés avec leur équipe type (15-12). Deux victoires acquises sur les fondamentaux grâce à beaucoup de courage et d'envie.

LE FLOP : Un départ catastrophique
Au soir de la quatrième journée, Brive pointait à la 14e et dernière place du classement. Une contre-performance due à un début de saison calamiteux : quatre défaites en quatre rencontres. Surtout, le club a perdu ses trois premiers matchs à domicile, dont deux contre des équipes supposées abordables (Bayonne et Montpellier). Bref, avec un gros déficit de points à combler, le club s'est mis dans les pires conditions pour démarrer son championnat. Une situation qui a débouché sur l'arrivée précoce d'Olivier Magne au poste d'entraîneur, le poussant ainsi à mettre un terme à sa carrière de joueur. Au final, les Corréziens auront traîné ce départ catastrophique comme un boulet tout au long de la saison.

LE MEILLEUR JOUEUR : Vincent Forgues
En participant à 21 des 26 matchs de championnat, Vincent Forgues a été un élément essentiel de l'équipe briviste cette année. Puissant et généreux, ce troisième ligne aile très mobile a su se rendre indispensable. Percutant en attaque et intraitable en défense, c'est souvent lui qui a montré la marche à suivre à sa formation. En effet, ses performances aussi accomplies que régulières ont été précieuses dans l'opération sauvetage du club corrézien. S'il continue sur sa lancée, il pourra penser à un avenir international.

LA REVELATION : Alexis Palisson
Encore inconnu il y a quelques semaines, Alexis Palisson est la grande révélation briviste de cette saison. L'ailier ou arrière de poche (1m75 pour 75 kg) a réalisé une fin de championnat tonitruante. Ses jambes de feu et ses crochets dévastateurs lui ont permis de gagner ses galons de titulaire à seulement vingt ans. Pas plus de 11 apparitions en Top 14 et ses performances impressionnent déjà. En effet, le jeune Corrézien a été appelé par Marc Lièvremont pour partir en tournée en Australie avec l'équipe de France. Il lui reste peut-être encore à travailler sa défense.

L'AVENIR
Brive nourrit de grosses ambitions pour la saison à venir. Le club rêve d'une place dans le haut du tableau et veut goûter à nouveau à la Coupe d'Europe. Pour y parvenir, il a décidé de se munir d'un nouveau staff : Christophe Laussucq pour les avants et Ugo Mola pour les arrières. De son côté, Laurent Seigne reste manager. La formation corrézienne s'est également montrée très active sur le marché des transferts avec pas moins de douze arrivées déjà, dont celles de Méla, Vosloo, Pic, Popham, Agulla, Idieder ou Bianco… en attendant l'ouvreur international anglais Andy Goode que les Corréziens espèrent voir signer dans les prochains jours.

LES CHIFFRES CLES

Meilleur classement : 8e (1 fois)
Plus mauvais classement : 14e (1 fois)
Classement attaque : 9e (425 points)
Classement défense : 8e (514 points)
Classement domicile : 11e (38 points)
Classement extérieur : 10e (13 points)
Meilleur réalisateur : Orquera (122 points)
Meilleur buteur : Orquera (117 points)
Meilleur marqueur : Domingo (4 essais)

Rugbyrama - Jérémy FADAT - 02/07/2008 14:09
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mer 2 Juil 2008 - 19:14

Le bilan: Bourgoin

Après Auch, Dax, Albi et Brive, voici Bourgoin. Le club isérois a connu sa plus mauvaise saison depuis 2000-2001 mais l'avenir pourrait être radieux avec des jeunes prometteurs comme Morgan Parra ou Yann David.

TOUR D'HORIZON
Bourgoin est en pleine mutation. Le club de l'isère a bâti sa réputation sur la force de son pack et de ses guerriers, intraitables à Pierre-Rajon. Aujourd'hui, c'est moins le cas et l'arrivée d'Eric Catinot n'y est pas étrangère. Le CSBJ tente de développer du jeu. Evidemment, cette évolution ne s'est pas faite sans heurt, le club terminant à une 10e place peu habituelle. Sans l'Europe et malgré le départ de plusieurs joueurs, il devrait rapidement retrouver le haut du classement. A moins que les jeunes comme Parra et David mettent plus de temps que prévu à éclore. Dans ce cas, l'année 2008-2009 sera de nouveau une transition...

LE TOP: Catinot, le renouveau
Arrivé d'Oyonnax en début de saison (Urios a fait le chemin inverse), Eric Catinot est le nouvel homme fort de Bourgoin. S'il n'a pas réussi la saison du siècle (10e), l'entraîneur a presque révolutionné le jeu de Bourgoin avec des trois-quarts plus présents. Le CSBJ ne compte plus que sur son pack pour faire la différence. Les David, Janin, Coux and co s'en donnent désormais à coeur joie sous sa direction. Preuve de la confiance qui lui est accordée, il est passé manager début avril après la mise à l'écart de Pierre Raschi.

LE FLOP: Pas de H Cup
Pour la première fois depuis sept ans, Bourgoin n'est pas parvenu à se qualifier pour la H Cup. Le club isérois avait été plutôt régulier ces dernières années, accrochant l'Europe par le biais des demi-finales ou de son classement. Sa 10e place cette saison ne lui offre que le Challenge européen. Les mauvaises langues diront que les Berjalliens ne jouaient de toute façon pas le jeu sur la scène européenne (8 victoires en 48 matchs, pas un seul quart de finale), les autres diront que l'année prochaine sera moins chargée pour viser une place dans le premier tiers.

LE MEILLEUR JOUEUR: Benjamin Boyet
Il a été moins efficace que l'an dernier (191 points contre 253) mais Benjamin Boyet reste le meilleur élément de Bourgoin. L'ouvreur est le joueur qui a passé le plus de temps sur les terrains (1687 minutes, 24 matchs dont 22 comme titulaires), c'est sans doute aussi pour ça qu'il est souvent victime de petits "bobos". Il a livré une prestation étonnante contre Biarritz (35-15, 11e journée), digne de son statut d'international qu'il étrenne actuellement en Australie. Il faut qu'il soit plus constant malgré tout. A 28 ans, le temps presse...

LA REVELATION: Morgan Parra
Le demi de mêlée, qui fêtera ses 20 ans au mois de novembre, a connu une ascension fulgurante. Parra n'a pas joué autant de matchs qu'on pourrait le croire avec Bourgoin cette année (15), dépannant parfois à l'ouverture. Mais le Berjallien a tapé dans l'oeil de Marc Lièvremont qui l'a lancé dans le Tournoi des 6 Nations, d'abord sur le banc contre l'Ecosse et l'Irlande, puis d'entrée de jeu face à l'Angleterre. Parra a convaincu et se présente comme le successeur de Jean-Baptiste Elissalde pour le poste en équipe de France.

L'AVENIR
Chaque année, c'est la saignée. L'an dernier, Bonnaire, Del Fava et Boussès sont partis. Cette saison, deux autres éléments importants s'en vont: le 2e ligne Julien Pierre et le talonneur Benoit Cabello qui rejoignent Bonnaire à Clermont. Le CSBJ comptera donc sur la progression de ses jeunes et sur la stabilité - Boyet est resté - pour retrouver les sommets. L'arrivée de Xavier Péméja comme entraîneur des arrières est la preuve de cette ambition. Côtés arrivées, c'est plutôt calme avec le pilier néo-zélandais Kopeliani et le prometteur talonneur de Narbonne Genevois.

LES CHIFFRES CLES

Meilleur classement: 2e (une fois)
Plus mauvais classement: 11e (deux fois)
Classement attaque: 7e (453 points)
Classement défense: 10e (526 points)
Classement domicile: 9e (41 points)
Classement extérieur: 11e (11 points)
Meilleur réalisateur: Benjamin Boyet (191 points)
Meilleur buteur: Benjamin Boyet (191 points)
Meilleurs marqueurs: Coux, Cabello (5 essais)

Rugbyrama - Ph-DC/Photo Stéphanie Biscaye - 02/07/2008 18
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:46

03/07/2008Le bilan: Bayonne - rugbyrama

Après Auch, Dax, Albi, Brive et Bourgoin, c'est au tour de l'Aviron bayonnais. Le club basque a terminé à la 9e place.

TOUR D'HORIZON
Bayonne a réussi son pari : assurer son maintien en Top 14 avant la dernière journée. Car les Bayonnais étaient devenus des habitués des multiplex à risque avec une oreille collée au transistor pour pouvoir souffler. Cette année, les Basques ont donc pu vivre une fin d'exercice plus calme grâce notamment à un très bon départ. L'Aviron a même occupé, pour la première fois de sa remontée, le fauteuil de leader. En revanche, si les coéquipiers de Richard Dourthe ont longtemps lutté pour une place européenne, ils n'ont pas réussi à suivre la cadence lors de la phase retour avec notamment cinq journées consécutives sans succès. Ils terminent à la neuvième place.

LE TOP : Un recrutement judicieux
Plusieurs joueurs arrivés lors de la dernière intersaison sont rapidement devenus des cadres de l'Aviron bayonnais : Roumieu, Haare, Edmonds, Gower. De son côté, Larrechea n'a pas déçu pour son retour au pays. Bayonne a aussi réussi deux bons coups pendant la saison en récupérant deux joueurs d'Agen : Nicolas Lafitte dans un premier temps puis Pepito Elhorga. Au final, le recrutement basque a été intéressant et a tiré le groupe vers le haut.

LE FLOP : La gestion du staff
Alors que l'Aviron bayonnais était en train de réaliser sa meilleure saison en Top 14, le président Francis Salagoïty, avec l'arrivée d'Alain Afflelou comme partenaire, annonce un changement radical de politique et par la même occasion le changement du staff technique à la fin de la saison. Jean-Pierre Elissalde se voit proposer un autre rôle dans le club et Xavier Péméja ainsi que Jean-François Beltran ne sont pas reconduits. Cette annonce faite mi-mars a entraîné une chute des résultats (quatre défaites et un nul concédé à domicile) et l'Aviron manque la qualification européenne.

LE MEILLEUR JOUEUR: Richard Dourthe
S'il n'a plus les jambes de ses débuts, Richard Dourthe a encore été l'élément fédérateur de l'Aviron bayonnais puisqu'il a joué vingt-cinq matchs sur ving-six possibles et il a été titularisé à vingt-deux reprises. Auteur de 236 points, sa précision dans les tirs au but a souvent fait la différence. Chef de meute de grande valeur, il quitte le terrain par la grande porte et il sera le directeur sportif bayonnais la saison prochaine.

LA REVELATION : Vincent Inigo
Avec son physique de poche (1,75 m, 75 kg), Vincent Inigo ne correspond pas vraiment aux critères des trois-quarts centres modernes. Souvent utilisé à l'aile en début de saison, il a ensuite été repositionné aux côtés de Craig Gower avec lequel il a formé une paire très intéressante. Ses crochets et sa vivacité ont fait des étincelles et il est devenu le porte bonheur bayonnais en fin de saison. Il termine l'exercice avec quatre essais pour treize matchs joués (douze titularisations).

L'AVENIR
L'Aviron bayonnais va devoir s'habituer à un nouveau staff technique avec Richard Dourthe comme manager et Thierry Mentières et Jean-Philippe Coyola sur le terrain. Les trois hommes vont devoir trouver leur mode de fonctionnement. Leur première mission sera de combler le départ de Richard Dourthe qui était le leader et le buteur de l'équipe. Si les finances du club permettent aux Basques d'être ambitieux sur le marché des transferts, ils n'ont pas réussi à attirer des grands noms... même si Tuqiri et Rokocoko ont été sollicités.

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement : 1er (1 fois)
Plus mauvais classement : 11e (2 fois)
Classement attaque : 6e (457 points)
Classement défense : 11e (533 points)
Classement domicile : 8e (41 points)
Classement extérieur : 9e (13 points)
Meilleur réalisateur : Richard Dourthe (236 points)
Meilleur buteur : Richard Dourthe (231 points)
Meilleur marqueur : Jean-Baptiste Peyras (8 essais)

Rugbyrama - N. A./Photo D. P. - 03/07/2008 18:01
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:48

04/07/2008 Le bilan: Montpellier

Après Auch, Dax, Albi, Brive, Bourgoin et Bayonne, voici Montpellier. Le club héraultais a réalisé sa meilleure saison (8e) depuis son retour au sein de l'élite grâce à ses nouveaux internationaux. En attendant mieux?

TOUR D'HORIZON
Montpellier a bien fait de sauver sa tête l'an dernier car il a réussi sa meilleure saison dans l'élite depuis son retour en 2003. La 8e place et la balance positive (14 victoires - 12 défaites) sont en effet des premières pour le MHRC. Le club s'est donné les moyens de progresser, notamment avec son nouveau stade Yves-du-Manoir, et il y est parvenu. Il a également conservé son quatuor de choc (Ouedraogo, Picamoles, Trinh-Duc et Tomas) malgré les sollicitations des grands clubs. Il a simplement manqué de profondeur d'effectif pour gérer les absences de ses nouveaux internationaux.

LE TOP: La confirmation
Habitué à jouer le maintien, Montpellier visait plus haut cette saison. Porté par son nouveau stade et par la progression de sa nouvelle vague qui a confirmé les espoirs placés en elle, le MHRC a parfaitement rempli son objectif en terminant à la 8e place. Il a même échoué de peu à décrocher une première participation en H Cup. S'il n'a pas encore fait d'Yves-du-Manoir une forteresse imprenable (Paris, Biarritz et Clermont y ont gagné), le club héraultais a franchi un cap face aux gros en faisant tomber le Stade toulousain et à l'extérieur (4 victoires: Brive, Castres, Dax et Auch).

LE FLOP: Le Tournoi des 6 Nations
Ce n'est pas de la performance des Montpelliérains pendant le Tournoi dont il est ici question mais des conséquences de leurs sélections sur le MHRC. De fin janvier à mi-mars, l'absence des quatre fantastiques a pesé lourd dans la balance. En huit rencontres, les Héraultais se sont inclinés à six reprises, s'imposant seulement à domicile devant Dax et Auch. La preuve que le club dépend encore trop de ses internationaux et que son banc est encore trop juste. Lors de ce trou noir, Montpellier a glissé de la 6e à la 10e place. C'est là qu'il a perdu sa place en H Cup.

LE MEILLEUR JOUEUR: Louis Picamoles
Révélé la saison dernière, le troisième ligne centre est un élément incontournable de Montpellier. C'est un travailleur infatigable qui fait sans cesse avancer son équipe grâce à sa force de percussion. Cette saison, il a également terminé meilleur marqueur de son club (4 essais). Convoqué avec le XV de France lors du Tournoi, il a joué trois matchs dont deux comme titulaires (Angleterre et Italie). C'est lors de ces rencontres qu'il a prouvé que sa place n'était pas usurpée. Il est là pour longtemps chez les Bleus, et comme titulaire.

LA REVELATION: François Trinh-Duc
C'est plus une confirmation qu'une révélation car il avait déjà réalisé une fin de saison intéressante. François Trinh-Duc a littéralement explosé cette saison, démarrant sur les chapeaux de roue (3 essais en 2 matchs). Il a disputé deux fois plus de rencontres que l'an dernier (18 contre 9, 1320 minutes). C'est un ouvreur moderne: un gros défenseur - il a évolué plusieurs fois au centre, comme actuellement en Australie avec les Bleus - capable de coups de génie qui "échappent aux stratégies codifiées" comme il se plait à dire. Ne lui manque qu'à améliorer son jeu au pied.

L'AVENIR
L'objectif de l'année prochaine est clair: c'est la qualification en H Cup. Avec l'expérience internationale engrangée par ses joueurs, le MHRC peut viser une des six premières places mais il ne devra pas se louper car d'autres écuries de son niveau (Brive, Bayonne) sont ambitieuses. Les arrivées de Mirande, van Niekerk (Agen) et de l'Anglais Ollie Smith (Leicester) vont dans ce sens mais il faudra encore se renforcer. C'est sans doute l'année ou jamais pour le MHRC car ses quatre Bleus voudront sans doute ensuite voguer vers d'autres cieux, là où ils pourront viser le Bouclier de Brennus...

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement: 2e (une fois)
Plus mauvais classement: 10e (2 fois)
Classement attaque: 8e (426 points)
Classement défense: 7e (490 points)
Classement domicile: 7e (42 points)
Classement extérieur: 7e (19 points)
Meilleur réalisateur: Mark McHugh (114 points)
Meilleur buteur: Mark McHugh (109 points)
Meilleurs marqueurs: Louis Picamoles (4 essais)

Rugbyrama - Philippe DA COSTA - 04/07/2008 11:25
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:50

04/07/2008 Le bilan : Montauban

Chaque jour, jusqu'à dimanche, retrouvez notre bilan du Top 14, club par club. Après Auch, Dax, Albi, Brive, Bourgoin, Bayonne et Montpellier, voici celui de Montauban. En se hissant à la 7e place du classement final, le club tarn-et-garonnais est la bonne surprise de ce championnat.

TOUR D'HORIZON
Pour sa deuxième saison dans l'élite, Montauban a impressionné. En effet, au terme d'un exercice plein, le club a terminé juste derrière les ténors du Top 14. Une performance due à la régularité de l'équipe et à un quasi sans-faute à domicile (une seule défaite contre le Stade toulousain). S'appuyant sur un alignement aussi constant qu'efficace, les Montalbanais ont réussi à se hisser à la 7e place, synonyme de qualification pour la prochaine Coupe d'Europe. Une place acquise au soir de la 14e journée et qu'ils ont su conserver malgré la pression de Montpellier. Cette belle saison a été justement récompensée par les sélections en équipe de France de deux de ses membres : Ibrahim Diarra a participé au Tournoi des 6 Nations et Yannick Caballero est parti en tournée avec les Bleus en Australie.

LE TOP : la qualification pour la Coupe d'Europe
Impensable en début de saison, Montauban a réussi l'authentique exploit de se qualifier pour la prochaine Coupe d'Europe. Une première pour le club. Des résultats qui ont finalement dépassé toutes les ambitions de ses dirigeants et les espoirs de ses supporters. Dans cette compétition, le Stade Sapiac aura même le privilège de recevoir le Munster, vainqueur de la dernière édition, et Sale, le club de Sébastien Chabal. Une qualification qui, en tout cas, démontre l'énorme progression et la réussite d'une équipe qui était encore en Pro D2 il y a seulement deux ans.

LE FLOP : Les problèmes de financement du stade
Au terme d'une saison exceptionnelle sur le plan sportif, Montauban a connu une fin de parcours agitée. En effet, le club a été au cœur d'un litige financier impliquant municipalité et partenaires privés pour l'agrandissement des tribunes de son stade. Des problèmes qui ont quelque peu gâché la fête. Et surtout une situation qui a mené les Tarn-et-garonnais devant la DNACG et les a plongés dans une période d'instabilité. Ces péripéties ont eu, entre autres, comme conséquence de mener à la démission du président Patrick Bardot.

LE MEILLEUR JOUEUR : Yoan Audrin
Le trois-quarts – ailier ou centre - de 26 ans est incontestablement un des grands artisans des bonnes performances montalbanaises. Véritable fer de lance des lignes arrière, Audrin a participé à 23 matchs de championnat, inscrivant au passage la bagatelle de 6 essais. Pour sa deuxième saison au club, il a donc su se montrer décisif. Au point d'être devenu le chouchou des supporters. Celui qu'on appelle le « prince de Sapiac » a apporté le plus offensif que Laurent Travers et Laurent Labit, ses entraîneurs, attendaient de lui. Ses performances ne sont pas passées inaperçues : courtisé par les grosses écuries du Top 14, Audrin a pourtant décidé de rester fidèle à Montauban.

LA REVELATION : Ibrahim Diarra
A l'instar de son compère de la troisième ligne Yannick Caballero, Ibrahim Diarra a littéralement explosé cette année sous le maillot montalbanais. Solide, généreux et intraitable en défense, il est devenu, à seulement 24 ans, un des leaders de son équipe. Très bon sauteur en touche, il s'est également fait remarquer pour ses performances dans un des meilleurs alignements français. Des performances qui l'ont conduit jusqu'en équipe de France. Il a, en effet, fêté sa première sélection contre l'Italie durant le Tournoi des 6 Nations.

L'AVENIR
Montauban s'est déjà montré actif au niveau des transferts. Des joueurs reconnus comme Delasau, Shvelidze, Rosalen, Lespinas ou Julien Laharrague ont décidé de rejoindre les rangs du club. Mais malgré ce recrutement ambitieux, il paraît bien difficile pour les Montalbanais d'être performants sur les deux tableaux l'année prochaine (Championnat et Coupe d'Europe). Cette Coupe d'Europe servira surtout de palier dans la progression des Montalbanais. Ils devraient donc se concentrer sur le Top 14. Objectif : confirmer la bonne saison qu'ils viennent d'effectuer et, pourquoi pas, intégrer les six premières places.

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement : 3e (1 fois)
Plus mauvais classement : 10e (1 fois)
Classement attaque : 10e (420 points)
Classement défense : 6e (446 points)
Classement domicile : 5e (50 points)
Classement extérieur : 8e (13 points)
Meilleur réalisateur : Fortassin (212 points)
Meilleur buteur : Fortassin (202 points)
Meilleur marqueur : Audrin (6 essais)

Rugbyrama - Jérémy Fadat - 04/07/2008 14:46
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:52

05/07/2008Le bilan : Biarritz

Aujourd’hui, le Biarritz olympique. Le club basque a vécu une saison très difficile, sans qualification pour les phases finales de Top 14 et de H Cup, et ponctuée par le départ de Patrice Lagisquet.

TOUR D'HORIZON
Sur les bords de l'Atlantique, la fin de la saison a été vécue comme un soulagement. La fin d'un calvaire de sept mois. Auteur de sa plus mauvaise saison depuis son retour au meilleur niveau en 2000, le BO n'est pas parvenu à se qualifier pour les phases finales, ni de championnat, ni de H Cup. Cela n'était pas arrivé depuis huit ans. Incapables de mettre en place leur jeu, minés par des problèmes internes, les Basques n'ont pas trouvé les ressources pour se renouveler et réagir quand il le fallait. Ils ont terminé le Top 14 sur une décevante sixième place et une ultime défaite à Aguilera contre Castres (34-30) qui leur a ravi la cinquième place par la même occasion.

LE TOP: La défense
S'il a déçu cette année, le BO a conservé son titre de meilleure défense du Top 14. Avec 339 points encaissés (soit une moyenne de 13 par match), les Rouge et Blanc font mieux que Clermont, Perpignan et Toulouse, qui en ont respectivement pris 380, 392 et 394. Une statistique révélatrice de la solidité du système défensif biarrot, symbolisée par le « sécateur » Serge Betsen ou l'ouvreur Julien Peyrelongue. C'est e seul point que le club a réussi à conserver de ses années de gloire. Cela fait déjà quatre ans que Biarritz possède la défense la moins perméable du championnat.

LE FLOP: La fin d'un cycle
Serge Betsen qui signe aux Wasps, Denis Avril qui part à Bayonne, Petru Balan qui met un terme à sa carrière, Julien Dupuy qui part à Leicester et surtout Patrice Lagisquet qui s'en va après onze ans au club... Biarritz a tourné une page cette saison. Et cela s'est fait dans la douleur, sans les résultats, avec une certaine lassitude et un manque de réaction quand les choses se sont compliquées. De l'arrivée de Jack Isaac en début de saison à l'élimination de H Cup sans qualification pour les quarts en passant par le claquage de porte de Patrice Lagisquet en juin, le parcours n'a pas été simple. Et le groupe n'a pas su se remettre en questions. Du coup, il a explosé. Huit joueurs et un entraîneur s'en vont tandis que l'équipe dirigeante aussi devrait bouger.

LE MEILLEUR JOUEUR: Benjamin Noirot
Jusque-là doublure de luxe de Benoît August, Benjamin Noirot s'est imposé cette année. Avec 29 matchs à son compteur, dont 19 comme titulaire (contre 22 et 12 pour l'autre talonneur du club), il a brillé au milieu du marasme ambiant. Puissant mais adroit, solide dans le combat et bon défenseur, il a, à 27 ans, trouvé son rythme et se classe en troisième talonneur du classement des étoiles du Midi Olympique, derrière le Bayonnais David Roumieu et le Clermontois "Super" Mario Ledesma.

LA REVELATION: Takudzwa Ngwenya
Alignée pour la première fois lors de la première journée de H Cup le 14 décembre dernier, la flèche américaine a fait une entrée fracassante dans le rugby hexagonal. En 22 matchs pour autant de titularisations, Takudzwa Ngwenya a inscrit huit essais, ce qui fait de lui le quatrième meilleur marqueur du Top 14 mais qui représente surtout un cinquième des essais marqués par les Biarrots cette saison (38). Certes juste dans sa technique individuelle et sa gestuelle, il fait mouche grâce à ses accélérations foudroyantes et ses crochets dévastateurs à l'image de celui qui avait laissé sur les fesses le champion du monde Bryan Habana lors du dernier Mondial. Par ailleurs, il progresse très vite. Ce qui fait de lui une arme de plus en plus précieuse, et surtout dangereuse, pour les Biarrots.

L'AVENIR
Serge Blanco a déjà prévenu tout le monde : il va "reprendre les choses en main" la saison prochaine. Le président de la LNR, qui quittera ses fonctions en décembre prochain, compte s'investir pleinement dans le club de son c&oeligur. Au point d'en prendre la présidence. Selon toute vraisemblance. "Il faudra que le conseil d'administration l'accepte", précise l'ancien arrière des Bleus. Recadrage et chamboulements en perspectives donc. Bien qu'il ait déjà annoncé que Jack Isaac et Jacques Delmas resteront, il va falloir reconstruire après les départs de Betsen, Balan, Avril, Dupuy, Malonga, Marlu et Lagisquet. Et le BO n'est pas encore très actif sur le marché des transferts. Le club est à un tournant de son histoire. Il a tout intérêt à bien le négocier.

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement: 3e (2 fois)
Plus mauvais classement: 9e (1 fois)
Classement attaque: 12e (385 points)
Classement défense: 1e (339 points)
Classement domicile: 6e (43 points)
Classement extérieur: 6e (23 points)
Meilleur réalisateur: Dimitri Yachvili (91 points)
Meilleur buteur: Dimitri Yachvili (91 points)
Meilleurs marqueurs: Takudzwa Ngwenya (8 essais)

Rugbyrama - Emilie DUDON - 05/07/2008 08:46
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:54

05/07/2008 Le bilan : Castres

Après Auch, Dax, Albi, Brive, Bourgoin et Bayonne, Montpellier, Montauban et Biarritz, voici Castres. Le CO retrouvera la saison prochaine la H Cup, mais devra d'ici là s'améliorer dans la constance.

TOUR D'HORIZON
Il ne fallait pas être cardiaque et supporter du Castres olympique cette saison ! Que de revirements ! Que de frayeurs ! Et tout ça pour finir à la cinquième place d'un interminable championnat… A dire vrai, on croirait que les Tarnais s'étaient passés le mot pour prendre à contre-pied tous les pronostics. Annoncés parmi les cadors à surveiller du championnat, les joueurs du CO ont réalisé une entame catastrophique. Aux portes de la zone rouge, c'est au moment où ils étaient le moins attendus qu'ils ont enchaîné les grosses performances. Bref une saison surprenante et au final pas si mal que ça !

LE TOP : Le retour gagnant de Gaillard
Après deux ans passés sans gagner un seul match loin de Pierre-Antoine, il a fallu à peine deux semaines d'adaptation à Alain Gaillard pour mener le CO à la victoire à Dax ! L'homme providentiel de Castres et du titre de 1993 a été appelé au chevet d'un groupe bien malade le 11 décembre 2007. Après quatre journées de Top 14, Gaillard est arrivé et de la treizième place le CO a progressivement remonté la pente pour finir cinquième. Pour sûr, l'électrochoc et la méthode Gaillard ont reçu un écho 100% favorable !

LE FLOP : Le manque de constance
Alors oui, le CO a fini cinquième. Et avec des "si ", on mettrait Paris en bouteille. Mais quand même... Comment ne pas regretter cette entame ratée, cette défaite cuisante concédée à domicile devant le Stade français - un revers qui provoqua des sanglots au grand Capo Ortega -, mais aussi (et surtout) la défaite, une nouvelle fois à Pierre-Antoine - devant Montpellier, puis à Bayonne, alors que les demies leur tendaient les bras ? Auteurs de grands coups, comme ce double succès devant Clermont (ce sont les seuls à avoir gagné l'ASM) ; cette victoire à Biarritz sur la dernière journée ou encore à Albi juste après la déculottée parisienne, les Castrais ont fait preuve d'une trop grande inconstance cette saison. Cela leur a tout simplement coûté le dernier carré.

LE MEILLEUR JOUEUR : Lionel Nallet
Capitaine d'une équipe principalement anglophone, le deuxième ligne Lionel Nallet a eu le mérite de réaliser une saison marathon... et de devenir capitaine du XV de France ! Incroyable de régularité dans ses grandes performances, Nallet a décidé de rester fidèle au CO malgré les sollicitations extérieures. Avec 18 matchs (17 fois titulaire pour 1367 minutes) sur 26 rencontres, Nallet a fait carton plein car il était aussi de tous les matchs du Tournoi des 6 Nations. Il est d'ailleurs toujours en train de jouer avec les Bleus en Australie où il aura été deux fois titulaire.

LA REVELATION : Sébastien Tillous-Borde
Parti lui aussi aux antipodes avec son capitaine de club et les Bleus, Sébastien Tillous-Borde, 23 ans, a choisi de relever le défi castrais en début d'année après avoir souffert de l'ombre de Yachvili et Dupuy à Biarritz. Résultat, malgré la présence de Senio à la mêlée, Tillous-Borde a su prendre ses marques et se faire repérer par les sélectionneurs qui auraient bien aimé le voir pendant le Tournoi (mais il était alors blessé). Surtout, son nom figure sur 21 des 26 feuilles de match du CO en Top 14, Tillous-Borde, bon dynamiseur de jeu, a su animer l'attaque tarnaise.

L'AVENIR
Sans Vosloo, ni Meews, mais avec Nallet et aussi Teulet et Sanchou (en provenance d'Albi), Castres qui retrouve la grande Coupe d'Europe doit confirmer sa très bonne fin de saison. Mais il n'y aura plus l'effet de surprise, et le CO sera attendu de pieds fermes. C'est pour cela qu'il faudra en premier lieu gagner en constance. Le Levezou, centre d'entraînement de Castres, attend depuis 1993 un nouveau titre. D'avoir ainsi approché les demi-finales va certainement donner quelques idées.

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement: 1er (une fois)
Plus mauvais classement: 13e (une fois)
Classement attaque: 4e (564 points)
Classement défense: 9e (524 points)
Classement domicile: 10e (40 points)
Classement extérieur: 4e (29 points)
Meilleur réalisateur: Romain Teulet (219 points)
Meilleur buteur: Romain Teulet (219 points)
Meilleurs marqueurs: Laloa Milford (4 essais)

Rugbyrama - Myriam Périssat/Photo Stéphanie Biscaye et Patrick Derewiany - 05/07/2008 17:38
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:55

06/07/2008 Le bilan : Perpignan

Chaque jour, jusqu'à dimanche, retrouvez notre bilan du Top 14, club par club. Après Auch, Dax, Albi, Brive, Bourgoin, Bayonne, Montpellier, Montauban, Biarritz et Castres, voici Perpignan. Après une entame difficile, les Catalans se sont qualifiés pour les demi-finales en terminant à la 4e place.

TOUR D'HORIZON
Une saison contrastée pour l'Usap. Malgré des débuts totalement ratés, le club a su, peu à peu, relever la tête. Battus en quart de finale de la Coupe d'Europe, les hommes de Jacques Brunel ont terminé à la 4e place du TOP 14, synonyme de qualification pour les phases finales. Ils ont ainsi coiffé Castres et Biarritz. Mais en demi-finale, Perpignan a été quasiment inexistant face à Clermont. Une défaite qui a mis en lumière le chemin qu'il reste à parcourir pour les Catalans s'ils veulent devenir de sérieux prétendants au Bouclier de Brennus.

LE TOP : La qualification pour les demi-finales
Seulement 11e au soir de la 7e journée, Perpignan était bien loin des ambitions affichées en début de saison. Mais le discours du nouvel entraîneur Jacques Brunel a fini par trouver un écho. C'est ainsi que les Catalans ont entamé leur remontée fantastique qui les a menés jusqu'à la 4e place. Un renouveau marqué par une série de dix matchs sans défaite entre la 11e et la 20e journée. L'Usap s'est même payée le luxe de s'imposer sur le terrain du Stade Français, invaincu sur ses terres depuis trois ans et demi. Cette renaissance est incarnée par l'inépuisable Christophe Porcu qui a débuté la saison dans un petit club de Fédérale 3 avant d'être, à 36 ans, appelé à la rescousse d'une équipe aux abois.

LE FLOP : L'intégration de Percy Montgomery
En début de saison, le Sud-Africain arrivait du côté de Perpignan tout juste auréolé de ses titres de champion du monde et de meilleur réalisateur de la Coupe du monde. Une aubaine pour le club. Mais malgré 18 apparitions cette année, l'arrière n'a pas confirmé tous les espoirs placés en lui. Imprécis dans ses tirs au but et effacé dans le jeu, il n'a surtout jamais été décisif. Au final, il ne laissera pas un souvenir impérissable aux supporters catalans. En effet, Montgomery retourne jouer l'an prochain en Afrique du Sud en laissant derrière lui une grosse impression de gâchis.

LE MEILLEUR JOUEUR : Viliami Laukau Vaki
Plusieurs Perpignanais se sont montrés à leur aise cette saison mais il est bien difficile d'en ressortir un plus qu'un autre. Même si les performances de Vaki, certainement le joueur le plus régulier de l'effectif, méritent d'être soulignées. Avec 26 matchs (dont 24 comme titulaire) à son actif, le troisième ligne tongien a été précieux pour son équipe. Rapide, puissant et sauteur, ce joueur très complet a rapidement su se rendre indispensable, inscrivant au passage quatre essais. Des leaders de l'équipe, il est d'ailleurs un des seuls à avoir surnagé lors de la demi-finale perdue face à Clermont.

LA REVELATION : Guilhem Guirado
Guirado est incontestablement la bonne surprise catalane. Le talonneur a participé à 28 matchs de son club cette saison. Et ses performances lui ont permis de devenir un sérieux concurrent de Marius Tincu pour une place de titulaire. Généreux et adroit, ce jeune joueur de 22 ans est promis à un bel avenir. Déjà sélectionné dans toutes les équipes de France de jeunes, il a encore franchi un palier en intégrant le groupe des Bleus pendant le dernier Tournoi des 6 Nations.

L'AVENIR
Pour l'instant, Perpignan a réussi le gros coup du marché des transferts en recrutant l'ouvreur néo-zélandais Daniel Carter. Ce dernier, considéré comme le meilleur joueur du monde, sera le fer de lance des Catalans l'an prochain. Refroidis par l'expérience Montgomery, les supporters espèrent en tout cas qu'il jouera à son meilleur niveau. En faisant également signer Sid ou Mermoz, le club, dont l'ossature reste en place, se montre ambitieux pour la saison à venir. L'objectif est clairement de franchir un cap, c'est-à-dire d'atteindre la finale du Top 14 et de prendre pleinement part à la course au Bouclier de Brennus.

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement : 4e (11 fois)
Plus mauvais classement : 13e (1 fois)
Classement attaque : 5e (531 points)
Classement défense : 3e (392 points)
Classement domicile : 3e (52 points)
Classement extérieur : 5e (27 points)
Meilleur réalisateur : Percy Montgomery (95 points)
Meilleur buteur : Percy Montgomery (95 points)
Meilleurs marqueurs : David Marty et Henry Tuilagi (5 essais)

Rugbyrama - Jérémy Fadat - 06/07/2008
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Lun 14 Juil 2008 - 23:58

06/07/2008 Bilan: Stade français

Aujourd’hui, le Stade français qui a perdu son titre en demi-finale, suite à une saison difficile marquée par de nombreux blessés. Une nouvelle page se tourne à Paris avec les départs de Galthié et Dominici.

TOUR D'HORIZON
Drôle d'année pour le champion en titre. Alors qu'il avait passé toute la saison précédente en tête de la saison régulière, le Stade français a cette année rapidement décroché derrière les deux mastodontes, Clermont et Toulouse. Ce n'est que fin mai, lors de la 24e journée, que les Parisiens ont mathématiquement assuré leur place en demi-finale... pour y lâcher logiquement leur Bouclier. La saison fut éprouvante, émaillée par la perte de nombreux joueurs, et s'achève sur le départ de Fabien Galthié et de joueurs emblématiques comme Pieter De Villiers et Christophe Dominici. La fin d'un cycle. Définitivement. puisque le tournant avait été amorcé l'an dernier avec les départs de Pichot et Auradou notamment...

LE TOP: Le banc
Si le Stade français est parvenu en demi-finale, c'est bien grâce à son effectif. Jamais dans la saison, le club parisien n'a pu disposer au même moment de toutes ses forces vives. Mais malgré le retour différé des internationaux de la Coupe du monde, le Tournoi des 6 Nations et les très nombreuses blessures - parfois quinzaine de joueurs en même temps - Fabien Galthié a toujours pu aligner une équipe plus ou moins compétitive. Il n'y a qu'à Clermont que le Stade a véritablement aligné une équipe C (14e journée, défaite 50-12).

LE FLOP : La H Cup
Pour la deuxième fois de son histoire, le Stade français n'a pas passé le premier tour de la Coupe d'Europe. En 2005-2006, c'était déjà le cas mais son groupe était autrement plus relevé (Leicester, Ospreys et Clermont) que cette année (Cardiff, Bristol Harlequins). Le 17-0 encaissé à Bristol a pesé lourd dans la balance pour des Parisiens qui ont aussi dû faire face à de nombreux blessés et donc, privilégier le Top 14. La prochaine édition ne s'annonce pas de tout repos avec Llanelli, l'Ulster, toujours difficile à manoeuvrer, et les Harlequins qui se sont sérieusement renforcés.

LE MEILLEUR JOUEUR : Juan Martin Hernandez
Juan Martin Hernandez a tout connu cette saison. Revenu fin novembre après une troisième place de Coupe du monde avec les Pumas, l'ouvreur argentin a suscité la polémique en début d'année. Le joueur a été photographié en train de jouer au football sur une plage alors qu'il disait souffrir d'une une entorse au genou... Cet épisode enterré, El Mago a finalement déployé son talent. Et si 2007-2008 n'a clairement pas été sa meilleure saison parisienne - il est souvent passé à côté - il a aussi réussi des prestations de haute volée, sauvant de nombreuses fois la baraque, comme à Albi par exemple. Meilleur marqueur de drops cette saison (12), il a prolongé jusqu'en 2011 au plus grand bonheur de Paris.

LA REVELATION : Djibril Camara
En raison des blessés, plusieurs jeunes issus du centre de formation ont eu leur chance à Paris cette année. L'ailier Djibril Camara est l'un d'entre eux. Agé de 19 ans, il est apparu 10 fois sur la feuille du Stade français dont 7 comme titulaire, inscrivant deux essais. Le joueur est rapide, vif, voire explosif, au sens propre comme au figuré. Au dernier Mondial des moins de 20 ans avec les Bleuets, il a été suspendu pour deux rencontres pour des plaquages dangereux. Il y a de fortes chances qu'on le revoie l'an prochain.

L'AVENIR
Difficile de dire à quoi ressemblera la prochaine saison parisienne. Fabien Galthié est parti tout comme de nombreux cadres (Dominici, De Villiers, Skrela,..), à l'image de la saison dernière. L'Australien Ewen McEnzie, finaliste du Super 14 avec les Waratahs, arrive aux commandes. Il y a de fortes chances de toute façon de retrouver à nouveau Paris en demi-finale. La question est de savoir si l'écart - flagrant cette année - se creusera encore avec Clermont et Toulouse. Au rayon arrivées, Tchale-Watchou (Auch), Vigouroux (Clermont) et Oelschig (Cheetahs) en attendant peut-être le retour de Pichot. Rien d'exceptionnel pour l'instant...

LES CHIFFRES CLES
Meilleur classement: 2e (4 fois)
Plus mauvais classement: 10e (une fois)
Classement attaque: 3e (615 points)
Classement défense: 5e (417 points)
Classement domicile: 4e (51 points)
Classement extérieur: 3e (29 points)
Meilleur réalisateur: Juan Martin Hernandez (227 points)
Meilleur buteur: Juan Martin Hernandez (217 points)
Meilleurs marqueurs: Julien Saubade (7 essais)

Rugbyrama - Ph-DC - 06/07/2008 17:54
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mar 15 Juil 2008 - 0:01

07/07/2008 Le bilan: Toulouse

Avant-dernier épisode de nos bilans du Top 14 avec Toulouse qui, malgré sa 2e place de la phase régulière, a remporté le Brennus après sept ans de disette.

TOUR D'HORIZON :
Les observateurs attendaient une année Clermont. 2008 fut finalement l'année Toulouse. Champion de Top 14, deuxième à l'issue de la première phase, finaliste de H Cup, le Stade toulousain a une nouvelle fois été le meilleur club français de la saison. Par rapport à ses performances donc, mais par rapport à son jeu également. Les Rouge et Noir sont ceux qui, avec Clermont, ont proposé le jeu le plus complet et le plus enthousiasmant du rugby hexagonal. Ils s'appuient toujours sur leurs attaquants de feu mais ont acquis une plus grande solidité en conquête.

LE TOP : Le titre
Sept ans qu'ils l'attendaient. Au terme d'une finale magnifique durant laquelle ils ont nettement dominé Clermont (26-20), les Toulousains ont retrouvé le Brennus qui avait quitté les bords de Garonne depuis sept interminables années. Une belle revanche après une longue saison, la plus longue de tous les clubs de Top 14 en fait (37 matchs, plus ceux de Coupe du monde pour certains d'entre eux). Les Haut-Garonnais sont les seuls à avoir lutté sur les deux tableaux - championnat et Coupe d'Europe - jusqu'au bout bien qu'ils aient longtemps été amputés d'une partie de leur effectif à cause des doublons avec le Tournoi des 6 Nations.

LE FLOP : Les grosses blessures
Une saison longue comme le fut celle des Toulousains se paye forcément. Les Haut-Garonnais n'y ont pas échappé. Outre les petits bobos inhérents à un championnat professionnel, les trois grosses blessures sont venues handicaper l'effectif rouge et noir ces derniers mois. Le premier à partir à l'infirmerie fut le centre Florian Fritz, victime d'une fracture d'un péroné lors d'un entraînement avec l'équipe de France en janvier. Il a mis près de trois mois pour revenir. C'est ensuite l'arrière Clément Poitrenaud qui a été touché, victime d'une fracture d'une cheville à Perpignan en février. Il n'a toujours pas fait son retour sur le terrain. De même que l'ailier Vincent Clerc, qui s'est arraché les ligaments d'un genou contre Clermont en avril. Trois blessures pour trois cadres, trois internationaux, trois attaquants hors pair qui ont manqué aux Toulousains quand il s'agissait d'enchaîner 28 matchs en 26 semaines comme ils l'ont fait depuis le début de l'année.

LA REVELATION : Maxime Médard
L'an dernier, il avait été titularisé dix fois seulement. Cette année, il a fait partie du XV de départ à 25 reprises. Et il a marqué la bagatelle de 16 essais (14 en championnat, 2 en H Cup), devancé seulement par la fusée Nalaga (18 essais). Maxime Médard a complètement explosé cette saison. Capable de couvrir indifféremment l'aile ou l'arrière, il a époustouflé la France entière de ses crochets d'école et de ses accélérations foudroyantes. Sa capacité à résister à la pression malgré son jeune âge (21 ans) fait aussi de lui un atout. Malgré un ou deux ratés cette saison (au match aller à Clermont), il a atteint un niveau de performance très élevé que les sélectionneurs tricolores n'ont pas manqué de noter.

LE MEILLEUR JOUEUR : Byron Kelleher
Alain Tingaud, dans un sourire, confiait récemment que "René Bouscatel devrait remercier Agen d'être descendu l'an dernier". Le demi de mêlée néo-zélandais, qui s'était engagé avec le SUA, ne doit en effet sa venue à Toulouse qu'à la relégation des Lot-et-Garonnais. Et il est vrai que son arrivée a été vécue comme un tremblement de terre à Toulouse. Auteur de 29 matchs (sur 37) dont 23 titulaires, l'ancien All Black a réussi à "reléguer" le demi de mêlée de l'équipe de France, Jean-Baptiste Elissalde, à l'ouverture. Il a révolutionné le jeu toulousain, en sa qualité de neuvième avant superpuissant mais toujours présent au soutien, vif, plaqueur et à la vista impeccable. Indispensable, à l'image de son énorme performance en finale contre Clermont. "C'est LE demi de mêlée moderne. Il est premier attaquant et premier défenseur, c'est lui qui a donné le ton à cette finale", analysait, admiratif, l'ancien entraîneur des Bleus et des Rouge et Noir Jean-Claude Skrela après la rencontre. Sa prolongation de trois ans à Toulouse, où il se plaît beaucoup, fait plus d'un heureux sur les bords de Garonne.

L'AVENIR :
Les Toulousains, déjà champions, ne rêvent que d'une chose pour la saison prochaine : un nouveau doublé Coupe d'Europe-Championnat. Ils n'y sont parvenus qu'une fois, en 1996 et n'en sont pas passés loin cette saison, défaits de trois points seulement en finale de H Cup contre le Munster (13-16). Toulouse veut redevenir, en plus de la capitale de France, la capitale d'Europe. Pour cela, il pourra s'appuyer sur une équipe ultra-complète, avec des cadres tels Pelous, Dusautoir, Sowerby ou Kelleher pour tenir la baraque mais aussi des recrues très attendues comme Skrela ou Michalak. L'an prochain, Toulouse risque de faire mal, très mal

STATISTIQUES :
Meilleur classement: 1er (douze fois)
Plus mauvais classement: 4e (une fois)
Classement attaque: 2e (723 points)
Classement défense: 4e (394 points)
Classement domicile: 1er (58 points)
Classement extérieur: 2e (33 points)
Meilleur réalisateur: Jean-Baptiste Elissalde (155 points)
Meilleur buteur: Jean-Baptiste Elissalde (155 points)
Meilleurs marqueurs: Maxime Médard (14 essais)

Rugbyrama - Emilie DUDON/Photos Patrick DEREWIANY - 07/07/2008 09:48
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mar 15 Juil 2008 - 0:03

07/07/2008 Le bilan : Clermont

Clermont, premier de la phase régulière mais dauphin du Stade toulousain, boucle le tour d'horizon.

TOUR D'HORIZON
Marquée au fer rouge par l'échec en finale face au Stade français, cette équipe a poursuivi tout au long de l'exercice ces trois fichues minutes qui lui avaient manqué pour décrocher un premier Graal. Trois minutes de maîtrise qu'ils crurent avoir acquis. Avec une grande maîtrise, une série historique de 10 victoires consécutives, Clermont a réalisé une saison de très gros calibre... Mais cela s'est terminé - une nouvelle fois - en queue de poisson avec un nouvel échec - un neuvième - en finale du Top 14.

LE TOP : Premiers de la phase régulière
Avec des temps forts comme leur victoire sur la pelouse du Stadium de Toulouse ou encore à Biarritz, Clermont s'est emparé de la première place de la phase régulière du Top 14. Deuxièmes sur la première moitié du championnat, premiers jusqu'à la fin, les Auvergnats auraient été sacrés, avec un championnat au format football, champions de France et l'auraient bien mérité...

LE FLOP : L'échec en finale
... Mais voilà. Comme peuvent le déplorer encore et toujours Julien Malzieu, Aurélien Rougerie et tous leurs compères, le Top 14 ne sacre pas le premier du championnat, mais le finaliste vainqueur. Avertis à Marcel-Michelin par Castres, rappelés sur terre à Bayonne, les Clermontois n'ont pas abordé cette finale avec l'esprit qui les a habités neuf mois durant. Méconnaissables, les Clermontois ont été une nouvelle fois victimes du syndrome des finales perdues

LE MEILLEUR JOUEUR : Mario Ledesma
A 35 ans, le talonneur argentin, Mario Ledesma, 1,88m pour 113kg, a disputé pas moins de 24 rencontres (dont 16 comme titulaire) et relégué ainsi le capitaine des champions du monde sud-africains John Smit sur le banc des remplaçants.

"Super Mario" n'a jamais aussi bien porté son surnom. Lanceur régulier, solide en mêlée, plaqueur, toujours disponible dans le jeu courant, Ledesma a marqué 6 essais en Top 14, et se classe troisième meilleur marqueur de son équipe et neuvième au classement général du championnat.

LA REVELATION : Napolioni Nalaga
Titulaire pour la première fois de la saison à Dax, le 8 mars, Nalaga avait déjà fait parler de lui huit jours plus tôt, à Perpignan. Une relance de 100m et un double raffût sur deux Catalans pour un essai d'anthologie. Une réalisation qui a été suivie de 17 autres en l'espace de 16 matchs, soit plus d'un essai par match. Peu loquace en dehors des terrains, celui qui a été affublé du surnom d'empereur en fonction de son prénom évocateur a conclu sa saison par deux nouveaux essais inscrits à l'Usap en demi-finale à Marseille.

L'AVENIR
René Fontès le disait avant même la déconvenue de la finale : "Si ce n'est pas pour aujourd'hui, ce sera pour l'an prochain. Nous gagnons en régularité maintenant." L'effectif pour la saison prochaine ne va pas être révolutionné. Priorité a été donnée à la consolidation du groupe actuel avec les prolongations notamment pour deux ans des Mignoni, Scelo, Ledesma, Privat, Samson ou encore Baï et Garcia. Au rayon des arrivées, il faut noter Mignardi (Agen), Pierre (Bourgoin) et Davison (Waikato). Ce groupe qui reste sur deux finales de Top 14 perdues aura soif de titre. Plus que jamais. Top 14 ou/et Coupe d'Europe.

LES CHIFFRES CLES :
Meilleur classement : 1e ( 11 fois)
Plus mauvais classement : 12e ( 1 fois)
Classement attaque : 1e ( 773 points)
Classement défense : 2e ( 380 points)
Classement domicile : 2e ( 57 points)
Classement extérieur : 1e (39 points)
Meilleur réalisateur : Brock James ( points)
Meilleur buteur : Brock James ( points)
Meilleurs marqueurs : Napolioni Nalaga (18 essais)

Rugbyrama - M. P./Photo Patrick Derewiany - 07/07/2008 16:44
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 76
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12Mar 15 Juil 2008 - 0:12

Top 14

Rugbyhebdo

Révélations et déceptions
A chaque saison sa découverte, son étoile montant promise à un brillant avenir. Malheureusement, certaines trajectoires sont descendantes et il arrive que les espoirs ne soient pas confirmés. Le point sur le Top 14 2007-2008.

Les révélations
Si les mémoires ne devaient conserver qu'un seul nom, ce serait celui de Napolioni Nalaga. A 22 ans, l'ailier fidjien (capable également de jouer en troisième ligne !) a explosé aux yeux de tous. Au point de reléguer sur le banc de touche un Malzieu qui avait fait son entrée convaincante dans le XV de France lors du tournoi. Doté d'un physique monstrueux (1m87 pour 102 Kg), Nalaga est un diamant brut qui peut semer le danger dans n'importe quelle défense et qui a terminé meilleur marqueur avec 18 essais dans la caisse. Nul doute qu'il sera une des attractions de la prochaine saison. L'autre révélation de la saison est également un ailier. Comme Nalaga, Maxime Médard a réussi à s'imposer au Stade Toulousain en remplaçant les cadres partis disputer le tournoi. La blessure de Clément Poitrenaud l'a propulsé sous les feux de la rampe et le moins que l'on puisse dire est qu'il a transformé l'essai. Les essais qu'il a inscrit durant les phases finales du Top 14 sont pour beaucoup dans le succès final de Toulouse et il y a fort à parier que le Xv de France fera rapidement appel à lui.
Une attente déjà comblée pour Alexis Palisson. Le briviste a commencé sa saison avec les Espoirs du CAB et la termine chez les Bleus. L'avenir ne demande qu'à lui sourire. Enfin, les quatre fantastiques de Montpellier, Trinh-Duc, Ouedraogo, Picamoles et Tomas, ont prouvé qu'ils avaient leur place en équipe de France. La prochaine saison devrait être celle de la confirmation.

Les déceptions
L'annonce de la venue de Percy Montgomery, tout frais champion du monde, avait déclenché l'enthousiasme des foules perpignanaises. Las, le surfeur sud africain ne s'est jamais totalement intégré dans sa nouvelle équipe. Pire, ses performances ont été largement en dessous de sa réputation et son manque d'implication fut flagrant à certains moments de la saison. Si les phases finales ont permis de le voir évoluer à un meilleur niveau, le souvenir qu'il laissera au club ne sera pas impérissable. Au moins cela aura-t-il permis de voir que Porical était doté d'une certaine force de caractère. Autre champion du monde à ne pas avoir totalement convaincu sous les couleurs de son club, John Smit quitte Clermont sans avoir jamais pu s'installer en taulier de la première ligne auvergnate. Tous deux ont opéré un retour au pays après une pige peu convaincante. Espérons que les venues des joueurs de l'hémisphère sud ne se limiteront pas à des demi-saisons sans saveur. En tout cas, Perpignan n'a pas été échaudé par l'expérience puisque l'Usap a fait signer Dan Carter pour six mois.
En terme de club, le Stade Français a déçu. Le champion en titre n'a jamais pu retrouver le niveau qui avait été le sien et s'est découvert un nouveau mal, la Juan dépendance. Certes, l'ouvreur argentin a souvent été génial, mais lorsqu'il n'était qu'ordinaire, personne ne parvenait à hisser son niveau et l'équipe sombrait dans le marasme. Ajoutons à cela une hécatombe de blessure (mais Toulouse n'a pas été épargné non plus) et l'on comprendra que la dernière saison de Fabien Galthié à la tête du club parisien n'aura pas été la plus enthousiasmante. La place de demi-finaliste est juste un arbre qui cache une forêt qui demande à être retravaillée en profondeur.

Bertrand Lagacherie

[Publié le 03/07/2008]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Le bilan du Top 14 2007-2008 Empty
MessageSujet: Re: Le bilan du Top 14 2007-2008   Le bilan du Top 14 2007-2008 Default12

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bilan du Top 14 2007-2008
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'année rugby 2007 : bilan
» Bilan de l'année 2008 / 2009 rugbystique ?
» HCUP 2007-2008
» Programme de l'edf 2007-2008
» Les Espoirs 2007/2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: Archives (2009-2010) :: -Top 14/Les Fédérales-
Sauter vers: