Forum LE SUA VAINCRA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum LE SUA VAINCRA

Espace Rugby
 
Le sua-vaincraAccueilDernières imagesPortailRechercherS'enregistrerConnexionLe sua-vaincra
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 2 Funko Pop achetées : le 3ème offert (large sélection de ...
Voir le deal

 

 Pepito à Bayonne

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Agen47
Joue en top 14
Joue en top 14



Masculin
Nombre de messages : 604
Age : 67
localisation : rue camille desmoulins
Date d'inscription : 10/05/2007

Pepito à Bayonne Empty
MessageSujet: Pepito à Bayonne   Pepito à Bayonne Default12Ven 28 Nov 2008 - 8:58

Elhorga: "On n'a rien volé !"
Fort de son premier bonus offensif empoché le week-end dernier et d'une défense qui n'a plus concédé le moindre essai depuis quatre matches, Bayonne, dauphin du leader toulousain, s'offre un choc au sommet ce vendredi, à Ernest-Wallon, sur la pelouse d'un champion de France renforcé par ses internationaux. Que du bonheur pour Pépito Elhorga et l'Aviron...


Elhorga et l'Aviron savent trop d'où ils viennent pour céder à l'euphorie de leur situation. (Maxppp) Pépito, est-ce que l'Aviron a franchi un nouveau palier le week-end dernier avec cette victoire bonifiée face à Montpellier (42-9) ?
Oui parce qu'on a enfin pris ce bonus offensif. Depuis le début de la saison, on gagnait nos matches de façon serrée, sans jamais parvenir à se détacher. Et là, plusieurs paramètres se sont conjugués puisqu'on sortait de deux victoires à l'extérieur (dans le derby à Biarritz [14-12] et à Bourgoin [13-9], ndlr) et que l'on n'avait plus joué à Jean-Dauger, devant notre public, depuis un mois. On a pu marquer cinq essais et se rassurer sur le potentiel de notre attaque. On savait qu'en défense, on était performant, maintenant, on sait aussi qu'on peut marquer des essais. A partir de là, on a sans doute en effet un peu grandi ce week-end.

Qu'est-ce qui faisait défaut, de ce point de vue offensif, dans l'expression de votre jeu jusqu'à aujourd'hui ?
On avait misé beaucoup sur notre défense depuis le début de la saison. On n'osait pas assez, on tentait deux ou trois coups, puis on passait à autre chose. Il nous fallait un match référence pour se lâcher. Il y avait bien eu ça et là quelques aperçus de ce qu'on était capable de faire, mais on gardait toujours plus ou moins le frein. Ce week-end, on s'est complètement libéré et ça nous a réussi, même si Montpellier, on le sait, était un peu diminué par les absences. Ce match ne nous en fait pas moins beaucoup de bien.

"On a hâte d'y être pour pouvoir se jauger"

Votre staff s'est toujours défendu de mettre l'accent en priorité sur la défense et le combat. Est-ce à dire qu'il fallait simplement prendre les choses dans le bon sens ?
On n'avait pas non plus tout misé sur notre défense. Le groupe essaye en général d'être bon partout. Il se trouve simplement que tout ce qu'on tentait jusqu'à présent en attaque ne nous réussissait pas vraiment. A partir de là, on n'est pas allé plus loin, on s'est concentré sur les basiques du rugby, la conquête et la défense. Et notre solidité devant cette année nous y a forcément incités et nous a bien aidés en ce début de championnat. Mais toute l'équipe était bien consciente qu'il ne fallait pas compter que sur ça et qu'il fallait trouver cet amalgame entre défense et attaque pour se retrouver sur le terrain avec plus de solutions.

L'histoire de Bayonne cette saison, est-ce que ce n'est pas simplement l'histoire d'une équipe qui prend conscience de son potentiel et qu'elle a les moyens de se battre pour autre chose que le maintien ?
C'est certain. Et les joueurs qui nous ont rejoints cette saison nous ont fait énormément de bien, le staff aussi a changé, tout cela fait que l'équipe de Bayonne progresse. Mais surtout, les résultats ont suivi et plus ça va, plus on est en confiance, plus on se connaît et mieux on se comporte sur le terrain. Et à chaque sortie, on s'applique à donner encore plus sans savoir jusqu'où on peut aller. Pour le moment, ça nous a plutôt bien réussi. Vendredi, ça risque d'être une autre paire de manches parce qu'on se déplace chez le champion, on s'attend au match le plus dur mais on a hâte d'y être pour pouvoir se jauger.

Mais selon vous jusqu'où Bayonne peut aller ? La Coupe d'Europe, les demi-finales ?
On se pose nous-mêmes un peu la question, pour tout dire... Mais ce qui est sûr, c'est qu'on ne se déplace pas chez les premiers en se considérant comme le cador qui va tout révolutionner. On atteint cette deuxième place, certains disent qu'on la mérite, d'autres non. Je pense qu'on n'a rien volé depuis le début. Mais il ne faut surtout pas s'enflammer, attachons-nous à jouer notre jeu. Comme on va essayer de s'adapter à cette équipe de Toulouse, même si on sait que ce sera dur. Il faudra essayer de passer notre jeu et ne surtout pas les regarder. On est deuxième, mais personne chez nous ne parle de demi-finales ou de quoi que ce soit d'autre... On avance petit à petit, match après match.

Rétrospectivement, on imagine que vous ne regrettez pas votre choix d'avoir rejoint l'Aviron en décembre 2007, un choix qui n'avait rien d'évident...
Aujourd'hui, non. Mais même à l'époque où j'ai pris ma décision, ce n'était pas un choix par défaut. Je rejoignais un club dont je suivais les résultats depuis longtemps, même lorsque je jouais à Agen, et avec lequel j'avais déjà été en contact sans que cela puisse se concrétiser. J'ai finalement pu rejoindre l'Aviron en décembre dernier, à une époque où le club n'avait pas de grandes ambitions. C'était le choix du coeur et je ne le regrette pas une seconde. Ce n'était pas évident, mais je savais que cette équipe avait une âme et avec Agen, chaque match face à Bayonne, promettait d'affronter une équipe sans grand potentiel mais qui ne trichait jamais. Aujourd'hui, je me retrouve dans une équipe qui monte en puissance et je ne peux que m'en féliciter.

"A Bayonne, on sait mieux qui quiconque ce que veut dire lutter de la première à la dernière journée..."

Vous qui, à Agen, avez assisté à la montée en puissance d'un club désireux de franchir un palier, mais finalement a échoué, pensez-vous que l'Aviron est à l'abri de ce genre de mésaventure ? (*)
Comme je l'ai dit, et c'est là selon moi l'une des forces de Bayonne, le club ne communique pas plus que ça sur le fait d'être second et sur les perspectives futures. L'erreur qu'on avait commise à Agen était de s'être projeté sur un projet 2010 sans voir à court terme, ça nous avait très mal réussi. A l'Aviron, on ne parle pas de demi-finales, peut-être un petit peu d'H-Cup, mais on n'essaye surtout de ne pas brûler les étapes.

Cette progression mesurée et maîtrisée s'est illustrée également par une campagne de recrutement qui, à l'exception de Rémy Martin, a privilégié des recrues ciblées aux noms ronflants...
Il y a Rémy, que tout le monde connaît, qui nous fait énormément de bien. Mais pour le reste, ce sont tous de bons joueurs, je pense à Thibault Lacroix (en provenance d'Albi, auteur d'un doublé face à Montpellier, ndlr), « Titi » Garcia (Montauban), Julien Puricelli (Castres), Filimone Bolavucu, qui ne jouait pas trop à Brive et qui ici casse tout. Et puis le fait de les avoir bien accueillis, tous se sont plongés de suite dans le bain pour adhérer à 200 %. On se retrouve très bien sur le terrain, avec les étrangers y compris. La communication et l'entente sont beaucoup dans ces résultats actuels.

Vous parliez d'âme. Les saisons passées à lutter pied à pied pour le maintien doivent constituer un sacré capital en terme de vécu pour cette équipe...
Complètement. Ça faisait des années que l'Aviron luttait pour ne pas descendre ou pour monter. Je crois que c'est la première fois depuis pas mal de temps qu'on est en haut de l'affiche, alors on savoure pleinement la chose parce qu'on sait mieux qui quiconque ce que veut dire lutter de la première à la dernière journée. On en profite et on essaye de s'accrocher pour rester en haut de cette affiche parce qu'on s'y plaît.

(*) Place forte de l'élite, le SU Agen lors de la saison 2006-2007 annonce en cours de saison un projet ambitieux destiné à permettre au club de jouer les premiers rôles à moyen terme avec les arrivées programmées la saison suivante de recrues de choix, dont Byron Kelleher. La relégation en Pro D2 au terme d'un exercice catastrophique attendait le SUA.
Revenir en haut Aller en bas
gir3347
Champion du monde
Champion du monde
gir3347


Masculin
Nombre de messages : 19112
Age : 75
localisation : Girondin mais Bon-Encontrais de coeur
Date d'inscription : 07/10/2006

Pepito à Bayonne Empty
MessageSujet: Re: Pepito à Bayonne   Pepito à Bayonne Default12Ven 28 Nov 2008 - 10:08

Finalement Pépito a retrouvé de raisons de motivation et tant mieux pour lui !
Revenir en haut Aller en bas
 
Pepito à Bayonne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bayonne bat le SF et un essai de....pepito
» Pepito vers Bayonne ?
» 1ère pour Pépito Elhorga à Bayonne
» Pépito ?
» Bravo Pepito

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum LE SUA VAINCRA :: Archives (2009-2010) :: -Top 14/Les Fédérales-
Sauter vers: